Référence multimedia du sénégal
.
Google

INNOVATION DE L’ETE : Les concerts de plage font fureur

Article Lu 1470 fois


La plage, pendant ces vacances, ce n’est pas seulement la brise, le soleil, la baignade. C’est aussi les concerts et autres types de distractions. Ces manifestations connaissent souvent un grand succès auprès du public venu nombreux pour passer du bon temps.

Sur la route menant à Ngor, la chaleur qui enveloppe cette partie de la ville est parfois adoucie par la brise marine. Le phare des Mamelles, comme pour rappeler la période d’hivernage, étale son tapis herbacé très verdoyant. A Dakar, les journées d’été se passent souvent à la plage, une des principales destinations de la jeunesse pendant les vacances.

Des promoteurs en profitent pour y organiser des concerts. C’est le cas, ce dimanche 26 août 2007. On fait cap sur l’île de Ngor où une chaîne de télé privée, la Rdv, organise un concert. A 10 heures, les gens prennent d’assaut l’embarcadère de Ngor. Juste devant, une panoplie d’articles ayant trait à la mer est proposée à des clients. Des vendeurs, avec détermination, hèlent les potentiels acheteurs.

Devant les vendeurs de tickets pour la traversée, beaucoup de personnes sont surprises. Les tickets sont proposés à 2000 au lieu de 500 FCfa comme d’habitude. D’où le refus affiché par certains de payer une telle somme. Très énervé, un jeune homme déclare : « si tel est le prix proposé, on va bouder ». Lui et ses camarades, comme plusieurs autres d’ailleurs, finissent par rebrousser chemin. D’autres, en revanche, ont préféré rester pour négocier. Vers midi, un consensus est trouvé. Le prix des tickets est ramené à 1000FCfa pour permettre aux jeunes d’avoir accès à la plage. « Le prix peut rester à 1000 FCfa et il ne peut descendre en deçà, car il y a un jeu et le prix à gagner est intéressant », explique Matar Seck dit Billy, un des responsables de la traversée. « C’est tant mieux pour nous », estime Mlle Niang. Sa copine, pour sa part, déclare avoir fait le déplacement « uniquement pour assister à la prestation de son idole, Carlo D ».

Par vagues successives, sous un soleil ardent, les pirogues débarquent les personnes de tout âge et de tout sexe. La plupart sont des Sénégalais vivant dans le pays, le reste est constitué d’étrangers et de nos compatriotes établis à l’étranger et qui sont en vacances. Pour ce groupe de jeunes vacanciers, « le divertissement prime sur tout ». « On ne savait pas qu’il y’a un concert. Mais, ce sera un bonus d’autant qu’on va le suivre avec plaisir puisque celui qui est à l’affiche chante bien », déclare l’un d’eux.

La traversée se fait sans aucun problème. Voilà l’île de Ngor. Assis sous sa tente, un couple discute calmement en regardant ses enfants patauger dans l’eau. « Je suis un habitué des lieux, et je ne viens que pour passer du bon temps et non pour un concert ou tout autre chose », lance le mari. A Ngor, la plage est occupée par des restauratrices assises sous leurs tentes de fortune et proposant des repas dont la quasi-totalité des éléments est issue de la mer. Les vendeuses font de bonnes recettes quand il y a des concerts sur la plage. Selon une jeune vendeuse trouvée sur place, « il doit y avoir constamment des événements à l’image de ce concert parce que les affaires marchent bien ». A côté de ces restaurants, se trouvent des auberges.

Jusqu’à une heure assez avancée de la journée, les pirogues continuent de déverser des flots de personnes débordant d’entrain. Les sifflets des préposés à la sécurité se noient sous la clameur des baigneurs. Selon M. Diop, un maître nageur, « la baignade est très sécurisée sur l’île de Ngor. Il y a rarement des cas de noyades ». Ngor, au-delà de sa sécurité, c’est aussi sa propreté et son cadre très accueillant. En effet, des corbeilles meublent le décor comme pour rappeler aux baigneurs la nécessité de tenir les lieux propres.

A l’heure où le soleil semble se cacher, les gens arpentent le chemin contraire pour le concert tant attendu. Par dizaine, ils se précipitent pour obtenir une place de choix au concert. La chaleur de la journée s’estompe progressivement pour laisser place à un temps plus frais. L’ambiance qui régnait depuis le matin disparaît pour laisser place au show et à la danse. D’ailleurs, l’endroit où se tenait le concert s’était révélé très exiguë. Le public, les pieds dans l’eau, scrute l’arrivée de ses stars préférées. Gagnés par l’ambiance, les spectateurs restent indifférents à l’heure avancée de la nuit. Le défilé des artistes est parfois agrémenté par une envolée de l’humoriste Amdy Mignon arrachant au public des rires soutenus. Un attroupement se forme autour d’un jeune accusé d’avoir chipé un téléphone portable. Eh oui, le concert de plage à aussi son côté pâle. Quelques instants après, la clameur se fait plus dense à l’arrivée de Carlu D. En véritable « bête de scène ». Avec une très bonne chorégraphie, il fait jouir le public, arrachant des exclamations à certaines filles. « Tu es le meilleur, tu es super », s’exclament-elles. Les pieds dans l’eau, les filles, dès l’entame d’une chanson par Carlu D, la reprennent en chœur avec des cris hystériques.

Du fait de l’heure tardive, des gens, habitant des quartiers éloignés, ont préféré rentrer. Plu tard, sous l’effet de la fatigue, les spectateurs commencent à se disperser. Dans un ciel tapissé d’étoiles, la lune, comme par enchantement, éclaire les spectateurs. La plage se vidait de ces occupants. « Faites attention à vos poches », avertit un spectateur comme pour attirer l’attention sur d’éventuels pickpockets. On a eu l’impression, en quelques minutes, que cette place qui était bondée de monde n’a jamais été occupée.

HABILLEMENT, TATOUAGES, COMPORTEMENTS : Le côté fou...

La plage a aussi ses exigences. Elle rime avec un certain mode d’habillement et de couleurs. Des filles surtout s’habillent très sexy. On y voit des tenues qui frôlent la provocation. Des mini-jupes aux jeans serrés, etc...La décence n’a pas sa place. On se croirait à Miami. Les filles rivalisent de tenus, habillées en bikini ou en maillots de bain aux couleurs chatoyantes, elles se mêlent à la foule des baigneurs.

D’autres, en revanche, se contentent de mettre de petits pagnes. La plage de Ngor, c’est aussi des filles avec des piercings de toutes sortes, des chaînettes autour des chevilles et de la taille pour attirer l’attention. Les hommes ne se gênent pas pour mettre des boucles d’oreilles pour être plus été. Que dire des tatoueurs proposant aux gens leurs services. « C’est très beau et je le fais pour être à la mode et aussi pour attirer l’attention des mecs », nous lance une jeune fille. Les figures proposées sont très nombreuses et « je les dessine, car mon grand frère me l’a appris, et avec 200 FCfa vous pouvez avoir un joli tatouage », affirme un tatoueur. Ngor est aussi le lieu de certaines dérives, malgré l’attention des surveillants. Il est loisible de voir un groupe de jeunes picoler calmement. Eh oui, c’est le côté néfaste de la plage.


PAR AMADOU M. NDAW et DIEYNABA TANDIANG (Stagiaires)
Source: Le Soleil

Article Lu 1470 fois

Mercredi 5 Septembre 2007


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State