Référence multimedia du sénégal
.
Google

INFANTICIDE : Dié Cissé jette son enfant aux ordures et écope 6 ans de travaux forcés

Article Lu 1532 fois


La salle d’audience de la Cour d’appel de Kaolack a refusé du monde, jeudi dernier. Sans doute que c’est la jeune dame Dié Cissé, habitant le quartier Bongré, qui a attiré toute cette foule. L’accusée est coupable du délit d’infanticide qui avait défrayé la chronique à cette époque de l’année 2005 dans ce paisible quartier de Kaolack. Elle fut arrêtée et mise sous mandat de dépôt depuis cette date. La cour l’a condamnée à 6 ans de travaux forcés.

Cette affaire s’est passée en 2005, précisément le 15 décembre 2005. Dié Cissé venait d’accoucher d’un bébé, mais elle n’a trouvé d’autre solution que d’introduire l’enfant dans un sac et de le jeter dans un tas d’ordures. Les minutes qui ont suivi, elle a été arrêtée par la police. Pressée de questions, Dié Cissé avoue que tout a débuté quant elle a commencé à avoir des douleurs constantes et de plus en plus atroces au niveau du ventre. Ne sachant que faire, elle a demandé à être consultée par une sage-femme. Et c’est cette dernière qui lui apprend qu’elle est enceinte de sept mois. Nous étions en novembre 2005. Le 15 décembre de la même année, elle dit avoir bu un liquide dénommé « gowé » que lui aurait donné la dame Fama Wade pour mettre un terme à sa grossesse.

Juste au moment où elle a senti quelque chose sortir d’elle, elle a perdu connaissance et elle n’a pu retenir l’enfant qui est tombé. Elle a ensuite jeté l’enfant dans une maison déserte, ajoute-t-elle, au milieu d’un tas d’ordures, sous les ordres de la dame Fama Wade qui, auparavant, aurait mis l’enfant dans un sac de ciment. Mais, selon l’avocat général, il apparaît tant dans la déposition de la sage-femme Fatou Binta Ndao que des résultats de l’autopsie effectuée par le Dr Abachar Maïga de l’hôpital régional de Kaolack que l’enfant est né à la suite d’une grossesse arrivée à terme. Le gynécologue a même précisé qu’à sa naissance, l’enfant a respiré. Il est donc né vivant et est mort à la suite d’un traumatisme crânien.

Au regard de tous ces éléments, tout porte à croire que l’accusée, qui n’a ménagé aucun effort pour dissimuler son état de grossesse, s’est tout simplement résolue à mettre fin à la vie de son nouveau-né. Pour ces faits établis et constants, l’Avocat général demande à la Cour de condamner Dié Cissé à 20 de travaux forcés. Les avocats défenseurs, Me Bèye et Diop, ont, tour à tour, invoqué l’insuffisance des renseignements fournis par les certificats médicaux. Aussi, ils ont évoqué le jeune âge (20 ans au moment des faits) de Dié Cissé et son manque de connaissance dû à son faible niveau d’étude, sans toutefois convaincre la Cour qui a déclaré Dié Cissé coupable de meurtre et l’a condamnée à six ans de travaux forcés. Elle devra alors attendre trois autres années encore en prison avant de recouvrer la liberté et retrouver ses parents et voisins du quartier de Bongré, car Dié a déjà purgé trois ans de détention,

Source: Le Soleil

Article Lu 1532 fois

Mardi 22 Avril 2008





1.Posté par chon le 22/04/2008 13:52
mauvaise femme tu devais être enfermer jusqu'à ta mort et tu finira en enfers

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State