Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



IMPROPRES POUR LES HOMMES De la viande d’âne et de cheval à Pikine

Abdoulaye, Mouhamodou, Amadou et Maïmouna restauratrice ont été déférés au parquet par le commissariat de Pikine. Les mis en cause sont impliqués dans un vaste réseau de vente illégale et de mise en consommation de viande asine et équine impropres à la consommation. Le modus operandi consistait à mélanger la viande de cheval avec celle d'âne pour ensuite le mélanger avec de la viande bovine et l'écouler sur le marché. Mais l’activité de la bande en cours depuis 2006 a finalement été découverte grâce à la vigilance des services départementaux de l’élevage et celui des éléments du commissaire Sène de Pikine.



IMPROPRES POUR LES HOMMES De la viande d’âne et de cheval à Pikine
Selon nos sources, il y a une plainte déposée par la direction de la Sogas auprès du commissariat de Pikine contre Abdoulaye, un boucher établi au marché Chavanel. Il se livrait à un commerce illicite de viande impropre à la consommation. Sans tarder, le commissaire Sène active ses éléments de la brigade de recherches pour procéder à la vérification de l'information en compagnie des services techniques départementaux de l’élevage de Pikine. Et une personne envoyée pour se procurer de la viande auprès du boucher Abdoulaye a permis aux limiers d'être édifiés sur la qualité impropre de l'aliment à la consommation après un contrôle effectué par les services techniques de l’élevage de Pikine.

Une mission des éléments de la Br de Pikine -en compagnie des services techniques de l’élevage le 20 octobre au marché Chavanel- a permis l'interpellation d'un certain Abdoulaye. Ainsi ont-ils saisi 70 kilogrammes de viande. Toujours au cours de la descente des limiers de Pikine, Mouhamodou, un employé de Abdoulaye habitant Pikine Rue 10 a été également alpagué pour avoir tenté de s'opposer à leur mission. De même, Amadou -un autre boucher- a été interpellé par les éléments du service de l'élevage avec deux gigots de mouton provenant d'un abattage clandestin.

Selon un responsable de la Sogas, le prix du kilo de viande asine est de 600 francs, mais le boucher vendait à 2.700 francs après l'avoir mélangé avec de la viande bovine. Cette viande d'âne -selon encore ce responsable de la Sogas- est destinée aux fauves et aux chiens.

Les trois bouchers de Chavanel à savoir Abdoulaye, Mouhamodou et Amadou ont reconnu en partie les faits. Abdoulaye déclare qu’il ne savait pas que c'était de la viande prohibée. «J'avoue que je me rendais souvent à la Sogas pour y acheter de la viande propre à la consommation. Trouvant le prix qu'on me proposait alléchant pour cette viande, j’ai décidé de payer. C'est une femme du nom de Maïmouna, restauratrice au marché central au poisson, qui me vendait au début. Je gère cette charcuterie depuis 2006.»

Mouhamodou -arrêté avec deux gigots de moutons abattus clandestinement- nie la paternité de la viande. «C'est pour Amadou», jure-t-il.

Amadou, l'autre boucher, fait son mea culpa sur l’outrage fait aux limiers : «Je me suis rebellé, mais je regrette mon geste et je demande pardon.»

Quant à la dame Maïmouna alpaguée à son tour par les éléments de la Br, elle enfonce son fournisseur en cavale. «Je ravitaillais au début Abdoulaye, mais par la suite je l'ai mis en rapport directement avec mon fournisseur qui me vendait parfois le kilo de la viande désossée à 1.500 francs que je revendais à 2.200 francs.»

Au terme de leur garde à vue, tous les quatre ont été déférés au parquet de Pikine tandis que le fournisseur en cavale est activement recherché.

Walfadjri Théodore SEMEDO

Mercredi 24 Octobre 2012



Nouveau commentaire :
Twitter








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés