Référence multimedia du sénégal
.
Google

ILS AVAIENT ASSASSINÉ UN ITALIEN DE 70 ANS À MBOUR Comment deux des trois meurtriers nigérians ont été arrêtés à Nouakchott

Article Lu 1486 fois


Le 24 janvier vers 22 heures, les policiers de Mbour sont avertis qu’un Italien venait d’être mortellement agressé dans une auberge à grand Mbour par trois individus. Aussitôt, les policiers se sont rendus sur les lieux pour les besoins de l’enquête et constatent le corps sans vie de l’Italien répondant au nom de Trapeni Castarenze né le 02 février 1938 en Italie. Le corps a été trouvé dans les toilettes, les deux mains ligotées par derrière avec une corde. La chambre était sens dessus-dessous. Les meurtriers ont emporté 1500 Euros (975 000 FCFA), trois portables et une caméra appartenant à la victime. Une semaine après, les meurtriers sont localisés à Nouakchott et deux parmi eux seront arrêtés par le commissaire Lèye de Mbour et ses hommes, aidés par la police locale mauritanienne. Il s’agit des Nigérians Obis Abuchu Hygénus, Onyegbul Eberechi et Oby Chika Sydney (en fuite).
Selon la femme de la victime, ils devaient se rendre le lendemain à Kafountine en Casamance où ils envisageaient d’acheter un terrain pour construire une maison de retraite. Les Nigérians ont attendu la veille, vers 20h30, pour frapper à la porte des Italiens. Aussitôt la porte ouverte, l’un des malfrats saisit la dame à la gorge et l’entraîne dans le salon pour la faire s’asseoir sur une chaise. Sous la menace d’un couteau, il lui attache les mains et les jambes tandis que les deux autres pénètrent dans la chambre où se trouvait le mari. Du salon, la dame entendait du bruit dans la chambre et déclare que son mari opposait une résistance aux deux Nigérians. Après leur départ, la dame est arrivée à se libérer et a trouvé son mari dans les toilettes, mort par strangulation, les deux mains ligotées par derrière. En partant, les meurtriers ont emporté 1500 euros, trois portables et une caméra. Dès le lendemain, une réquisition est adressée à la Sonatel aux fins d’effectuer des relevés de tous les appels sur les portables volés. Les résultats de la requête ont porté des fruits puisque les policiers ont relevé un numéro de téléphone dont le propriétaire, un Nigérian habitant Fass Boye, a reçu un appel à partir d’un des portables volés. Destination Fass Boye où les policiers ont joint le Nigérian qui a accepté de les accueillir. Après que les policiers ont décliné l’objet de leur visite, le Nigérian accepte de collaborer en leur communiquant le dernier appel qu’il a reçu d’Obi Abuchi depuis Nouakchott qui confirme leur présence en terre mauritanienne. Du coup, les limiers apprennent que les trois Nigérians sont connus du fichier pour avoir été déférés pour tentative de vol en réunion commis dans la nuit du 30 octobre 2005. Munis de ces informations, les policiers saisissent l’Interpol de Nouakchott pour les informer de leur décision de se rendre en Mauritanie aux fins d’interpeller les sus nommés. À leur départ, le commissaire Lèye de Mbour et ses hommes savaient que les Nigérians se trouvaient au marché Thieup-Thieup à Nouakchott. Le 1er janvier à 16 heures, les policiers arrivent dans la capitale mauritanienne et sont reçus par le chef de la sécurité publique après un avis du Directeur général de la Sûreté nationale qui met à leur disposition des éléments du commissariat de Sebkhao pour les besoins des opérations. Entre 21 heures et 21 heures 34, Obi Abuchi Hygénus et Onyeg Bule Eberechi sont arrêtés devant l’hôtel «Coumbis Saleh» dans le quartier chic de Basra. Le troisième, en l’occurrence Obi Chika Sydney, n’a pas été appréhendé. Des recherches actives sont effectuées par la police mauritanienne pour le retrouver. Sur place, les policiers sont informés que les trois meurtriers fréquentaient un pasteur nigérian Okafor Levi Oforbuiké qui savait que ses compatriotes avaient commis un meurtre. Il a ainsi été arrêté et conduit au commissariat. Après d’âpres négociations avec les autorités mauritaniennes pour leur rapatriement qui sont restées vaines, les policiers sont retournés au Sénégal. Les autorités mauritaniennes leur ont suggéré de procéder à une commission rogatoire.

Source: L'observateur

Article Lu 1486 fois

Mercredi 20 Février 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State