Référence multimedia du sénégal
.
Google

Héritage de Serigne Mourtada Mbacké : Les bus réveillent le conflit fratricide

Article Lu 14605 fois

XIBAR.NET (Dakar, 26 Aout 2009) « Tel père, tel fils ». L’adage n’est plus si pertinent même dans les familles maraboutiques, dont celle du très regretté fils cadet du fondateur du mouridisme : Serigne Mourtada Mabcké. Ses fils se tirent, encore, dessus au sujet du gigantesque héritage qu’il leur a laissé.



Héritage de Serigne Mourtada Mbacké : Les bus réveillent le conflit fratricide
Ce mardi, la commune de la Patte d’Oie a frôlé le pire : Cheikh Abdou Diabbar Mbacké avait interdit à son frère aîné Serigne Mame Mor Mbacké de se présenter devant ses employés de Transervice, qu’il avait conviés en réunion. Cheikh Abdou exprimait une frustration qu’il partage bien de ses nombreux frères et sœurs. Il reproche à leur frère aîné, Khalife de Serigne Mourtada Mbacké d’avoir non seulement fait main basse sur la nombreuse fortune de leur père, mais également de phagocyter les sociétés qu’il leur a léguées : Serigne Mame Mor Mbacké a créé sa société de transports, Transervices, dans l’antre de l’entreprise de bus laissés par son père dont la société est dénommée Al Ahzar Transport. De même, il projette de construire une université dans l’enceinte de l’Institut Al Ahzar de Touba Ndame, qui est le premier des nombreux établissements d’enseignement et d’éducation créés par le regretté Serigne Mourtada Mbacké. Le conflit était latent. Récemment ses frères s’étaient soulevés, par presse interposée, contre son accaparement des biens laissés par leur père. Des médiations s’en suivront. Mais, c’était oublier que quelqu’un qui hérite de milliards ne peut pas se résoudre dans la dèche ; surtout si celui qui était sensé les gérer et les partager avec lui se sert à volonté. Le conflit est devenu inévitable, parce qu’autres temps autres mœurs. Autrement, si du vivant des fils de Serigne Touba chacun d’eux trônait à la tête de ce qui lui était légué, cette tradition risque de ne plus prospérer avec l’ère des petits-fils. Car, la « fonction » de marabout rapporte de moins en moins. La crise financière y est pour quelque chose, l’émancipation des disciples également. Seul le travail paye. Les jeunes marabouts le comprenant veulent leur part d’héritage. Les héritiers de Serigne Mourtada ont donné le ton. Si cette querelle ne les honore pas, elle risque quand même de faire tache d’huile. Il est vrai que la famille du regretté Serigne Saliou Mbacké, frère aîné de Serigne Mourtada, n’a pas fait beaucoup de bruit au sujet de son héritage, mais des dents avaient quand même grincé. C’est l’ère de la mondialisation, rares seront les îles qui vont échapper à la loi de la globalisation. Cheikh Abdou Mbacké va ester en justice contre son frère. Inédit entre Mbacké-Mbacké, pour des problèmes d’héritage.

La Redaction

Article Lu 14605 fois

Mercredi 26 Août 2009





1.Posté par Que Dieu nous en préserve des journalistes le 26/08/2009 10:26
Dans quel ère de journalisme vivons nous actuellement au Sénégal ?.
Mais je pense que tout simplement c'est du à la prolifération d'écoles de cours de soir en journalisme ou je ne sais quoi qui n'ont aucune crédibilité et qui poussent comme des champignons.
Au lieu d'essayer de donner une information utile et constructive au peuple sénégalais, ces pseudo-journalistes ne passent leur temps qu'à monter les sénégalais les uns contre les autres. Avec tout les travaux que Serigne mamor mbacké est entrain de faire tels que construire des écoles, des universités,mettre en place des bus de transport que nul sénégalais n'ignore leur utilité, des postes de santé, acheter des maisons (keur Serigne Touba) à l'extérieur dans le but exclusif d'encadrer la diaspora et de donner une éducation aux enfants des immigrés, vous occulter tout cela pour simplement le vouloir discréditer.
Si tous les héritiers faisaient comme lui, le Sénégal serait déjà un pays développé.
La voie de Serigne Touba est déjà tracée, et malheur à celui qui essaie de se mettre à travers.
Yalla nanou Yalla mousal si chaytan

2.Posté par diaw le 26/08/2009 10:35
C'est honteux de voir ça; je pense que sa fortune devrait être versée entiérement à des oeuvres sociales ou à des daara dans la mesure où c'est du fric issu des adiya des talibés.

3.Posté par keba le 26/08/2009 11:17
nit da wakh lou mou kham nit da manou wa salam

4.Posté par almamy le 26/08/2009 12:32
C'est Walf Grand Place qui a commencé hier. Et aujourd'hui ils font comme si...
Waya nak comme sidy da khoulo ak mbokame yeupp do bayi ken. walf da khamné mouridyi leu ka digalé.

5.Posté par Cheikh le 26/08/2009 12:40
Cheikh Mouhamadou Mourtada n'a laissé un seul sous à ses fils. Tout son héritage a été laissé à la communauté islamique: les bus servent à payer les enseignants arabes et assurer des bourses pour les étudiants arabisants de l'université alazar de l'égypte. Serigne mam mor n'a fait que réaliser les veux de son père. Maintenant, s'il y a des fils de serigne mourtada qui demande leur part de l'héritage qu'ils aillent se défoncer comme leur vénéré père pour avoir leurs propres affaires aulieu de pleurnicher. Qu'est qu'ils ont apporté au mouridisme si ce n'est demandé de l'argent. Ces fils qui parlent ont ils construit une seule école arabe, ou ont ils donné une seule bourse à un étudiant. Rien nada, tousse, Serigne mourtada a consacré toute sa vie et tous ses biens pour l'enseignement de l'islam et de l'arabe. Aujourd'hui quiquonque se réclama de lui, doit poursuivre ces oeuvres aulieu de demander.

Je suis un talibé de cheikh mouhamadou mourtada et je défendrai ses veux jusqu'à mon dernier souffle.

6.Posté par boybougraw(france) le 26/08/2009 12:56
tous parreille pothie=(cuisse) you khess ak guanard (poulet) khaliss rek lagnou gueume thim

7.Posté par poumba le 26/08/2009 14:22
Boybougraw
yaw yakaarna pothie bu khess yaw bogooko
pothie bu gnuul mola ganal
mandey lima ci kham mooy
niar yepp bou dikk bakhna

8.Posté par YALLA NAGNOU YALLA MOUSSAL CI SEYTANE le 26/08/2009 15:52
LENE MOMA DIAKHAL SI SENEGAL JOURNALISTE YI DOUGNOU DOUG LOUSEN YONE NEK
C DES PRO QUAND IL SAGIT DE RACONTER DES HISTOIRES
VOUS NE POUVER PAS PARLER D AUTRE CHOSES ET LAISSER LES MOURIDES TRANQUILLE
YONOU SERIGNE TOUBA BI MOKOY TEYEL BOPAM
DONC DIEM DIEM BAYI FI
DE GRACE LAISSER MAME MOR TRANQUILLE IL SUIT DIGNEMENT LA TRACE DE SON VENERE PERE
DELENE DOUGOU FOLENE KHATIE
VOUS ETES CAPABLE DE TOUT WAYE YONOU SERIGNE TOUBA BI MOME MANOULENE CI DARA
CI CAW CI KANANE CI LOU BAKH REK!
DIEUREUF SERIGNE TOUBA EUSKEY SERIGNE TOUBA BOROME TOUBA AMOUL MOROME.

9.Posté par degue nexoul le 26/08/2009 16:49
le linge salle se lave en family.

10.Posté par diop le 26/08/2009 21:55
mes amis toutes les familles en ont leur propre problemes.Chaque famille regleses problemes comme elle l'entend.c pas serieux kon nous raconte l probleme d'une telle famille c pas interressant pas du tout.

11.Posté par mbacke le 27/08/2009 00:17
SERIGNE MAME MOR MBACKE YAWE MINY YAYE KHALIF SERIGNE MOURTADA NGUIR YALLA AK SERIGNEBI MIRAACHALL ALALDJI PLEASSE

12.Posté par cherif le 27/08/2009 01:17
As salamou enleycoume wa SENEGAL vous les journalsites au lieu de nous parler de la situation délicate des inondations;au lieu de parler des vacances de nos chers ministres a qui nous les sénégalais on avons confiances en eux pour régler la situation du pays au lieu de nous parler des gréves des syndicats des enseignants avec l'ouverture des classes qui s'annoce vous nous donnés des infos qui ne vous consernent en aucun cas car de un si ce que vous dites est vrais car je doute que cela soit vrais c'est affaire de famille kousi dougou daga si dess donc vous journaliste utilisés votre temps pour donner a la population des infos dont elle a besoin.MERCI

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State