Référence multimedia du sénégal
.
Google

Henry KASPERCZAK passe aux aveux : L'équipe nationale du Sénégal se cherche

Article Lu 1284 fois

Devoir se passer de trois joueurs à vocation offensive comme El Hadj Diouf, Henri Camara et Mamadou Niang - cas lors du périple des «Lions» en Afrique australe - n’est pas aisé. Henry Kasperczak n’en est, dès lors, que plus satisfait des matches nuls ramenés de la Tanzanie et du Mozambique. Seulement, comme il l’a reconnu hier face à la presse, pour l’instant, son équipe a des difficultés dans le jeu collectif.



Henry KASPERCZAK passe aux aveux : L'équipe nationale du Sénégal se cherche
Retour sur le périple en Afrique australe (du 4 au 17 juin 2007)
‘On était curieux de voir comment allait-on négocier les deux déplacements difficiles en Tanzanie et en Mozambique. Et on a été très satisfait du comportement de cette équipe sénégalaise. Même si la première mi-temps était laborieuse contre la Tanzanie. Mais vous connaissez bien le football africain, il n’y a rien qui est facile, il n’y a pas d’équipe faible, donc on a été très satisfait.

‘Le match contre le Burkina Faso n’a pas donné satisfaction. On était déçu par la pâle prestation de cette équipe nationale, surtout cette défaite qui nous a fait mal parce que perdre trois points à l’extérieur, c’est toujours difficile. Mais, il faut être réaliste, on n’a pas fait un bon match au Burkina Faso. C’est vrai qu’après cette victoire contre la Tanzanie ici (4-0), la question était comment va-t-on négocier les deux matches à l’extérieur.

Conditions de préparation

‘Nous avons fait une bonne préparation. Et je veux remercier le président de la République pour nous avoir facilité le voyage. On était dans les meilleures conditions. On a eu, pour la première fois, la possibilité de regrouper, pendant trois semaines, tous les joueurs.

‘C’est vrai aussi qu’avant de partir en Tanzanie, pour le premier match de la compétition, on a eu pas mal de difficultés avec des joueurs qui s’étaient blessés. Je pense à des joueurs comme El Hadj Diouf, Henri Camara, Mamadou Niang. Ce sont trois joueurs importants qui nous ont donné satisfaction. En plus, ce sont trois joueurs à vocation offensive. Et cela s’est confirmé qu’ils nous ont vraiment manqué pendant les deux matches contre la Tanzanie et le Mozambique.

‘Mais nous avons fait le maximum pour mettre les joueurs dans les meilleures conditions. En Tanzanie, on avait envoyé quelqu’un avant notre séjour là-bas. Il est vrai que les Tanzaniens ont cherché à nous mettre en difficulté, en décidant de jouer à 500 km de la capitale et cela n’a pas été facile, mais grâce au président de la République, on a eu des moyens pour aller là-bas directement.

Contre la Tanzanie (1-1, le 2 juin 2007)

‘Contre la Tanzanie, on savait que ce serait un match très difficile, car une semaine avant, cette équipe tanzanienne avait joué contre une bonne équipe d’Ouganda qui a battu le Nigeria à domicile. On disait qu’ils ont perdu par 4 buts à 0 ici à Dakar. On a été déçu par la première mi-temps contre la Tanzanie, où l’équipe a eu des errements individuels et collectifs par rapport à ce qu’on pensait faire et réaliser. Il y avait beaucoup de lacunes techniques. Ce qui nous a mis en difficulté dans le jeu court. Et, surtout on n’a pas trop cherché le jeu en profondeur. Notre jeu était plus orienté sur le côté, et là, nous n’avons pas réussi à mettre en difficulté notre adversaire. Ils ont eu la chance d’avoir marqué en premier. Puis, c’est là qu’on a réagi après ce premier but. On était dans une obligation de changer à la mi-temps. Et automatiquement, l’équipe a changé de visage. Elle était plus mordante, plus présente sur le terrain, surtout dans le jeu offensif. Nous avons créé des occasions en deuxième mi-temps. Mais ce qui était au départ défavorable, c’était surtout cette première mi-temps qui était très médiocre et faible même. Ce qui était positif, c’était cette réaction après le but pris en première mi-temps, quand les joueurs ont cherché une solution pour égaliser et même gagner.

Etat d’esprit des joueurs

‘Sur les deux matches et même le troisième match amical contre le Malawi, on a senti que les joueurs ont gardé cet état d’esprit de vaincre. Ils voulaient absolument gagner tous les matches. La deuxième mi-temps contre la Tanzanie nous a mis un peu plus en confiance pour la suite. Le but égalisateur nous a apporté beaucoup plus de sérénité. La preuve : nous avons fait un bon match amical contre Malawi, avec au bout une belle victoire (3-2-). En plus, le fond de jeu était meilleur. Les joueurs se sont mieux exprimés dans ce match et l’on a joué plus rapidement avec plus d’efficacité offensive. Ce qui était positif, c’est cette préparation qu’on a faite à Lilongwe. Le contexte était favorable. Les joueurs étaient plus en confiance. On a retrouvé plus de sensation collective, surtout sur le terrain et l’on était prêt à affronter le Mozambique. C’est vrai qu’en deuxième mi-temps, on était euphorique, on a développé un jeu collectif qu’on aurait souhaité voir plus souvent.

Contre le Mozambique (0-0, 17 juin 2007)

‘Le contexte était très difficile pour une raison toute simple : comme avant chaque match pour cette équipe sénégalaise, il y a une pression. Et comme en Tanzanie, le président mozambicain était présent dans les tribunes. Cela a motivé énormément ses joueurs. En plus, le contexte était motivant parce qu’ils avaient la chance de se qualifier en gagnant contre le Sénégal. Le public était venu nombreux, cela donne une motivation supplémentaire pour une équipe locale. On s’attendait à un match difficile. Et l’on savait que les deux derniers déplacements seraient très difficiles. Surtout qu’on a eu une bonne leçon au Burkina Faso (1-0). Ce qui était positif, c’était surtout les résultats. Parce qu’en regardant la qualité de jeu, on peut dire beaucoup de choses négatives.

Fond de jeu de l’équipe

‘Cette équipe n’est pas stable. Il y a beaucoup de changements souvent pour des raisons de blessure ou de suspension. Ensuite, nous avons des périodes de préparation très courtes. Ce n’est pas évident de tout de suite très bien jouer et arriver à une maîtrise collective qui nous permet d’avoir la qualité du jeu (…) Espérons qu’on va réussir à se qualifier pour la Coupe d’Afrique des nations. C’est là-bas que nous serons plus exigeants par rapport au jeu collectif. C’est là qu’il faudra juger cette équipe. Pour l’instant, elle est dans une période de transition où l’on recherche plutôt la meilleure solution en pensant toujours aux résultats. Pour construire, il faut toujours des résultats. On garde une ligne de conduite pour construire quelque chose de solide. Pour l’instant, on est en difficulté. Surtout dans le jeu collectif. Parfois, on joue de bonnes périodes et parfois de mauvaises. Il faut l’améliorer. On est conscient de ça. Je suis tout à fait conscient qu’on peut mettre en cause notre fond de jeu.

Choix du Ghana

‘Ce qui m’intéresse, c’est surtout de préparer les matches éliminatoires et préparer la prochaine Coupe d’Afrique des nations. Donc, je vais jouer contre les meilleures équipes africaines. Et on considère le Ghana comme l’une des meilleures équipes africaines. C’est pour cette raison que je l’ai choisie. Je recherche toujours les meilleures équipes africaines pour jouer, se comparer mieux, se jauger pour les futures compétitions et surtout pour progresser.

Puisque c’est après avoir joué contre les meilleures équipes africaines qu’on a des points de vue, des jugements exacts par rapport à nos possibilités réelles’.

Source: Walfadji

Article Lu 1284 fois

Samedi 18 Août 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State