Référence multimedia du sénégal
.
Google

HYSTERIE: LE CALME REVIENT AU LYCEE LAMINE GUEYE - Des journées récréatives pour 'exorciser les démons'

Article Lu 1679 fois

Suite aux crises d’hystérie qui ont créé une grande panique dans le lycée, quelques propositions de solutions avaient été faites dont l’organisation des journées récréatives. C’est dans ce cadre que le lycée Lamine Guèye a anticipé sur ces journées culturelles dans le but de "décompresser" les élèves.



HYSTERIE: LE CALME REVIENT AU LYCEE LAMINE GUEYE - Des journées récréatives pour 'exorciser les démons'
Ce mardi à 10 heures, c’est la cessation des cours dans le lycée. Tous le savaient. Les pas convergeaient vers le hall, le lieu du rendez- vous. C’est là où la fête a lieu. Les sièges étaient disposés en demi cercle. Les premières places ont été occupées au compte goûte par les membres du personnel administratif et le corps professoral. Tandis que les quelques élèves comédiens s’activaient à répéter leur rôle dans les représentations.

Il y a une semaine, le lycée était dans la tourmente. Secoué par une "crise d’hystérie" dont la cause n’est pas encore connue, faisant plus de peur que de mal. C’est justement pour "exorciser ces démons" que ces activités récréatives ont été organisées dans le lycée sur recommandation de certains sociologues et psychologues. A dix heures, professeurs, élèves et personnel administratif débouchaient de tous les côtés. Certains élèves, relaxes, faisaient beaucoup de vacarmes. Tandis que l’anxiété se lisait sur les visages du plus grand nombre, particulièrement des filles. La plupart semblait crispées, les mains aux mentons. Quelques trente minutes après 10 heures, la place grouillait de monde. L’impresario va passer le micro au proviseur qui est du reste serein. C’est une manifestation qui a une double visée. Son caractère est aussi bien thérapeutique que pédagogique.

Décompresser et faire revenir la sérénité
"Nous venons de connaître des moments difficiles et sur recommandation de l’équipe chargée de la gestion de la crise, il avait été retenu d’organiser quelques activités récréatives. Après cela, la sérénité doit revenir pour nous permettre de terminer dans de bonnes conditions, le reste de l’année", déclare Georges Seck, proviseur du lycée qui a été très concis.

C’est d’abord le club d’espagnol Che Guevara du lycée qui monte sur scène. Un bel exercice pratique pour ces lycéens qui ont joué de mini sketchs, déclamé des poèmes et chanté en espagnol. Ils ont surtout rendu hommage à Ernesto Che Guevara (homme politique argentin). A l’instar des rayons solaires qui déchirent les nuages assombris, cette prestation va progressivement dissiper l’angoisse que portaient apparemment certains élèves. Quoique dit dans la langue de Cervantès, que tous ne comprenaient pas, la prestation était très bien ovationnée. Puisque les gestes étaient très communicatifs. Et certains professeurs sont montés sur scène pour donner plus de couleur à la manifestation aux pas du salsa.

Après cette prestation, c’est autour de l’atelier de théâtre du lycée. Ce groupe d’élèves a interprété la pièce théâtrale, le mandat de Ousmane Sembène. Une prestation qui a ajouté à la joie et à la gaieté. Les comédiens étaient très bien dans leur rôle, enthousiastes.

Le but de la manifestation atteint
Les élèves ont apprécié positivement cette initiative qui vise à les décompresser via des activités récréatives. "On a bien apprécié cette manifestation. On s’est distrait, vu les problèmes qu’on a eus récemment. De temps en temps, ça peut nous aider", a estimé Awa Dieng, élève en 1ere L. Sa camarade Bole Sow épouse son idée : "cela nous a permis de changer les idées". Elle voudrait que ces manifestations récréatives soient modérées au risque de déconcentrer voire perturber les élèves par leur fréquence.

Emboîtant le pas à ces deux élèves, Aziz Diallo de la terminale relève : "c’est bien parce que ça nous permet d’oublier ce qui s’est passé. On ne peut pas apprendre sans pour autant se divertir. Cette activité entre dans le cadre de l’éducation". Après les prestations, tous se ont mis à danser au rythme du mbalax. Pour M. Ndong, professeur d’espagnol et encadreur du club Che Guevara, "l’objectif a été atteint puisque cette manifestation est organisée pour remonter le moral aux élèves".

En réalité, c’est une partie des journées culturelles en perspective qui a été anticipée à cause des incidents survenus. Actuellement, on s’évertue à sensibiliser les élèves à ne pas croire au caractère mystique de la crise d’hystérie qui faisait tomber concomitamment des filles entrant en transe. Le censeur veut croire qu’une explication rationnelle peut être trouvée. L’équipe chargée de gérer la crise composée de sociologues, de psychiatres, de pédagogues, de médecins n’a pas encore livré ses secrets. Mais le calme est revenu. Les manifestations se poursuivent ce mercredi au foyer du lycée. Ce samedi le club d’anglais se produit au théâtre Daniel Sorano. Et du 14 au 17 mai le lycée vibrera aux sons et couleurs des journées culturelles.

Frédéric ATAYODI

Source: African Global News

Article Lu 1679 fois

Jeudi 1 Mai 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State