Référence multimedia du sénégal
.
Google

Guédiawaye: Deux « rétrécisseurs de sexe » dans le collimateur de la justice

Article Lu 1597 fois

Le phénomène irrationnel dit des rétrécisseurs de sexe est de retour dans notre pays. Chaque jour que Dieu fait, des cas se révèlent. Comme celui de ces deux hommes, un adulte et un jeune, qui ont failli être lynchés par une foule en furie. Pour avoir, dit-on, rétréci le sexe d'un homme. Un bidon d'essence avait même été apporté pour les brûler vif. Le plus jeune, supposé détenir le sexe de la victime, l'aurait finalement rendu, évitant ainsi, de justesse, le lynchage qui lui était promis. Les faits ont eu lieu à Guédiawaye, le 3 juin dernier. Ils seront fixés sur leur sort, demain, 20 juin, date à laquelle le jugement sera rendu.



Les faits se sont déroulés à Guédiawaye, même si les deux mis en cause, maçons de profession, habitent aux Parcelles Assainies. Lee 3 juin dernier, Mamadou Niang et son homonyme Mamadou Thiaré se rendent dans la première localité nommée, au quartier Baye Laye où, semble-t-il, habite la grande sœur du jeune Thiaré, qui venait d'accoucher d'un bébé, et à laquelle ils rendaient une visite de courtoisie. Arrivés aux environs, ils demandent à un jeune du nom de Ndiaga Niane, s'il connaissait la maison de la dame. C'est au cours de la conversation que le jeune Niane déclare avoir « perdu » son sexe ; et d'accuser le jeune Mamadou Thiaré d'être l'auteur de ce « rétrécissement ». Ses cris auraient alors attiré toute une foule en colère ; dans la mêlée, les deux visiteurs ont été sérieusement molestés. A l'interrogatoire, le jeune Thiaré dira qu'il ne connaît même bien Dakar, tout en soutenant qu'il vient d'un village sis dans la région de Fatick. « Il semble que vous teniez le sexe du jeune… », interroge le conseil des prévenus ? Réponse fut affirmative. Les éléments développés par la victime, ont été également été confirmés par le témoin oculaire des faits, un certain Bernard Diatta. Par ailleurs, Mamadou Niang ne semblait pas être mêlé à cette histoire mystique ; il précise simplement qu'il est maçon, et qu'il travaille avec le jeune Thiaré. « J'ai cru que la foule allait me tuer, raison pour laquelle j'ai rendu à la victime le sexe », a déclaré le jeune Mamadou Thiaré. C'est ainsi que nos « rétrécisseurs » ont été directement conduits au commissariat de Guédiawaye où ils ont été déférés au parquet. Comparaissant à la barre du tribunal des flagrants délits le 18 juin, ils ont tenté de nier les faits pour lesquels ils sont poursuivis. Mais au cours de l'interrogatoire à la barre, certains éléments ont laissé des séquelles sur leur culpabilité. La victime, Ndiaga Niane, a bien précisé que son sexe est revenu avec la même forme... Le procureur a requis l'application de la loi. Le conseil des prévenus, a pris le contre-pied des arguments de la partie civile ; selon lui, les prévenus ont été battus et torturés, alors qu'il n'a été prouvé nulle part que le sexe a été rétréci. Et de demander au tribunal la relaxe pure et simple de ses clients. Le jugement sera rendu demain, 20 juin.

Lassana Sidibé
Source: l'office

Article Lu 1597 fois

Mardi 19 Juin 2007





1.Posté par Boy Dakar le 19/06/2007 23:39
Quel est l'article du code penal qui reprime le fait de retrecir le sexe de quelqu'un? Est-ce que la loi reconnait la possibilite du retrecissement de sexe? J'aimerais bien que les juristes me disent sur quelle base un juge peut statuer sur cette affaire.

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State