Référence multimedia du sénégal
.
Google

Grands Chantiers - L’Etat peine à payer les entreprises : L’Anoci vampirise le trésor public

Article Lu 1567 fois

L’Anoci émarge dans le budget de la Présidence de l’année prochaine, pour plus de 20 milliards de francs Cfa. Pour des travaux qui étaient censés être financés gratuitement par des «amis» étrangers… Une entorse à la vérité qui pénalise les entreprises nationales, incapables de recouvrer leurs créances.



Grands Chantiers - L’Etat peine à payer les entreprises : L’Anoci vampirise le trésor public
Dans le budget 2008 de la Présidence de la République, il a été prévu plusieurs montants pour financer les travaux d’infrastructures pilotés par l’Agence nationale pour l’Organisation de la conférence islamique (Anoci) et par l’Agence nationale pour la promotion de l’investissement et des grands travaux (Apix). Ainsi, les chantiers de l’Anoci, sur la Voie de dégagement Nord (Vdn) et la seconde tranche de la Corniche Ouest, vont coûter globalement un peu plus de 20 milliards de francs Cfa au contribuable sénégalais. Pour un budget présidentiel de l’ordre de 64,5 milliards de francs Cfa, on se rend compte que la pression de grands travaux décidés par le Chef de l’Etat sur le Trésor public est remarquablement forte, si l’on ajoute les comptes de l’Apix. Or, depuis des années, la ponction qui est effectuée par les deux agences se fait à l’encontre de toutes les affirmations des fonctionnaires de l’Etat, à tous les niveaux.

Tout le monde se souvient des affirmations du président Abdoulaye Wade, aux débuts de son premier mandat, quand il affirmait que les amis arabes du Sénégal allaient financer les aménagements à faire dans le cadre de la préparation du Sommet de l’Organisation de la conférence islamique à Dakar. Ce financement allait se faire sous forme de don, et ne devait rien coûter au pays. A l’entame des travaux sur la Corniche ouest, on avait été très heureux de présenter à l’opinion les manifestations de l’amitié koweito-sénégalaise, car le Fonds koweitien de développement avait accepté de mettre 17 milliards dans les travaux de la Corniche.

DEMENTIS EN CASCADE

Mais voilà qu’en octobre de l’année dernière (Voir le n°1152 du 30 octobre 2006), Le Quotidien, sur la base d’une information recueillie dans les plus hauts cercles du Ministère de l’Economie et des finances, signalait que les Koweitiens n’ayant toujours pas payé ce qu’ils avaient promis, c’est le Trésor public qui devait débourser pour les travaux de l’Anoci. Cela ne faisait pas plaisir aux partenaires au développement, qui ne se sont pas gênés pour le faire savoir aux autorités sénégalaises. Mais puisqu’il s’agissait de l’argent du Sénégal, les institutions de développement avaient peu de moyens de pression contre le gouvernement. Le même article révélait que certains secteurs du pays étaient dépossédés des fonds qui étaient ainsi détournés vers ces travaux.

Comme il fallait s’y attendre, il n’a pas fallu longtemps pour que l’agence dirigée par M. Karim Wade réagisse. Deux jours après, dans une «Mise au point» trempée dans l’encre de la vindicte, elle n’a pas hésité à qualifier l’article du journal Le Quotidien, de mensonger. La mise au point, qui a été accompagnée d’une sommation d’huissier pour assurer sa publication, allait jusqu’à affirmer : «A l’évidence, cet article, qui se fonde sur des amalgames et informations mensongères, n’a de finalité que de jeter maladroitement le discrédit sur l’un des projets-phares du Sénégal.» Ayant ainsi donné le ton, l’Anoci a passé le bâton à l’ambassadeur de l’Emirat du Koweit, son Excellence Mohamed Saleh Al Thuwaikh.

Le diplomate embouchait quasiment la même trompette, les invectives en moins. Il indiquait dès l’abord : «L’article publié s’éloigne des faits et s’écarte de la vérité. Son contenu n’a aucun fondement véridique. L’Etat du Koweit, qui finance les travaux de la Route de la Corniche par le biais du Fonds koweitien pour le développement économique, remplit toutes ses obligations et engagements financiers avec régularité.» Ces tirs au mortier étant fait, le terrain a donc été déblayé pour les fusiliers du ministère de M. Abdoulaye Diop, qui ont écrit dans leur droit de réponse : «Le fonds koweitien a jusqu’ici procédé au paiement direct du groupement d’entreprises, suivant les décomptes que ledit groupement prépare et soumet à la validation, respectivement de l’Anoci et du Ministère de l’Economie et des Finances, avant leur transmission au bailleur des fonds, le Fonds koweitien en l’occurrence.» Quelques temps après, lors de la signature d’un prêt additionnel de 5 milliards de francs par le même bailleur, le ministre Abdoulaye Diop a indiqué (Voir Le Quotidien n°1281 du 10 avril 2006) que l’engagement du Koweït sur la Corniche était de 22 milliards au total. Bien loin des 17 milliards initiaux.

LA FOIRE AUX MILLIARDS

C’est ainsi que l’article répliquant aux allégations de la Troïka diplomatique a été titré, dans Le Quotidien n°1156 des 4 et 5 novembre 2006. Preuves à l’appui, en citant des noms et en précisant les montants, Le Quotidien persistait : «Pour réaliser les travaux de l’Anoci, il a fallu que l’Etat mette la main à la poche… Le tronçon qui va de la Mosquée de la Divinité-Pharmacie des Mamelles, a été entièrement pris en charge par l’Etat du Sénégal, qui va y consacrer la bagatelle de 15,545 milliards de francs Cfa.» La Présidence a trouvé le meilleur moyen de siffler la fin de la polémique. En inscrivant ces dépenses d’infrastructures dans le budget de l’Etat, il ne fait que légaliser une procédure qui avait cours depuis longtemps, et lève tout équivoque.

Source: le Quotidien

Article Lu 1567 fois

Mercredi 28 Novembre 2007





1.Posté par MOI le 28/11/2007 16:11
WADE se trompe s'il pense que les véritables obstacles de son fils se trouvent dans son camp...

Les véritables opposants de son fils ne sont pas dans le PDS, ni même dans l'opposition car il est très capable de mettre aussi tous les responsables politiques au gnouf, le moment venu...

Le véritable opposant de WADE junior, c'est le peuple sénégalais...

Je ne dis même pas que Karim WADE n'est pas capable de diriger le Sénégal, même si avec tous les pouvoirs qu'il a officieusement, s'il avait des solutions pour sortir le Sénégal de ce marasme économico-politico-social, pourquoi ne le conseillerait-il pas à son père dés à présent sachant tout l'influence qu'il a sur lui...

Si Karim veut un jour prendre la place de son pére, il faudra nous convaincre autrement qu'en menaçant tous ceux qui ont les même ambitions que lui...

On nous parle de ANOCI ou futur maire de Dakar, mais le Sénégal ne se limite pas à Dakar et même à Dakar, il y a des responsables plus outillés que lui pour le diriger...

Alors arrêtez cette chasse à l'homme car même avec Idy, Macky, Pape DIOP et tous les ténors du PDS derrière lui, KARIM ne dirigera pas notre pays...

Wa salam....


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State