Référence multimedia du sénégal
.
Google

Grande mosquée de Gouye mouride : Litige autour de la propriété du terrain

Article Lu 11567 fois

Le site qui abritera la grande Mosquée de Gouye Mouride appartient à la famille de Chérif Moulaye Idriss Aïdara, décédé en 1988. C'est à travers un communiqué de presse que cette famille a lancé un appel au khalife général des mourides pour que le terrain leur soit restitué.



Grande mosquée de Gouye mouride : Litige autour de la propriété du terrain
Le terrain qui abritera la future grande Mosquée de Gouye Mouride fait l'objet de litige. A peine la première pierre posée, la famille Chérif Moulaye Idriss Aïdara réclame la propriété du terrain. A travers un communiqué de presse parvenu, hier, à notre rédaction, la communauté chérifienne ‘condamne fermement l'acte posé par le chef de l'Etat, Me Abdoulaye Wade, en posant la première pierre pour la construction de la Grande Mosquée Mouride à Dakar au Mausolée du Saint de Dieu et petit-fils du prophète (Psl), Chérif Mouhamadoul Al Mahdiyou Aïdara’. Une frustration qui découle du fait que ‘le terrain appartient à un guide religieux, de surcroît petit-fils du prophète, assassiné en 1988’ et est, par ailleurs, ‘inhumé, sous l'ordre d'Abdou Diouf, dans ledit terrain par le vénéré feu Thierno Moutaga Tall’, renseigne le communiqué.
Suffisant pour que les parents du défunt se sentent ‘humiliés’ par l'attitude de Me Wade. ‘N'ignorant pas les tenants et les aboutissants de l'histoire de ce site, les autorités ont posé des actes qui ont créé des frustrations et humiliations’, lit-on dans le communiqué. Lequel ajoute que ‘cela peut constituer des sources de différend entre les différentes communautés religieuses du Sénégal’. Déjà que la famille du Chérif Moulaye Idriss Aidara commence à dénoncer ‘une profanation et la pratique de la raison du plus fort’ et s'indigne que ‘l'Etat puisse cautionner l'injustice’.

D'après le communiqué, c'est au début des années 1970 que le Chérif a mis le terrain à la disposition des mourides qui avaient des problèmes avec les toucouleurs de Médina Gounass. Le communiqué explique que lorsque le problème a surgi, ‘Ndiaga Guèye, Bamba Diaw et Serigne Ngom, représentants des mourides, sont venus voir le Chérif pour lui demander de leur permettre de faire les prières de la Tabaski et de la Korité sur son terrain’. Une demande acceptée par le guide religieux ‘afin d'éviter l'effusion de sang entre disciples mourides et tidianes de Médina Gounass’, note le communiqué, rappelant que ‘ce geste a été magnifié par le troisième khalife du mouridisme, Abdoul Ahad Mbacké’.

Ainsi, ‘après avoir rendu service à des hommes qui étaient dans le besoin, ces derniers ont commencé à poser des actes de récupération d'un terrain qui appartient à un religieux qui avait des projets connus de tous’, se désole le communiqué, ajoutant que ‘la famille a, en sa disposition, des correspondances d'Abdou Diouf sur lesdits projets’. Des projets qui tournaient autour de la construction d'une grande mosquée et l'érection d'une école coranique. Et puis, poursuit le communiqué, ‘c'est Abdou Diouf qui a donné l'autorisation pour que le Chérif soit enterré dans la chambre où il a été assassiné dans la nuit du vendredi 15 juillet 1988’ et ‘il a fallu l'intervention de Thierno Mountaga Tall et Mame Abdoul Aziz Sy pour calmer les esprits et éviter le pire’. Mais il a fallu ‘la disparition de Thierno Mountaga Tall pour que le Chef de l'Etat pose la première pierre’, pense la famille de Chérif Moulaye Idriss Aidara qui ‘habite le site depuis 1943’. A en croire les signataires du communiqué, ‘la famille a tous les papiers à sa disposition mais, à chaque fois qu'elle cherche à régulariser les documents, il y'a une opposition totale des autorités’.

Pourtant, explique le communiqué, ‘la famille s'est déplacée jusqu'à Touba, au mois de mars, pour débattre de la question avec le khalife général, Serigne Saliou Mbacké. Et par l'intermédiaire de Serigne Saliou Diakhaté et Serigne Saliou Touré, le khalife avait révélé qu'il avait donné l'ordre pour que l'on ne touche pas à ce site car c'est la propriété du Chérif’. Du fait qu'‘une personne qui a plus de 40 ans sur un terrain a tous les droits sur ce site’, leur aurait lancé Serigne Saliou Touré, considérant que ‘la priorité doit être donnée à l'ancienneté’.

Ainsi, la famille de Chérif Moulaye Idriss Aidara compte sur le khalife général des Mourides, Serigne Saliou Mbacké, pour récupérer ce qui leur revient de droit, au nom ‘du degré élevé de compréhension, de la foi et de l'amour que son père Ahmadou Bamba a pour le prophète Mouhamed (Psl)’. Aussi, les Chérifs espèrent que ‘le khalife ne ménagera aucun effort pour leur rendre leur héritage’.

Elh Saidou Nourou DIA
Source: Walfadji

Article Lu 11567 fois

Mardi 29 Mai 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State