Référence multimedia du sénégal
.
Google

Gouvernement: A quoi sert le Premier ministre ?

Article Lu 1419 fois

Nommé à la grande surprise de tous les observateurs de la scène politique, Cheikh Hadjibou Soumaré n’a pas encore marqué de son empreinte le premier gouvernement du second mandat de Abdoulaye Wade. Mais pourquoi donc a-t-il été choisi à la place de tous ceux qui rêvaient – légitimement – d’être à sa place pour mieux se placer dans la course à la succession en occupant la Primature ? Analyse d’un choix loin d’être clair dans la tête des Sénégalais. Pourquoi donc a-t-il été nommé ? A-t-il convaincu après deux mois à la tête du gouvernement ? Quand le jeu politique sera très trouble avec la déclaration de plusieurs candidatures à la succession de Wade, est-ce à ce moment-là que l’on saura pourquoi ce haut fonctionnaire très discret est monté si haut, doublant tout le monde, lui l’ancien simple ministre délégué chargé de veiller sur les finances publiques ?



Gouvernement: A quoi sert le Premier ministre ?
Kleenex or not

Deux mois après sa nomination à la Primature, Cheikh Hadjibou Soumaré n’a pas encore présenté devant l’Assemblée nationale la Déclaration de Politique Générale. Certes, il doit s’agir pour lui, un simple haut fonctionnaire promu à cette fonction hautement politique, de décliner une politique dont il n’a aucune légitimité pour en dresser ne serait-ce que les grandes lignes. Mais la Constitution (article 55) fait obligation au PM de lire devant l’institution parlementaire la Déclaration de Politique Générale. Une date avait été fixée, mais le président Wade avait fait repousser cette prestation solennelle en obligeant le PM à lire un message aux députés. Avait-il voulu mettre les choses au point en enlevant tout intérêt à la Déclaration de Politique Générale du Premier ministre en le doublant de cette manière ? Les observateurs en avaient conclu que c’était là, l’objectif inavouable du chef de l’Etat.

D’ailleurs, Soumaré n’a pas encore fait face à l’Assemblée nationale pour respecter cette disposition constitutionnelle. On invoquera les vacances gouvernementales pour justifier le report de cette prestation à une date non encore fixée officiellement. Le nouveau chef du gouvernement sait, sans aucun doute, à quoi s’attendre avec Wade. Il n’est pas Idrissa Seck encore moins Macky Sall. Alors, pour prouver son humilité, il quitte la Maison Militaire que Seck avait arraché à l’Armée pour installer ses bureaux de Premier ministre : un palais en face du Palais présidentiel. Soumaré modestement rend le « palais » de Idrissa Seck pour monter au 9e étage du Building administratif, le traditionnel siège de la Primature. S’il voulait donner des gages à celui qui l’a nommé, en voilà la meilleure preuve. Mais est-ce suffisant pour faire un bon PM de Wade ? Le Sénégal vient de boucler avec le FMI une revue douloureuse.

Bien qu’ayant quitté la grande administration des Finances, il ne peut ignorer les enjeux de cette revue et les engagements auxquels le gouvernement va souscrire durant ce mois de ce mois de septembre à Washington. Il faudra serrer la ceinture et il revient au PM de mettre en application certaines mesures impopulaires comme la vérité des prix sur certains produis de grande consommation (électricité, alimentation, carburants, transports, etc.). Il a fait de la résistance pour que les prix du riz, farine ne bougent pas. Mais à quel prix les finances publiques pourront-elles tenir avec l’abandon de la fiscalité sur certains produits et les efforts faits pour réduire la fiscalité sur les sociétés à 25 % ?

Pour l’heure, Cheikh Hadjibou Soumaré est devant ce chantier pas plus complexe et aussi dangereux que ceux de Thiès mais avec un péril politique latent. D’autant plus que résorber le déficit budgétaire qui a doublé, apurer la dette publique qui a gonflé et continuer à trouver de l’argent pour les chantiers relève d’une gageure. Alors, Haguibou ne réussira-t-il qu’à rester à la Primature parce que transparent, invisible, inodore et sans saveur pour mériter un satisfecit de son chef ? Peut-être bien que oui. Mais le destin des postiches, n’est-il pas de finir dans un rebut ?

Pourquoi avait-il été nommé ?

La question a agité le landerneau politique durant plusieurs jours après la nomination du Premier ministre et la formation du gouvernement. Mais pourquoi donc Cheikh Hadjibou Soumaré a séduit Wade pour qu’il fasse de lui son Premier ministre pour entamer son second mandat, celui de la finalisation de ses grands chantiers ? La réponse ne viendra pas du président Wade. Personne ne sait encore pourquoi Mame Madior Boye avait été nommée Premier ministre en mars 2001 pour remplacer Moustapha Niasse, l’homme dont le soutien a été déterminant pour battre Diouf au second tour de l’élection présidentielle de 2000. Ce n’est davantage pas parce que le sexe était important dans ce choix politique.

Choisir une femme Premier ministre, Wade peut y chercher et trouver des bénéfices politiques grâce des effets d’annonce. Mais de là à élever Mame Madior Boye à la dignité de chef du gouvernement, elle à qui l’on ne connaît point d’engagements politique, il faut beaucoup de contorsions aventureuses pour s’y hasarder. Toutefois, nommer une femme de surcroît sans ambitions démesurées arrangeait incontestablement un homme qui voulait éloigner des alliés devenus encombrants. Les raisons qui avaient guidé Wade dans le choix porté sur Mame Madior Boye sont-elles les mêmes qui expliquent la nomination de Soumaré ?

Pourquoi pas : l’un comme l’autre ne peuvent afficher des ambitions présidentielles parce que ne disposant d’aucune base politique encore moins de mandat électif. Le prédécesseur de Wade au pouvoir, Abdou Diouf, a utilisé les mêmes artifices pour ne pas faire émerger des hommes politiques de taille à aspirer devenir président de la République. En 1981, il choisit Habib Thiam pour diriger le gouvernement et Jean Collin, un Français d’origine, pour tenir en respect les caciques du PS. Avec ces deux hommes, il n’avait pas de soucis à se faire pour son fauteuil.

Quand harcelé par l’opposition, il dut ouvrir son gouvernement, il ramène sans hésitation Habib Thiam. En 1998, c’est un haut fonctionnaire qui a connu avant Soumaré, le même itinéraire professionnel qui devient Premier ministre. Il s’agit de Mamadou Lamine Loum, ancien de l’administration du Trésor nommé ministre du Budget puis de l’Economie et des Finances avant de devenir PM. Wade fait-il du Diouf sans le savoir ? En tous cas, le choix porté sur Soumaré obéit aux mêmes raisons que celles de Diouf en 1998 quand il préféra Loum à tout autre homme politique sorti des rangs de son parti. Il fallait hier à l’ancien chef d’Etat écarter les hommes politiques qui pouvaient lui contester son leadership.

Aujourd’hui, Wade avec le même procédé, a réussi à mettre à l’écart un homme qui commençait à prendre du poids politique : Macky Sall. Ce dernier a eu la chance de devenir PM alors que Niasse dont Diouf se méfiait n’a pas été promu quand c’était son heure en 1991 encore moins en 1993 après la présidentielle. Beaucoup plus vicieux que Wade, Diouf a joué avec Niasse en retardant le plus longtemps possible la rupture. Wade, certain de pouvoir défaire tout ce qu’il a fait, n’a pas hésité à nommer Macky Sall chef du gouvernement. En se séparant de lui, il se dit que ce dernier, comme un poisson hors de l’eau, ne tiendra pas bien longtemps même en occupant le perchoir de l’Assemblée nationale. Pour commencer, il lui enlève la position de deuxième personnalité de l’Etat et l’intérim en cas de vacances du pouvoir en faisant renaître le Sénat.

La nomination d’un chef de gouvernement non politique (Cheikh Hadjibou Soumaré) devrait donc régler, pour le président Wade, tous les problèmes qu’il rencontre en jonglant avec les destins des hommes qui attendent de lui succéder. Wade n’a pas que cet objectif de conserver la main dans le jeu politique autour de sa personne et de son pouvoir. En nommant Soumaré, il capture tous les pouvoirs : politiques comme économiques. Ce n’est pas Cheikh Hadjibou Soumaré qui viendra jouer sur le terrain politique. Ensuite, l’ancien ministre du Budget maîtrise parfaitement les enjeux économiques. Connu pour sa loyauté - d’autres diront sa docilité, ce ne sera pas lui qui fera de la résistance pour faire avaliser tous les « dossiers » présidentiels. Les priorités du président Wade seront Les Priorités. Au mépris de l’orthodoxie administrative ou financière ? On y verra clair avec le programme de sortie de crise concocté avec le FMI.

A quoi pourrait-il servir ?

Si personne ne sait pourquoi Soumaré a été choisi pour la Primature et pas un autre grand militant du PDS ou même le sortant, Macky Sall, à qui on ne peut reprocher grand-chose, tout le monde comprend que Wade s’est offert le chef de gouvernement kleenex le plus intéressant. Sorti des derniers rangs de la liste du gouvernement, Haguibou Soumaré n’a pas le profil du collaborateur qui cherchera à s’incruster. Il a été formaté pour servir. Alors il servira. Et quand le moment de partir arrivera, il remplira ses cartons pour retourner dans l’anonymat de la haute fonction publique. Il pourrait devenir IGE, inspecteur général d’Etat, pour conclure sa brillante carrière de haut fonctionnaire en beauté en continuant à servir l’Etat. En attendant que Wade dévoile dans le menu ce qu’il fera de son cinquième Premier ministre, Soumaré va essayer de trouver ses marques en s’intéressant aux finances publiques.

A la rentrée politique avec le retour de vacances du président Wade, on y verra plus clair sur le destin de kleenex ou pas de ce chef de gouvernement qui n’a pas encore bouclé ses 100 jours. Sera-t-il l’agneau du sacrifice d’une redistribution des cartes qui exigera que le poste de Premier ministre soit sur la table ? La redistribution des cartes peut se faire hors la mise en jeu du fauteuil de Soumaré comme offrande pour que la paix revienne dans le camp présidentiel. Le chef du gouvernement pourrait même être le point de consensus entre tous. Il ne gêne personne entre tous les prétendants qui vont se disputer la dépouille du PDS et le fauteuil de Wade. Mieux, si Wade finit par se dire tant qu’à rebattre les cartes pour ses futurs héritiers libéraux pourquoi ne ouvrir l’arène et laisser participer aux empoignades post wadiennes tous les grands loups de l’opposition dite « significative » qui se mordent les doigts d’être hors jeu et s’inquiètent de la longue traversée du désert qui les attend, Soumaré pourrait servir de gardien de la maison.

Finalement, le destin de kleenex que l’on prédisait pour Soumaré pourrait s’avérer moins périlleux. Celui-ci présente le meilleur profil pour offrir un consensus aux différentes ambitions qui commencent à prendre forme au sein du PDS. Et pourquoi ne faciliterait-il pas une ouverture vers cette opposition que Wade ne veut voir même en peinture ? Il est transparent. Il peut faire de la figuration. Il n’a de visée sur rien. En voilà un cahier des charges pour un Premier ministre nommé pour éviter de donner des idées à des compagnons conscients que la redistribution des rôles ne va pas tarder. La grande question finale est de savoir si même dans ce rôle de figurant l’homme saura le jouer avec art. Et mieux, lire ses deux lignes de scénario, c’est-à-dire entrer dans le jeu pour permettre aux grosses vedettes de se distinguer.

Issa SALL
Source: Nouvel Horizon

Article Lu 1419 fois

Dimanche 2 Septembre 2007





1.Posté par MAX le 02/09/2007 17:26
doungui cherna ak couragbi ext gorgorlulenne ta bayi thiowli

2.Posté par MAX le 02/09/2007 23:23
khalis rek dou adouna


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 11:54 Macky Sall à Versailles chez Abdoulaye Wade

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State