Référence multimedia du sénégal
.
Google

Gouffre de 450 milliards dans les caisses de l’Etat : Les bourreaux du trésor

Article Lu 1955 fois

Les enquêteurs des Finances ne sont pas certains d’avoir vraiment circonscrit les dégâts commis par le ministre sortant du Budget. Tout le monde reconnaît que s’il a été assez habile pour camoufler au Fmi la situation réelle du pays, il pourrait de même dérouter les enquêteurs locaux. Néanmoins, on sait aujourd’hui quelles sont les structures qui ont le plus bénéficié de ses largesses.



Gouffre de 450 milliards dans les caisses de l’Etat : Les bourreaux du trésor
Le déficit du Trésor va créer de sérieux problèmes aux entreprises du secteur privé. Car le niveau de créances, qui était de 150 milliards au mois de mai, lorsque le représentant résident du Fmi tirait sur la sonnette d’alarme, est aujourd’hui de 270 milliards de francs Cfa. Et on sait, avec l’échec de l’emprunt obligataire de l’Etat, qu’il va être difficile de combler le trou. Mais, si les entreprises qui vivent de la commande publique sont toujours dans le creux de la vague, les ministères et autres agences de l’Etat n’ont pas eu trop à se plaindre de la gestion du ministre sortant du Budget, M. Ibrahima Sar. Ainsi, comme il a déjà été déclaré à plusieurs reprises, les travaux de l’Anoci ont porté un coup fatal au Trésor. Le Quotidien est aujourd’hui en mesure d’établir que les avances accordées par le ministère du Budget dans le cadre de la préparation du Sommet de l’organisation islamique ont varié entre 180 et 200 milliards de francs Cfa. Mais aussi important qu’aient été les ponctions opérées par cette agence, elle n’est pas la seule structure de l’Etat à avoir bénéficié des décaissements hors budget. Le ministère de l’Intérieur aussi, à l’époque de Me Ousmane Ngom, a enregistré environ 3 milliards pour factures diverses, essentiellement dans la préparation des élections présidentielle et législatives tenues au début de cette année.

REGULARISATION A POSTERIORI
Parmi les ministères les plus gourmands, celui dirigé par M. Habib Sy se détache du lot, avec des montants qui dépassent les 12 milliards de francs. Des personnes proches du cabinet présidentiel déclarent que la plupart des structures qui ont eu à bénéficier des largesses des différents ministres qui se sont succédé au département du Budget, savaient que les fonds dont elles jouissaient par ce biais étaient irréguliers et non couverts par la Loi des finances. « L’astuce était de les reporter dans le compte de la loi des finances de l’année à venir, et le tour était joué », affirme cette personne bien au fait de ces opérations.

De cette manière, plusieurs budgets de nombreux départements ont acquis une pureté à bon marché. L’ennui est que les protagonistes n’ont pas compté avec la crise économique qui a affecté l’économie du pays. Mais, cela, on l’a dit hier, même si la répétition pourrait être pédagogique dans certains cas. Aujourd’hui, au plus haut sommet de l’Etat, les autorités sont en train de chercher le moyen de combler le trou. Malheureusement, les solutions proposées à ce jour ne vont pas ramener de si tôt le sourire sur le visage des Sénégalais, car elles entraîneront encore plus de sacrifices pour beaucoup de gens. D’autant plus que les « bonnes » habitudes, chez les dirigeants, n’ont pas changé.

LE DERNIER CADEAU DU BUDGET
Ainsi, il a été découvert que le ministre du Budget, quelques heures avant son limogeage, jeudi dernier, a signé une dernière autorisation d’avance de trésorerie, au bénéfice d’une agence du pays. Montant du cadeau d’adieu : 1,5 milliard de francs Cfa. Cette information a créé la consternation en haut lieu, car les gens ne comprennent pas comment une telle décision a pu être prise, au moment où toute la structure des finances de l’Etat réfléchit aux différentes stratégies de colmatage des dégâts. La seule explication est que M. Sar n’a jamais pu refuser des choses à certains de ses amis au pouvoir. Ce qui pousse les observateurs à se demander quelle pourrait être la véritable ampleur des dégâts.

QUID DES AUTRES STRUCTURES DE L’ETAT
Le ministre sortant du budget a montré son ingéniosité à masquer ses comptes, au point de « rouler dans la farine » les vérificateurs du Fmi, qui n’ont littéralement, vu que du feu. Certains fonctionnaires du ministère des Finances se disent convaincus que les jours à venir vont révéler d’autres dépenses encore cachées. « Et encore, cela ne prend pas en compte la situation des Etablissements publics à caractère privé, comme les hôpitaux, le Coud et l’Université, certaines Collectivités locales et autres. On sait que l’Etat est aujourd’hui malade dans la majorité de ses composantes », affirment des fonctionnaires proches du découragement.

Quant à ceux qui espéraient voir l’Etat leur régler leurs créances pour rebondir, ils devront vite se faire une raison. Pour le moment, ils ne font pas partie des priorités du gouvernement.

Source Lequotidien

Article Lu 1955 fois

Samedi 9 Août 2008





1.Posté par shit le 09/08/2008 23:14
sen biir you ngande fes délaki riba

2.Posté par shit le 09/08/2008 23:15
bande de voleurs , sen biir you ngande fes délaki riba

3.Posté par diatta ndiaye le 10/08/2008 00:42
Que l'ètat ( ou ce qu'il en reste) prenne ses responsabilitès...les scandales se succèdent et se ressemblent du point de vue de leur ampleurs.Il merite la peine de mort si l'on sait qu'à l'hopital Dantec des hommes et des femmes meurent parce qu'ils n'ont pas pu collecter 5000 F pour acheter des mèdicaments.MAIS quand le chef de l'etat considère le trèsor comme son compte bancaire , retire des montants importants en liquides ils donnent le depart de la course des rats qui rappelle cette fameuse chanson de BOB MARLEY "rat race". Et le premier des kania c'est gorgui ak wa keureum...

4.Posté par papis le 10/08/2008 01:37
Je ne veux pas etre sur cette photo. Des gens qui donnent l'envie de vomir.

5.Posté par pyou le 10/08/2008 02:50
mé nioun fou gnou dieum liy rame si niak bi la dieum, wala bok généraux diapalè lène gnou.coup d état rek mo fi seus

6.Posté par fall aziz le 10/08/2008 05:07
YALNA YALLA DEF JAMM AAMINE

7.Posté par PAPIST le 10/08/2008 05:10
OK THACANAKM

8.Posté par lia le 10/08/2008 10:13
c grève comme nation lè gens meurent de fin eux ils volent largent

9.Posté par diop le 10/08/2008 10:18
c'est pourquoi quand ils parlent de passporst numerisès ils font rire des passports numerisès et falsifiès oui puisque etablis à base de carte d'identitè falsifièes....ce sont des incapables....

10.Posté par xxx le 10/08/2008 12:50
la situation est vraiment triste il faut redoubler d'efforts pour sortir de cette tempête

11.Posté par awawawaw le 10/08/2008 15:01
badola rek diam billahi yna trokh

12.Posté par awawawaw le 10/08/2008 15:04
wad bayyi re ga wra def mano dara khana yakarone da ga fato khalatal bou bakh

13.Posté par awawawaw le 10/08/2008 15:11
messagepour tout les senegalais wathia lene ci mbeddyi contre wade ndakh apcirminel le rek wad vai amourire come ci dicono i italini noi senegalisi non ti voglamo pui vai in francia con la tua femiglia e poi tutiegoverno devono andare acacare

14.Posté par awawawaw le 10/08/2008 15:15
wade tu sei un dittatore di medda sei gia rovinto allora deve andare in pensione si no tu rovinerai il nostro payessi dai sei mato

15.Posté par awawawaw le 10/08/2008 15:17
mame dai bannekho cme diceva papa alle niang mame wade yaye catthior

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State