Référence multimedia du sénégal
.
Google

Génération du concret : du n’importe quoi

Article Lu 1590 fois

Octobre 2007,quelques années après qu’un autre premier ministre suite à une « brillante prestation » devant des bailleurs de fond annonçait une pluie de milliards au Sénégal, voila qu’à la suite d’une réunion avec le groupe consultatif de paris,l’actuel premier ministre nous promet avec cependant moins de bruit une cyclone de milliards à recevoir d’ici 2010(retenez bien la date).Applaudissons encore et disons tout haut que la cyclone a fait moins de bruit que la pluie.Si certains justifient ce paradoxe par la nature très différentes des deux premiers ministres,nous osons croire que monsieur Aghibou soumaré a compris l’idée précise que le peuple au nom de qui et pour qui a été négocié ces 2500 milliards s’est fait de la probable destination de cet argent qui pourtant a été décroché grâce à un DSRP à faire fantasmer les bailleurs les plus sceptiques.



Génération du concret : du n’importe quoi
En effet, l’année 2010 se trouvant par hasard à quelques encablures de 2012 la question que tout le monde se pose actuellement est de savoir est ce que cet argent ne servira pas à financer un DFAFP (Document pour le Financement d’une Accession Facile au Pouvoir) qui est probablement entrain de dormir tranquillement dans les tiroirs de l’ANOCI plutôt qu’un DSRP ?

La pertinence de cette question qui est capable de torturer les méninges de plus d’un, réside sur le fait que depuis quelque temps, le paysage politico-mediatique sénégalais est pris en otage par une génération qui se dit du concret avec à sa tête le fils du président qui en s’immisçant dans tous les grands dossiers de l’état a du mal à cacher la vacuité de sa vision qui est d’accéder coûte que coûte au sommet.Cette génération spontanée qui s’active depuis qu’il a commencé à être question de succession du président wade à a l’espace de deux années,battue tous les records de scandales politico affairistes.

Par le biais de l’Agence pour l’Organisation de la Conférence Islamique (ANOCI), Karim Wade s’est taillé une aura autour de sa personne. Au-delà, il est connu et reconnu pour être au début, au milieu et à la fin de nombre de négociations pour le compte du Sénégal. L’une des meilleures illustrations reste le rôle combien important qu’il a joué dans l’adjudication du terminal à conteneur au profit de Dubaï Port World, ou encore la troisième licence de téléphonie au groupe Sudatel.

En fait disons simplement que sa responsabilité est engagée partout où on parle de milliards ce qui est très regrettable pour un pays qui se respecte et qui se dit doté d’une administration engagée et compétente mais qui aujourd’hui ne semble être que l’ombre d’elle-même car voyant toutes ces compétences être transféré clandestinement et à grande échelle à l’ANOCI,bras séculier de la génération du concret.

Malheureusement les concepteurs de cette génération du concret ont aujourd’hui compris que dans ce pays on a pas besoin d’être un expert dans la compréhension de la psychologie de l’homo sapiens sénégalensis pour comprendre le rôle que joue l’argent dans notre société où il suffit d’être parrain d’une organisation féminine, de verser une obole de 10millions à une organisation de jeunes ou d’offrir gracieusement des tonnes de riz et des billets de la Mecque à une association religieuse pour se voir plébisciter comme futur homme fort du pays par des opportunistes.Ces derniers, thuriféraires, larbins devant l’éternel et grands ennemis du Sénégal trouvent pourtant des mots pour présenter Karim comme un brillant expert financier capable de nous faire profiter de ses relations ce qui est d’ailleurs assimilable à une insulte à l’intelligence de tous les Sénégalais car tout le monde sait qu’on n’a pas besoin d’être plus qu’un courtier pour,avec l’attestation de filiation présidentielle en guise de sésame se voir ouvrir comme disait l’autre les portes du monde des affaires.N’importe quel businessman de colobane serait apte à faire autant, sinon plus.

En terme plus clair,Karim est loin d’être meilleur que tous ces fonctionnaires qui après de brillantes études se sont asservis à la cause du peuple préférant de loin des salaires exagérés qu’ils peuvent avoir à l’étranger et dont on ne parle jamais parce qu’ils ne sont fils de personne et qui parfois même après avoir gravi tous les échelons de notre administration subissent toutes sortes d’humiliation en étant obligé de baisser le chignons devant des personnes en général moins instruits mais qui n’ont que le mérite d’être membre de la génération du concret ou tout simplement proche de karim.Qu’est-ce que donc Karim a prouvé comme compétence pour susciter une telle pamoison ? Rien et j’ose même affirmer à mon avis même si le choix des Sénégalais ne doit pas se limiter à ces deux probables futurs candidats, qu’il devrait,dans la perspective de succession de wade être logiquement loin,très loin même derrière Macky Sall qui lui au moins se vantera d’avoir occupé successivement sans même pour autant le quémandé (c’est le président qui le dit) les postes combien stratégique de ministre de l’intérieur,de premier ministre et aujourd’hui de président de l’assemblée nationale mais qui me semble malheureusement avoir perdu tout espoir de succéder à wade lui qui à travers l’assemblée nationale veut prendre la responsabilité historique de vouloir auditionner l’ANOCI ce que lui a probablement inspirée le palais mais qui n’est rien qu’une petite partie mais combien importante des stratégies visant à crédibiliser un candidat à la succession de wade.Parcequ’il me semble qu’il sera bien plus probable qu’on nous dise que tout est bien,que l’ANOCI est une maison tout en verre et cela servira évidemment a grand-chose dans la bataille de succession d’autant plus que c’est un autre candidat à cette même succession qui le dit.

S’il est bien vrai qu’on ne dira jamais assez ce que Macky disait déjà en juillet 2006 dans télésud que « C’est pas parce qu’il est de teint clair qu’il n’est pas sénégalais. C’est Karim Meissa Wade, il s’appelle. Pourquoi il n’aurait pas droit à assumer une fonction publique au Sénégal ? ». Il demeure cependant que Karim qui n’a rien de plus que tous les Sénégalais ne doit nullement se servir de son statut de président de l’ANOCI pour faciliter son ascension vers le sommet.Lui qui est loin de faire mieux que tout ces techniciens des ministères des infrastructures, de la santé, de l’éducation…. qui ont ficelés puis exécutés tous ces projets qui ont été réalisés hors de Dakar et tendant à réduire la souffrance de la population de ces zones reculées du Sénégal,que dire de Macky sall qui en tant que premier ministre à superviser tout cela.Penser à Youssou ndour,Serigne mboup…me pousse a me poser la question de savoir ce que la génération du concret a fait pour freiner l’immigration clandestine ? En tout cas rien, comparé à ces investisseurs, ces hommes d’état des temps modernes.

La vérité est que Karim est loin de boxer dans la même catégorie que ces hommes qui sont capables de nous faire voir le bout du tunnel et qu’il ferait mieux de trouver ses alter égaux dans les directions des différentes agences tels que ARTP, AATR, ASER et APIX sinon même moins car ces agences contrairement à l’ANOCI se sont inscrites dans une dynamique de long terme et font atteindre leurs tentacules jusqu’à Mbadakhoune, berceau du Sénégal des profondeurs.

Fort de tout cela,je crois alors qu’il est grand temps qu’on arrête ce grand théâtre qui se prépare autour des chantiers de l’ANOCI car il est plein de danger, le Sénégal n’est pas le Togo et les Sénégalais sont tout sauf des congolais, il se trouve simplement qu’on est dans une période où le pays traverse une grave crise d’identité caractérisée par la perte des valeurs morales et religieuses crée et entretenue par un conglomérat de personnes réunis autour de clans repliés sur eux-mêmes, ayant un sens très élevé de la culture du clientélisme et du larbinisme donc méprisants à l’égard de toutes personnes compétentes et ambitieuses.

Dans cette situation je demeure convaincu qu’une concertation s’impose peut être des assises mais celle de la valeur c’est-à-dire une rencontre où tout le monde reconnaîtra les efforts du Président wade pour un Sénégal émergent mais où on lui dira aussi haut et fort que dans une grande démocratie il n’est pas décent qu’un président soit remplacé par son fils UNIQUE,oui je crois à mon humble avis que le peuple dira jamais non à des assises où nombre de politiciens demanderont pardon au peuple d’avoir été l’unique cause de tous nos maux et où le peuple souverain exigera à son tour le repos de la vieille garde histoire de céder le paysage politique à la génération d’après indépendance plus jeune et plus consciente du rôle qu’elle doit jouer pour le développement du Sénégal.

Je crois que cela reste l’unique alternative qui nous reste et qui nous permettra de ne pas baisser la tête lorsque dans l’au-delà nous croiserons Maba diakhou, Lat Dior,Alboury ndiaye,Oumar foutihou tall,Mame Abdoulaye niass, Cheikh Ahmadou Bamba,Limamoulaye, El hadj Malick…. Ces valeureux pères du Sénégal embryonnaire qui a coup sùr ne reconnaîtront plus le Sénégal qu’ils nous ont légués.

Pour tout membre de la génération du Sénégal valeureux.

Pour tout membre de la génération des mains propres.

Papa Malick Ndour
Etudiant en Maîtrise d’analyse et de politique économique
Délégué à la Faculté des sciences économiques et de gestion-UCAD.
tobepresident@hotmail.fr

Source: Sud Quotidien

Article Lu 1590 fois

Jeudi 18 Octobre 2007





1.Posté par Sadikh le 18/10/2007 11:13
Ponctuation
Pape Malick, tu as saisi ton avec un clavier qui n'a pas de "virgule" ou quoi? Tes longuesf phrases essoufflent le lecteur, qui finit par ne rien comprendre!
Précision: je n'ai rien à avpoir avec ce que j'appelle la "Concrete Jungle"

2.Posté par fall le 25/12/2008 14:20
SADIKH, on te connait nés pas toi ki défendait karim dans lautre portail. papae malick a fait une contribution excellente toute mes félicitation mai nak attention au marteau

3.Posté par fall le 25/12/2008 14:22
sans faute pape, clair simple et san complaisance toute mes félicitation continuons le combat karim doufi tok way


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 19 Octobre 2016 - 12:30 Convocation de Barhelemy Dias: le Ps divisé

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State