Référence multimedia du sénégal
.
Google

Gadio pour le renforcement des moyens de l’audiovisiel public

Article Lu 1544 fois


Gadio pour le renforcement des moyens de l’audiovisiel public
Dakar, 8 juil (APS) - Le ministre sénégalais des Affaires étrangères, Cheikh Tidiane Gadio, a plaidé, mardi à Dakar, pour le renforcement des moyens de l’audiovisuel public africain dans le but de relayer une information africaine allant dans le sens de l’intégration et des Etats-Unis d’Afrique.



’’Les politiques font des propositions, des discours, organisent des réunions pour la promotion de l’intégration et des Etats-Unis d’Afrique. C’est bien, mais il faut que les populations soient conscientisées sur l’importance d’aller vers les grands ensembles. Et pour cela il nous faut un audiovisuel public doté de moyens conséquents et capable de relayer l’information’’, a dit M. Gadio dans une communication faite à l’ouverture de la deuxième assemblée générale du Réseau de l’audiovisuel public d’Afrique francophone (RAPAF).

Selon le ministre d’Etat, ‘’le service peut organiser des discussions avec les populations, populariser les discours dans les coins les plus reculés. Il est arrivé le temps, depuis que Nkrumah l’a dit en 1963, d’une information africaine faite par des Africains pour des Africains’’.

’’Si, a-t-il ajouté, on règle le problème des moyens, on fera un grand pas dans ce sens. Nous avons les structures, les journalistes bien formés, mais sans moyens ça ne peut pas marcher parce que ça n’atteindra pas le plus grand nombre’’.

Cheikh Tidiane Gadio a souligné que c’est ‘’le seul moyen de corriger et de contrecarrer’’ le discours ambiant teinté d’afro pessimisme faisant croire que l’Afrique est un continent sans espoir, sans avenir. Auparavant, le ministre des Affaires étrangères s’était évertué à montrer ‘’pourquoi le 21-ème siècle est le siècle de l’Afrique’’.

’’Malgré les difficultés issues de plus de trois siècles d’esclavage, de pillage systématique avec la colonisation, les conflits, les maladies, le potentiel du continent est important’’, a-t-il dit à ce propos estimant qu’il est ‘’d’ailleurs paradoxal de constater que ceux qui tiennent tous les jours un discours pessimiste sur l’Afrique sont les premiers à prendre l’avion le lendemain pour venir chercher des parts de marché sur le continent’’.

Il a relevé que l’Europe qui est aujourd’hui dans une posture conquérante est passée par ‘’les pires difficultés’’ au 20-ème siècle marqué par les deux guerres mondiales qui ont fait des millions de morts.

’’Les peuples peuvent passer par des moments difficiles. Le plus important est d’en prendre conscience, d’en tirer les leçons pour avancer’’, a-t-il souligné.

25 directeurs généraux de télévisions francophones africaines et des dirigeants de Canal France International (CFIT) prennent part aux travaux qui seront clôturés mercredi. L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) est représentée par son responsable de programmes médias, Tidiane Dioh.

’’La gestion des conflits’’, ’’Les droits sportifs’’ et ’’la Télévision publique face au pouvoir’’ sont les thèmes qui seront abordés au cours de la rencontre dont la cérémonie d’ouverture a été présidée par le ministre de l’Information et des Relation avec les Institutions, Abdoul Aziz Sow.

La deuxième assemblée générale du Réseau de l’audiovisuel public d’Afrique francophone (RAPAF) se fixe comme objectif d’identifier les défis auxquels les structures publiques font face dans un contexte concurrentiel marqué par l’arrivée massive de télévisions privées.

Pour le directeur général de la Radiodiffusion télévision sénégalaise (RTS), Babacar Diagne, hôte de la manifestation, il s’agit d’aboutir à une ‘’réorganisation rationnelle’’ de l’espace audiovisuel public africain pour ‘’faire face à l’avènement des opérateurs privés’’.

’’Il faut une alliance réelle en vue de développer des échanges dans tous les secteurs d’activités de nos différents médias. Cela suppose une mise en commun de nos potentialités’’, a estimé M. Diagne pour qui cette ‘’option stratégique’’ peut aider à gérer ‘’efficacement’’ les aléas de la mondialisation.

Il a ajouté qu’il faudra évaluer les possibilités des uns et des autres pour relever le défi et assurer un avenir meilleur aux différentes structures membres du RAPAF, créé en juin 2007 à Bamako.

Le ministre de l’Information a pour sa part indiqué que le choix du Sénégal pour abriter la rencontre témoigne de la place que la RTS dans le paysage médiatique sénégalais et, au-delà, africain. Abdoul Aziz Sow a réaffirmé le soutien des autorités sénégalaises pour l’émergence d’un service public de l’information ‘’plus fort’’.

Parlant du défi de la concurrence posé par l’arrivée de nouveaux acteurs dans le secteur de l’audiovisuel, M. Sow a dit que cela pose en même temps l’équation de la compétitivité et de la rentabilité. Il a rappelé le rôle de l’Etat qui consiste selon lui à ’’encadrer’’ le pluralisme et la concurrence qu’il engendre.


Article Lu 1544 fois

Mercredi 9 Juillet 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State