Référence multimedia du sénégal
.
Google

GUINEE: Wade se barricade et pousse son « fils » Dadis dans la fosse aux lions

Article Lu 12404 fois

XIBAR.NET (Dakar, 01 Février 2010) - Pour ne pas courir le risque d’être cité devant le Tribunal pénal international comme complice ou témoin du putschiste et président déchu Dadis Camara, eu égard aux conseils et coups de main qu’il lui a donnés et qui ont conduit au massacre de près de deux cents Guinéens, le président Wade se barricade et lâche Dadis dans la fosse aux lions.



GUINEE: Wade se barricade et pousse son « fils » Dadis dans la fosse aux lions
C’est vers, encore, un média étranger que le président Wade s’est tourné pour tenter de sauver sa peau dans le massacre survenu en septembre dernier en Guinée, sous la houlette du capitaine Dadis Camara. Il l’avait soutenu dès les premières heures de son putsch, en laissant entendre à la face du monde que Dadis n’avait fait que « ramasser un pouvoir qui était dans la rue ». Il sera le premier des chefs d’États à se rendre en Guinée. Il retournera même à Conakry à l’occasion d’un meeting de soutien à la candidature à l’élection présidentiel de son protégé. À l’occasion, il lui avait fait remarquer que le Mali, la Mauritanie, le Bukina Faso, bref bon nombre de pays de l’espace de la Cedeao sont dirigés par des militaires, « qui ont bien manœuvré ». Mieux il lui a rappelé le conseil qu’il avait prodigué au jeune Faure Eyadema : « En Afrique, si on a le pouvoir et l’argent, on ne peut perdre des élections ».

Des mots qui raisonneront dans la tête du jeune capitaine, qui voyait Wade comme un messie. Fasciné et rassuré, Dadis commencera à prendre goût au pouvoir, auquel il tentera de s’accrocher jusqu’au tragique 28 septembre et la tentative d’assassinat dont il fut l’objet le 3 décembre dernier. Pour faire oublier ses déplacements en Guinée et ses connections avec le jeune capitaine, le président Wade a déclaré que l’année dernière, puisque Dadis le « consultait tous les jours », il l’avait « poussé à accepter de partir ».

Mais, maintenant, devant « plus de 180 personnes tuées, une centaine de femmes violées on ne peut laisser agir » a reconnu Wade. Il avait senti « le danger venir ». Rappelant qu’il est « avocat » et qu’en conséquence, il « respecte le principe de la présomption d’innocence, il n’en pense pas moins qu’il « faut poursuivre les coupables ». Autrement, Wade est clair : il lâche Dadis et demande qu’il soit traduit devant la Cour pénale internationale, comme le stipule le rapport de l’Onu sur la Guinée. Une manière pour le président Wade de se mettre à l’abri de tout soupçon, de toute interpellation.

Mais s’il est décidé à faire payer Dadis, auquel il ne parle plus depuis qu’il a été rabroué à son sujet par la Maison blanche, il est à se demander si le capitaine acceptera de tomber seul. Car, depuis le meurtre avorté dont il a été victime et sa perte du pouvoir, Dadis, aidé par Blaise Campaoré et protégé par le tout puissant chef d’État-major burkinabé, snobe Wade.

La Redaction

Article Lu 12404 fois

Lundi 1 Février 2010





1.Posté par Faux le 01/02/2010 10:02
Arrêtez de publier des conneries. En quoi juridiquement wade peut il être tenu pour responsable de la tuerie en guinée? Vous croyez qu'on peut sur des allégations aussi légères accuser un chef d'Etat? Je n'ai rien à foutre de wade et de son régime pourri, mais le seul responsable c'est dadis et c'est lui qui devra payer un jour. Et le rôle de blaise compaoré dans cette histoire? vous croyez qu'il est blanc comme neige?Il aaiddé, encouragé et même armé charles taylor du liberia. Taylor est en prison, blaise continue de baiser sa femme et le soleil se lève toujours à l'est. wade est un chien de la pire espèce mais le sort de dadis n'est pas lié au sien.

2.Posté par Diallo le 01/02/2010 10:19
Poste 1 wade n'est pas du tout responsable du massacre du 28 septembre, mais il dit lui mm que dadis le consulté chaque jour. Ceci dit, qu'il peut bel et bien etre citer comme témoin a la cour pénale (Pour example le procés de Jean Pierre Mbemba)..

3.Posté par barry le 01/02/2010 12:40
WADE est le vrai responsable de ce qui nous arrive en guinee tout ce que larticle dir=t est vrai dadis etait un innocent si wade ne lavait pas encourager on en sera pas la mieux tout ca cetait pour les fonds que lui a confier dadis wade nest pas bon por lafrique

4.Posté par philippe martial le 01/02/2010 13:50
Le fait est que Dadis avait vu en Wade un homme expérimenté, avec une bonne connaissance de la politique. Mais, mal lui en prit, car wade n'a rien d'un sage, il a soutenu devant tout le monde dadis camara qui venait de s'accaparer de la présidence de la guinée sans élection aucune. Devant une telle situation, le déséquilibre actuel de la guinée ne surprend personne. Que serait l'Afrique si chacun se lévait pour dire qu'il va prendre le pouvoir ? Sans compter que dadis camara n'a aucune formation administrative ou un quelconque bagage intellectuel à même de lui permettre de remettre l'économie de la guinée sur les rails. La preuve, sa première sortie fut catastrophique, et lui vaut tous ses déboirs actuels. Et Wade son sonteneur d'hier ne parle plus de lui, pire il soutient que le sort de dadis devrait être statué au niveau de la cour internationale de justice.

5.Posté par baba le 01/02/2010 15:56
Quel lâche ce wadus!!!

6.Posté par aaa le 02/02/2010 01:06
Je ne suis pas d'accord avec wade sur beaucoup de choses mais c'est pas vrai .ce ne sont pas ses conseils et coup de mains qui ont conduit au massacre du 28 septembre .Craignon Dieu car tout ce qui se dit ici se dira sous terre .

7.Posté par Familles de victime du naufrage du Joola le 02/02/2010 19:00
COMME POUR LE NAUFRAGE DU JOOLA survenu le 26/09/2002, près de 2000 victime - 13 nationalités, un drame méprisé et bafoué par les autorités.
sénégalaises, une affaire classée au Sénégal dès 2003 "circuler il n'y a rien à voir"
Un drame qui était prévisible, tous du Président, son fils, aux ministres savaient que le bateau n'était plus naviguable.

Le combat des familles de victimes françaises est le combat pour toutes les familles de victimes.

TROP DE ZONES D'OMBRES.....

POURQUOI LA RECIPROCITE CONTRE LE JUGE FRANCAIS QUI N'A FAIT QUE SON DEVOIR ,
POURQUOI CE POOL D'AVOCATS SENEGALAIS, PAYES SUR LES DENIERS PUBLICS,POUR FAIRE ANNULER LA PROCEDURE JUDICIAIRE ET LES MANDATS D'ARRETS
LES FAMILLES DE VICTIMES S'INTERROGENT......
LA VERITE SURGIRA UN JOUR...........

DES TEMOIGNAGES QUI ACCUSENT LE POUVOIR SENEGALAIS :

8.Posté par Familles de victime du naufrage du Joola le 02/02/2010 19:03
UN GRAND MERCI POUR LE REMARQUABLE ARTICLE DE BABACAR TOURE
QUI HONORE LES VICTIMES DU JOOLA

Le règne de l’impunité et du mensonge

«J'aime la vérité. Je crois que l'humanité en a besoin ; mais elle a bien plus grand besoin encore du mensonge qui la flatte, la console, lui donne des espérances infinies. Sans le mensonge, elle périrait de désespoir et d'ennui.»
Anatole France

C’est avec stupeur que j’ai appris, lors de la conférence de presse organisée à Dakar par Me El’hadji Diouf et compagnie -mandatés pour défendre les officiels sénégalais-, que les avocats ont osé dire que Mame Madior et Youba Sambou avaient été totalement «blanchis» par la Cour de Cassation. Ayant couvert cette affaire pour le compte de l’Observateur, et étant foncièrement opposé au mensonge et à l’injustice, il est de mon devoir d’apporter ces précisons suivantes. Il n’y avait jamais, lors de l’audience du 5 janvier 2010, été question de juger de la culpabilité ou non de Mame Madior Boye et de Youba Sambou dans le naufrage du Joola. Lors de cette audience, le tribunal s’était penché sur le pourvoi introduit par les Conseils des parties civiles contre la décision de la 3e section de la cour d’Appel de Paris qui avait –le 16 juin 2009- décidé d’annuler les mandats d’arrêts internationaux décernés par M. Jean Wilfried Noël, ex-juge d’Instruction au Tribunal de Grande Instance d’Evry, à l’encontre de l’ex-pm et de son ministre des Forces armées. Aussi, le tribunal devait étudier la demande des avocats sénégalais d’annuler les 7 autres mandats que cette même Cour d’Appel avait maintenus à l’encontre des «seconds couteaux».
Puisque la cour de Cassation est la plus haute juridiction en France, sa décision concernant Mame Madior Boye et Youba Sambou est définitive. Ces deux là ne seront plus menacés par la justice française. Comme pour eux, l’arrêt concernant Youssoupha Sakho et compagnie est irrévocable. Aucune juridiction, en France, n’est habilitée à entendre des avocats plaider leur cause ici; si ce n’est que lorsqu’ils seront incarcérés. Désormais, dès qu’ils mettront le bout du nez, hors du Sénégal, ils seront cueillis et conduits pieds et mains liés en France. Leur tenir tout autre langage que : «déchirez vos passeports et n’allez en vacances qu’au Sénégal» est un leurre. C’est fini, aucun avocat fut-il un «génie du show» de la trempe de Me El’hadji Diouf ne peut plus rien faire pour eux dans cette affaire.
Cette tentative de Me Massokhna Kane et compagnie de vouloir, vaille que vaille, présenter Mme Mame Madior Boye et Youba Sambou comme des victimes, -dans l’homicide involontaire et la non assistance des 2000 passagers du Joola-, est franchement répugnante, révoltante et source de frustration dont les conséquences présentes peuvent être traumatisantes, futures préjudiciables pour le pays. Dire que Mame Madior et Youba Sambou ont été blanchis est -je pèse mes mots- un grand mensonge, une tentative de désinformation. Pour être acquitté, il faut d’abord être jugé et à ma connaissance ils ne l’ont jamais été. Menacer de poursuites judiciaires quiconque mêlerait leurs noms à ce naufrage n’est rien d’autre que de la pure intimidation et cela, je peux vous assurer qu’elle ne passera point. Et ce pitoyable exercice de communication auquel ils se sont livrés, motivé par l’argent du contribuable que leur donne Wade pour tirer ses hommes d’affaire, est une insulte faite à la mémoire des disparus du MS/Joola. Après avoir empêché au pays de faire son deuil -en refusant le renflouement du navire- le régime voudrait que les citoyens n’évoquent plus la mémoire des leurs. Qu’ils fassent table rase des naufragés, comme s’ils n’avaient jamais existé. C’est la pire des insultes qui puissent sortir de la bouche de quelqu’un- l’avocat député, le roi du Saloum- qui caresse le rêve de devenir le futur président du Sénégal.
Si leurs VIP de clients ont pu s’en tirer -je le rappelle, puisque j’ai suivi le procès et j’ai en ma possession l’arrêt de la Cour de Cassation-, c’est parce qu’ils ont bénéficié de la bienveillance d’une «coutume internationale qui s’oppose à la poursuite des Etats devant les juridictions pénales d’un Etat étranger». Cette coutume, s’étendant aux organes et entités qui constituent l’émanation de l’Etat ainsi qu’à leurs agents en raison d’actes qui, comme en l’espèce, relèvent de la souveraineté de l’Etat concerné, ne pouvait que légaliser –à ne pas confondre avec légitimer- le rejet du pourvoi en cassation introduit par les parties civiles. C’est ce qu’a dit M. Pelletier, le président de la Cour, dans son arrêt. Rien d’autre. En terme simple, la cour de cassation rendant son verdict au nom du peuple français a décidé que –comme la 3e section de la chambre d’Appel qui a annulé les mandats d’amener contre Mame Madior et Youba Sambou- elle est d’avis que ces deux personnalités ne doivent pas être arrêtées comme de vulgaires criminels et conduites en France ou y être entendues. Il est à déplorer que cela ne grandit pas Mame Madior et Youba Sambou.
En acceptant de se couvrir de leurs immunités, ils se soustraient à l’éclosion de la vérité. Leur attitude ressemble fort à celle d’un présumé assassin à qui on refuserait l’obligation de se présenter devant un juge instructeur pour lui éviter de faire face à un tribunal qui pourrait être amené à le condamner. C’est aussi simple que cela! C’est le règne de l’impunité! Mais, jusqu’à la fin des temps, les noms d’Abdoulaye Wade, Mame Madior Boye, Youba Sambou et compagnie seront cités comme les seuls, les premiers et principaux responsables qui ont cautionné la mise à eau de cette épave dont ils n’ignoraient pas l’épouvantable condition. Et cela, peu importe les mille et une procédures judicaires ce pool d’avocats serait amené à intenter contre ceux qui -comme moi- n’avaleront pas leurs fausses nouvelles. Qu’Abdoulaye Wade et ses sbires soient jugés par des juridictions humaines ou non, condamnés à des peines de prison ou blanchis, peu importe; ils n’échapperont pas au jugement et à la négative sanction de l’Histoire comme il est sûr et certain que celui divin ne les manquera pas non plus.
Bacary Touré
Journaliste écrivain
kimikikiko@yahoo.fr

9.Posté par Familles de victime du naufrage du Joola le 02/02/2010 19:04
LE COMBAT DES FAMILLES DE VICTIMES FRANCAISES SONT POUR TOUTES LES FAMILLES, des 13 nationalités, APRES QUE LE SENEGAL EST CLASSE L'AFFAIRE EN 2003.

LES FAMILLES DE VICTIMES REMERCIENT...l'avocat intègre
Maitre Daouada Seck pour sa remarquable plaidoirie qui dénonce l'irresponsabilité des autorités sénégalaises.

Il a obtenu le 2ème prix au Mémorial de Caen sur les droits de l'homme en février 2009

Une vidéo qui fait le tour du monde
chargement un peu long mais attendre la fin de l'introduction d'amnistie international

MERCI POUR LES VICTIMES, TROP DE ZONES D'OMBRES SUR CE DRAME
DIEU EST GRAND ET IL SAURA APPORTER VERITE ET JUSTICE

UNE VIDEO REMARQUABLE : http://www.memorial-caen.fr/portail/av5.wmv

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 23:56 En Allemagne, la police roule... en Ford Mustang

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State