Référence multimedia du sénégal
.
Google

GRANDS TRAVAUX de Wade: La mise en service des bateaux taxis ajournée?

Article Lu 12226 fois

Les Sénégalais qui fréquentent la nationale 1 à hauteur de l’entrée et de la sortie de la vieille ville de Rufisque, ainsi que sur le passage devant l’hôtel de ville, se souviennent fraîchement de l’existence de majestueuses affiches déclinant un fameux projet de dotation de bateaux taxis pour la desserte maritime Dakar - Rufisque sur fond d’une grande effigie du président de la République. Il était pompeusement indiqué dans ces affiches fièrement exposées sur le boulevard Maurice Guèye, un ponton, des bateaux taxis et une gare maritime, au titre des grands travaux du chef de l’Etat. Ces images virtuelles, assimilables à des panneaux publicitaires, étaient destinées à faire rêver plus d’un Sénégalais sur les capacités managériales et innovantes des libéraux pour la recherche d’une gloire, plutôt que sur la viabilité et l’impact d’un vieux projet sur la mobilité des populations, au vu de l’utilisation à outrance du mode sur communicationnel. Il y a lieu de faire observer que les affiches qui trônaient sur le boulevard, ont subitement disparu du décor, alors que les rotations des bateaux taxis n’ont pas encore débuté. Que s’est-il passé ?



GRANDS TRAVAUX de Wade: La mise en service des bateaux taxis ajournée?
La propension des libéraux à agir sur le subconscient des populations, par des effets de manche, rappelle au bon souvenir des Sénégalais d’autres affiches du même support communicationnel dans le domaine de l’agriculture avec le projet de la Goana ; ces affiches qui faisaient rêver également les Sénégalais d’un pays où régnerait l’abondance de la nourriture. Nos compatriotes se sont rendu compte, la mort dans l’âme, du désastre qui continue à prévaloir dans le monde rural, deux années après cette campagne d’affichage préélectoral.

Cependant, le projet de dotation de bateaux taxis a connu un début de réalisation avec la construction d’une gare maritime et d’un ponton d’embarquement et de débarquement de passagers de 80 mètres environ qui s’étire dans l’atlantique sur la plage de Ndeppé, privant d’ailleurs les populations du seul domaine public maritime du littoral où elles pouvaient fréquenter la proximité de la mer. Les populations et pêcheurs de la localité ont vu un changement du décor naturel sur une frange maritime particulièrement érodée et agressée par l’avancée marine, rendant précaires les ouvrages édifiés pour l’exploitation de la liaison maritime sur la seule plage de la bordure océane de la ville de Rufisque. Les rotations des bateaux-taxis, prévues pour le mois de décembre 2008, n’ont jusqu’à nos jours débuté donnant l’impression d’un abandon du projet avec une gare et un ponton qui bravent sans défense l’agression marine, particulièrement destructrice, au regard des dégradations déjà occasionnées par une progression marine plus accentuée à cet endroit.

Nous écrivions déjà dans Wal Fadjri n° 4818 du 14 avril 2008 afin d’attirer l’attention de nos gouvernants sur la non-viabilité d’un tel projet sous le titre ’des bateaux-taxis pour un marché non porteur’, en ce qu’il répondait plus à du tintamarre communicationnel que de réalisations innovantes et viables ayant un impact appréciable sur la vie des populations… Dans un contexte où il faudrait des embarcations moins exigeantes et moins onéreuses pour la desserte fluviale, de véritables bateaux seront nécessaires entre Dakar et Rufisque pour affronter les mers en eau profonde, demandant des moyens financiers et sécuritaires colossaux. Pour la desserte de villes côtières peu distantes sur une frange maritime, la rentabilité devient illusoire lorsqu’il s’agit de bateaux à faibles capacités d’emport au vu des coûts élevés dans le secteur, de la concurrence des autres moyens de transport terrestre et du niveau faible du revenu des populations. En général, les bateaux taxis sont utilisés dans le monde pour des croisières ou pour des opérations maritimes ponctuelles, mais, pas pour le transport passager régulier, sauf, sur des fleuves ou bras de mers dans lesquels les embarcations sont moins exigeantes en termes de volume d’investissement et de stabilité.

Nous ne nous trouvons ni en Guadeloupe ou en Martinique, ni aux Antilles, ni dans d’autres endroits insulaires du monde, ni dans des villes côtières au niveau de détroits ; nous nous trouvons, en effet, sur une frange maritime assez large où il est plus efficient de multiplier les voies d’accès terrestres entre Dakar et l’hinterland, en particulier, de réaliser le port minéralier de Bargny qui désengorgerait la capitale de ses camions de transport marchandises et qui pourrait abriter un port de plaisance et un embarcadère sécurisé pour un trafic passagers éventuellement. En dehors de sa non-viabilité et de sa non-rentabilité, le projet présente également des aberrations au plan technique :

Le choix du site d’implantation de l’embarcadère sur la plage de Ndeppé est manifestement une erreur avec une gare maritime pied dans l’eau dont l’avancée marine n’en fera qu’une bouchée et un ponton d’une distance assez courte (80 mètres) ne permettant pas un accostage des bateaux en douceur du fait qu’il se trouve dans la zone d’inclinaison des vagues où la mer est particulièrement agitée. Il s’y ajoute que ces ouvrages n’ont pas de digue de protection au large, pour une mer particulièrement agitée dans ces endroits, en plus du fait que les petits bateaux accostent horizontalement par rapport à la rive et non verticalement, ce qui accroît d’autant l’instabilité des frêles embarcations. A cet égard, il y a lieu de relever les accidents aussi bien en mer qu’à l’arrimage des bateaux taxis, prouvant ainsi que les essais se sont révélés non concluants et démontrant la non fiabilité technique de l’exploitation.

Les caractéristiques des bateaux taxis à grande vitesse ne permettent pas d’affronter les mers agitées où existent des houles de fond sur la majeure partie de l’année, avec une grande stabilité, facteur qui sera très contraignant pour le confort des passagers. Le short sea shipping est plus compétitif sur les trajets relativement longs, à la limite entre Dakar et Mbour au moyen de véritables bateaux (catamaran) d’une grande stabilité, de capacité plus importante (300 à 500 personnes), en sus d’une clientèle solvable qui nécessiterait, le cas échéant, des investissements plus lourds, et de la réalisation de véritables ports d’embarquement et de débarquement. Il aurait mieux fallu doter l’île de Carabane, sans aucune autre connexion possible, sauf par la voie fluviale, de ces types d’embarcations pour desservir cette partie du Sénégal aux villes du littoral comme Ziguinchor, Sédhiou ou Goudomp, ou, encore sur le fleuve Sénégal de Saint-Louis à Podor, lesquelles embarcations présenteraient moins de risques et seraient plus viables.

Manifestement, le projet de dotation de bateaux taxis n’a pas fait l’objet d’études approfondies au terme desquelles les caractéristiques techniques des bateaux et les ouvrages techniques sur le site de l’embarcadère pourraient être améliorés, en plus des nombreux questionnements sur la pertinence dudit projet au plan économique et social.

Kadialy GASSAMA Economiste Rue Faidherbe X Pierre Verger Rufisque

Source: Walfadjri

Article Lu 12226 fois

Vendredi 29 Mai 2009





1.Posté par Ex Jersey Girl le 29/05/2009 15:44
Wade has a great architect that designs plans and allows him to post them all over dakar. None of his projects are concrete. They are just ideas at times dreams lol.

2.Posté par Ex Jersey Girl le 29/05/2009 15:45
I meant his designs are posted all over senegal, not just dakar.

3.Posté par Debolo le 29/05/2009 19:34
J'ai depuis toujours soutenu que notre "roitelet" Wade, est la parfaite photocopie en noir, de "l'imperatore" italien Berlusconi. Tout en eux est basé sur l'apparance et l'utilisation spéculative de l'image et du verbe, rien de concret et constructif, qui serve les interets des populations. Heureusement que chez nous, nous n'avons pas encore "le veline" (nous avons nos parlementaires analphabètes pour compenser le gap), mais si on continue comme çà, nous les aurons sans tarder. Bonne chance, si elle existe encore pour nous!!!

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State