Référence multimedia du sénégal
.
Google

GOANA : Comment le president Me Wade compte réussir

Article Lu 1693 fois

Une campagne médiatico-politique, qui pour l’heure se fait à doses homéopathiques, via des jeunesses libérales, a été entamée contre l’actuel Premier ministre, Hadjibou Soumaré, dont l’an I de la nomination à la tête de la Primature est accueilli dans une indifférence quasi générale au niveau du Palais et du Parti démocratique sénégalais (Pds au pouvoir). Selon des confidences qui se sont échappées du Palais Léopold Sédar Senghor, le Président Wade n’est pas satisfait du bilan de son chef de gouvernement et trouve qu’il ne l’a pas assez défendu. Un parfum très fort de remaniement flotte dans les allées du gouvernement, avec une très possible promotion de Farba Senghor, au rang de ministre d’Etat.



GOANA : Comment le president Me Wade compte réussir
Hadjibou Soumaré, l’actuel locataire du 9e étage du Building administratif, après un séjour «mystérieux», pour des «raisons personnelles», va vers des sommeils agités. Dans certains cercles libéraux, on prépare des nuits de longs couteaux contre le Premier ministre, qu’on reproche de n’avoir pas servi suffisamment de bouclier au président de la République, dans une ambiance marquée par des vents de soufre qui soufflent sur un climat social délétère et par la tenue des Assises nationales qui donnent le tournis au pouvoir libéral. Le chef d’orchestre de cette cabale, selon des «langues pendues» -pour dévaliser notre confrère Le Populaire- dans l’entourage présidentiel, serait le locataire du Palais Léopold Sédar Senghor, Abdoulaye Wade en personne. «Le Président Wade n’a pas apprécié le manque de réaction de Hadjibou Soumaré, qui ne l’a pas suffisamment défendu face aux nombreuses crises avec les syndicats de l’enseignement ; il a manqué de réaction face aux Assises nationales», confie un proche du chef de l’Etat. Dans l’entourage du Président Wade, on est persuadé que les jours de Hadjibou Soumaré à la Primature sont désormais comptés.

Une campagne de déstabilisation géométriquement centrée sur l’inefficacité et l’inertie de l’actuel Premier ministre se prépare, avec un argumentaire qui épouse les critiques formulées du côté du palais de la République. Pour preuve, dans un communiqué rendu public, le 20 juin dernier, le Bureau exécutif national de la Pépinière des cadres libéraux/Forces du changement (Pcl/Fc), ne met pas des gants de velours pour «fusiller» le chef du gouvernement Hadjibou Soumaré. Dans ce communiqué, le Ben de la Pcl/Fc écrit que «le Premier ministre ne présage rien de bon pour les Sénégalais. Il a la guigne. C’est comme l’oiseau noir qui apporte le malheur au souverain en fin de règne, dans une bataille de résistance ou de survie». Autre joyeuseté contenue dans le communiqué : «Au niveau du Pds, il (le Pm Hadjibou Soumaré) a démobilisé les troupes à force de saper par son désengagement, la cohésion de l’équipe gouvernementale.» Et l’analogie que ces jeunes, qui disent être «jaloux (du) legs de Wade» et qui entendent restés «Wadistes», établissent entre Pierre Raffarin en France et Hadjibou Soumaré, est indicatrice du sort qu’ils veulent que le Président Wade réserve à son chef de gouvernement.

En effet, le communiqué signé El hadj Amadou Sarr, secrétaire général national de la Pcl/Fc est sans équivoque : «(…) A l’image de Pierre Raffarin, il (le Pm) doit partir avec la tête haute, à défaut de s’exposer inutilement, car la route de l’enfer est pavée de bonnes intentions.» Comme pour apporter encore du grain au moulin à moudre des arguments de certains dans l’entourage présidentiel, les jeunes libéraux s’alimentent au brouet de l’inefficacité et de l’inertie, que leurs «frères» aînés brandissent comme justification pour expliquer la nécessité de défenestrer Hadjibou Soumaré. En effet, ils soutiennent que «la cherté de la vie est un risque partagé à l’échelle planétaire ; seuls les gouvernements flexibles, capables de se départir des schémas classiques peuvent répondre aux préoccupations des peuples». Une méthode Wade toute crachée. En effet, aussi bien dans l’opposition qu’au pouvoir, Wade a toujours utilisé les jeunesses libérales pour se séparer d’un responsable de son parti ou dans le gouvernement.

DANS L’INTELLIGENCE DES ACTES POSES

On entre mieux dans l’intelligence des actes posés par Farba Senghor, «la voix de son maître», qui s’est autorisé l’audace…par procuration, de se substituer au Premier ministre et au désormais ex-ministre de l’Education nationale, en négociant avec des secteurs sociaux en grève. Parfois, sous l’œil bienveillant, pour ne pas dire, avec la complicité du président de la République. Tout comme, on entre dans l’intelligence des micmacs sur l’accord obtenu avec l’Intersyndicale, en faisant porter les lauriers de la réussite à Farba Senghor. D’ailleurs, des fuites en provenance de l’avenue Léopold Sédar Senghor croient savoir que Farba Senghor est pressenti pour gagner encore du galon dans le prochain gouvernement, avec un rang de ministre d’Etat.

Il faut dire que, un an après sa nomination-surprise le 19 juin 2007, en remplacement de Macky Sall à la Primature, Hadjibou Soumaré, avait été perçu comme un technocrate apte à maîtriser les déficits budgétaires et bénéficiant d’un crédit auprès des bailleurs de fonds. Or, l’inquiétude des bailleurs de fonds quant à la situation économique et financière du Sénégal avant la nomination du 5e Premier ministre de Wade, ne s’est point estompée. Il est vrai que M. Soumaré n’a pas été chanceux face à l’exacerbation d’une crise rendue plus âpre par la conjoncture internationale. «Les finances publiques sont toujours dans le rouge, le déficit menace le cadre macroéconomique, la dette intérieure asphyxie le secteur privé. Inquiet des dérapages dans les dépenses publiques, les bailleurs de fonds du Sénégal (Fmi et Banque mondiale) ont élevé la voix.» C’est en substance, ce qui avait été noté par le site Xalima.com, reprenant des éléments du dossier de nos confrères de Sud-Fm, à l’occasion de l’An I de l’arrivée de Hadjibou Soumaré à la station primatorale. De l’eau encore dans le canari des détracteurs, derrière qui, plane l’ombre de Me Wade.

Source: le Quotidien

Article Lu 1693 fois

Samedi 21 Juin 2008





1.Posté par alain le 21/06/2008 16:10
c est du cinema............tous les plans sont a l eau.................

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State