Référence multimedia du sénégal
.
Google

''GÉNÉRATION SOPI'' À LA PLACE DE REWMI: COMMENT IDY COMPTE BARRER LA ROUTE À KARIM

Article Lu 11015 fois

La confrontation entre l’ancien Premier ministre et le fils du président de la République aura bien lieu. Et elle risque d’être féroce, si l’on en croit les informations glanées dans des milieux très au fait de ce qui se trame dans les chaumières politiques du Sénégal. Idrissa Seck serait sur le point d’enterrer «Rewmi», pour mettre sur pied une entité dénommée «Génération sopi». La démarche du maire de Thiès est dictée par la conviction qu’il s’est faite sur la nécessité de ratisser large. Pour freiner des quatre fers l’ascension de l’icône d’une autre Génération. Celle-là dite du … Concret.



''GÉNÉRATION SOPI'' À LA PLACE DE REWMI: COMMENT IDY COMPTE BARRER LA ROUTE À KARIM
Malgré le silence stratégique qu’il observe depuis plusieurs mois, Idrissa Seck réfléchit sur une formule pour faire face à la «menace» Karim. Le maire de Thiès est en effet convaincu que seule la machine de la «Génération du concret» peut l’inquiéter actuellement. «Le Pds vit ses derniers instants en tant que parti de masse et les autres leaders de l’opposition sénégalaise n’ont plus de crédibilité», explique une de nos sources. Interrogés sur le modus operandi de l’édile de la capitale du rail, nos interlocuteurs pensent que Idrissa Seck va bientôt annoncer la mort officielle de «Rewmi», un parti qui n’a jamais existé juridiquement, faute de reconnaissance légale de la part des autorités.

Farouche bataille autour du concept «Génération»

L’ancien Premier ministre de Wade, aujourd’hui en disgrâce, entend aussi faire le tour des 14 régions du pays. Pour convaincre toutes les couches socio-professionnelles de la justesse de sa cause. «Ce qui lui permettra, à l’instar du mouvement de Karim Wade, de viser au-delà des politiques», expliquent encore nos sources. Et justement, c’est sur le terrain de la massification que la confrontation entre «génération sopi» et «Génération du concret» risque d’avoir lieu… Mais du côté des proches de Idy, l’information fait sourire. Ousmane Thiongane de la cellule de communication de «Rewmi» n’en croit pas un traître mot. À ses yeux, Idrissa Seck ne peut pas verser dans un mimétisme béat, en créant une entité qui s’appelle «Génération…»

Référence calculée aux idéaux du «Sopi»

Malgré sa brouille terrible avec Me Wade, Idrissa Seck s’est toujours réclamé du libéralisme et des valeurs du «Sopi». Mieux, il considère ceux qui gravitent autour du pouvoir comme des usurpateurs et des militants de la 25e heure. Qui plus est, le maire de Thiès croit dur comme fer que ceux qui partagent les idéaux du libéralisme et les valeurs du «Sopi» sont majoritaires au Sénégal… Autant de certitudes qui l’ont poussé à vouloir mettre sur pied la «génération sopi». Pour prétendre à sa part d’héritage du «wadisme» que les partisans de la «Génération du concret» veulent léguer à Karim.

Macky Sall dans le puzzle de la reconfiguration

Presque exclu du Pds et en de très mauvais termes avec Karim Wade, Macky Sall n’est pourtant pas sûr de trouver une bonne place au côté de Idrissa Seck. Même si ce dernier a pour ambition de fédérer tous les libéraux déçus de l’alternance. Mais comme le dit bien le vieil adage « l’ennemi de ton ennemi est ton ami », le président de l’Assemblée nationale ne devrait pas cracher pas sur un rapprochement avec le maire de Thiès, pour contrer Karim Wade qui a été à l’origine de sa descente aux enfers.

Source: L'observateur

Article Lu 11015 fois

Jeudi 3 Avril 2008





1.Posté par usher le 03/04/2008 18:04
baye biram diop ne te fous pas de nous ok. si t'as pas les moyens de diffuser ton communique dans la presse c'est pas dans le forum que tu viendras le faire

2.Posté par zou le 03/04/2008 18:23
Il n'y a pas de similitude entre Idrissa Seck et Karim Meïssa Wade ! Et ceci, le politique averti conviendra avec moi sur ce constat. Ainsi, le premier nommé était les yeux et les oreilles du président Wade. Il se permettait même de faire et de défaire à la place du PR élu. Contrairement à ces frères libéraux de l'époque, Idy avait bénéficié de la confiance aveugle de Me Wade durant les 30 ans de leur compagnonnage. Malheureusement, pour Idy, assoiffé de pouvoir et entouré d'individus qui ne lui rendent pas service, décide de contrer Me Wade dans son propre parti. Vous pouvez imaginer la déception de GORGUI que, lui a fait ngorsi ?

Le second, qu'est Karim, Il est loin d'avoir le même parcours politique que Idrissa, non seulement du point de vue de la durée mais également des stations occupées. Il est vrai que le fils Wade n'a pas une expérience politique riche comme celle de l'ex-sherpa de son père, mais il est entrain de ravir la vedette à Idrissa, politiquement parlant. Il se contente d'accomplir les missions qu'on lui confie, en observant un silence qui, peut être non seulement un refuge mais une arme redoutable en politique. Ce qui est un défaut chez Idrissa. Il suffit qu'il ouvre la bouche pour voir son électorat s'effriter. Mieux, l'édile de Thiès est plus qu'une girouette, son inconstance vis-à-vis de l'opposition et du parti au pouvoir, le décrédibilise de jour en jour. Faites un micro trottoir pour confirmer ou infirmer mes propos !
Le fils Wade traîne certaine casserole me diront certains ; les faits dont ils font allusion ne s'aurait être un frein pour l'ascension politique de Karim, dès lors que ces accusateurs ont toujours été déboutés par le juge à chaque fois que le contentieux est porté devant le tribunal.

En tout état de cause il ne saurait y avoir de compétition ou de concours entre les deux. Puisque Karim est connu pour son sérieux, son Efficacité et son abnégation dans le travail comme en attestent les chantiers de l'Anoci ; ce qui lui vaut aujourd'hui de piloter ce qu'il est convenu d'appeler la génération du concret qui, enregistre le soutien des populations venant d'horizons divers, car ces dernières sont convaincues de la pertinence d'un tel projet pour un Sénégal émergent. Tandis que, Idrissa son nom est synonyme d'inconstance, de manipulation de conscience, de trahison au point qu'il apparaît aux yeux de l'opinion nationale et internationale comme une personne dépourvue de morale, qui n'hésite point à sacrifier ses alliés sur l'autel de ses intérêts crypto personnels. C'est pourquoi, les Sénégalais, dans leur écrasante majorité se sont déjà fait une religion sur sa personnalité et surtout sur sa boulimie du pouvoir.

3.Posté par Tiedoo ya ngki fi ba tay le 03/04/2008 19:29
pourkoi croire a soi disant génération du concret
moi en toute franchise je n'y croit pas du tout, 2012 n'est loin c'est sur celui qui se présente c'est le peuple qui va voter n'est ce pas alors
cherchons des solutions pour l'immédiat sur la location, le riz, l'huile,le sucre, sur l'école, les universités ect;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; merci
critiquons nous sur des idées , et non sur des idées vulgaires

4.Posté par djolof le 03/04/2008 21:56
quelles anlyses de la situation politique du djoloff vous vos accolytes avez tout depoté des caisses
fichez nous la paix

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State