Référence multimedia du sénégal
.
Google

GENERATION DU CONCRET - Choc entre magie de la réalisation et absurdité de la rhétorique

Article Lu 1432 fois

Au début, simple slogan qui ne renvoyait à rien de précis, le concept «Génération du concret» s’est concrétisé par l’émergence, puis le foisonnement, comme champignons après l’hivernage, de plusieurs mouvements de soutien à cette «structure» dont l’agenda se dessine de plus en plus fortement face à la guerre de succession au Président Wade. Certains de ces animateurs ne cachent point leur objectif : porter Karim Wade à la direction du Sénégal. Cela passe manifestement et médiatiquement par une tentative de légitimation adossée à une magie de la réalisation à travers l’exhibition des travaux encore inachevés de l’Anoci sur la Corniche, la Vdn et le futur aéroport Blaise Diagne, à Ndiass. Mais, sous l’absurdité d’une rhétorique, la «Génération du concret» n’entrera pas dans une partie où le pouvoir sera octroyé au fils du Président Wade sur un plateau d’or, tant les obstacles sont multiples sur le chemin de la réalisation de ce projet consistant en une Offre politique d’achat (Opa) sur le Sénégal.



Mouvements de soutien à Karim Wade : Au Sud où s’origine la «Génération du concret»…

Il existe une cellule composée par des jeunes cadres casamançais très proches de Abdoulaye Baldé, le secrétaire général de la Présidence de la République dont la proximité avec Karim Wade est indéniable. Elle est animée, entre autres, par Bassirou Sagna, chargé de mission de l’Anoci, Thierno Bâ Diallo, le chargé de mission de Karim Wade et Doudou Seydou Ndiaye, ingénieur en télécommunication. Ces derniers sont tous basés à Dakar, mais sont chargés de vulgariser le mouvement en Casamance et dans le reste du pays. Ce sont eux également qui ont fait son lancement le 31 mai 2007, à l’hôtel Néma Kadior de Ziguinchor, en présence de Abdoulaye Baldé. A cette occasion, plusieurs dizaines de jeunes venus des trois départements de la région étaient présents.

Selon Bassirou Sagna, le mouvement s’inspire des personnalités qui, à leur actif, ont fait des réalisations transformant le vécu quotidien des Sénégalais et du coup le visage du Sénégal. Il n’a pas pour mission d’écarter certaines personnalités de l’Etat, mais plutôt d’instaurer et d’inculquer une dynamique dans la philosophie du travail. «Si nous prenons les réalisations de l’Anoci, avec le secrétaire général Abdoulaye Baldé et son président Karim Wade, aujourd’hui nous avons des infrastructures de dernière génération, qui répondent aux normes internationales», se réjouit-il en prenant pour exemple l’aéroport international Blaise Diagne de Ndiass.

Pour Doudou Seydou Ndiaye, au Sénégal, en général, pour «l’exécution d’un projet financé par les bailleurs de fonds, il faut deux ans pour avoir le financement et commencer à exécuter le projet, alors qu’il est possible concrètement de faire tout ce processus en six mois et de donner des délais d’exécution fiables. C’est ça aussi le concret ; c’est le cas des travaux de l’Anoci».

A côté de ces jeunes cadres casamançais proches de Abdoulaye Baldé, une autre structure dénommée Mouvement de soutien de la «Génération du concret» a vu le jour le 17 mars dernier à Ziguinchor, sous la houlette de Joseph Mendy, un ancien responsable et militant de l’Alliance des forces de progrès (Afp).

ETUDE DU TERRAIN

Son objectif : «Aider les populations dans les domaines socio-économiques tout en soutenant Baldé et Karim dans leurs différentes activités politiques.» «Nous sommes chargés de préparer le terrain à Ziguinchor à chaque fois que Karim et Baldé doivent aller à la rencontre des populations de la ville. Durant toute la période des deux élections, on tenait régulièrement des réunions pour demander aux membres d’aller s’inscrire et de retirer leurs cartes d’électeur pour voter en faveur de la coalition Sopi 2007», a précisé Pape Ndiaye, un des membres de ce mouvement habitant quartier Léona de Ziguinchor.

Non seulement les membres de ce mouvement se réunissent régulièrement, mais ils se réunissent sur recommandation de Abdoulaye Baldé et de Karim Wade. «Quand Abdoulaye Baldé veut visiter une localité ou rencontrer les populations d’un quartier, l’association se réunit pour étudier d’abord le terrain en prenant contact avec ces populations avant leur arrivée», indique M. Mendy, gérant d’une agence immobilière à Ziguinchor.

Selon Joseph Mendy, le mouvement a des répondants dans plusieurs quartiers de la commune. Ainsi, à Soupecoupapaye, il y a Makan Abdoulaye Tamba, à Péryssac, Oumar Bâ. A Kandé-Léona, Pape Ndiaye est le représentant. A Boucotte, c’est Joseph Mendy tandis qu’au quartier de Santhiaba, Ibrahima Ngom représente le mouvement. Pape Ndiaye indique que chaque représentant tient des réunions dans son quartier, afin de convaincre les populations à adhérer massivement au mouvement. «De mon côté, je suis en train de sensibiliser les jeunes et les vieux de mon quartier pour qu’ils adhèrent au mouvement», précise M. Ndiaye.

Autre mouvement de soutien de la «Génération du concret», c’est la Cellule d’initiative pour un Pds fort, créée par de jeunes responsables libéraux des différents quartiers de la commune qui déclarent avoir de l’estime pour Abdoulaye Baldé. Parmi eux, il y a Mamadou Pio Diatta habitant à Boucotte Ouest, Souleymane Sall à Kandé Alassane, Kadialy Gassama à Kandé-Léona, Taïba Diédhiou à Soupecoupapaye, Mafoudji Ndong et Kéfine Cissé à Belfore et Cheikh Bassène à Tilène. «Nous avons créé la cellule d’initiative, parce que non seulement c’est la première fois qu’un fils de la Casamance occupe un poste de responsabilité très proche du président de la République, mais en plus, c’est un jeune qui appartient à notre génération qui pose des actes concrets pour aider tout le monde dans tous les domaines de la vie. Il aide les mouvements associatifs, les Asc de Navétane, l’équipe régionale, le Casa-Sport les Dahiras, les mosquées, les églises et en donnant des billets d’avion à certains fidèles pour qu’ils rendent à la Mecque ou à Rome», a souligné l’enseignant Amadou Pio Diatta. Ce dernier révèle que M. Baldé a aidé beaucoup de jeunes à trouver soit un emploi soit une bourse d’études ou a pris en charge entièrement les frais de la scolarité de certains étudiants. Pour Pio, avec Abdoulaye Baldé, est une «nouvelle race politique qui est née et qui a rompu la manière de faire des anciens hommes politiques qui ne tiennent jamais leurs promesses». Karim et Baldé, ajoute Pio, «sont des gens qui sont à l’écoute des populations, qui partent de leurs préoccupations en cherchant des solutions pour les résoudre». Brandissant l’argument des efforts consentis par Baldé et Karim, ces jeunes se sont «érigés en bouclier pour les défendre contre une attaque ou agression extérieure de certains militants du Pds de la région de Ziguinchor et même des autres régions du pays qui pensent que ces deux premiers sont en train de s’accaparer le parti pour pouvoir succéder à Abdoulaye Wade».

OUSSOUYE REND LA MONNAIE

A Oussouye, un mouvement de soutien à la «Génération du concret» est en train aussi d’être mis sur pied par les jeunes de l’Union des jeunesses travaillistes libérales (Ujtl). Ces jeunes ont jugé utile de soutenir le tandem Abdoulaye Baldé-Karim Wade pour leur avoir rendu service. Pour Thérence Diatta, l’un des responsables de l’Ujtl dans le Kassa, leur ©estime pour Karim Wade s’est confirmée à l’occasion des dernières élections présidentielles. En effet, grâce à son intervention à la permanence du parti à Dakar, de nombreux étudiants et jeunes militants Pds ont pu effectuer le déplacement à Oussouye pour aller voter, après avoir passé deux nuits à la permanence». Cet acte, poursuit-il, «nous a rassurés sur ses compétences à prendre des responsabilités pour l’intérêt général, son calme, la réussite de l’exécution des charges qui lui sont confiées par le chef de l’Etat et sa grande préoccupation pour l’avenir de la jeunesse sénégalaise de manière générale».

Tous ces trois mouvements de soutien à la «Génération du concret» n’ont ni coordonnateur encore ni président. Ses adhérents se comptent partout par centaines, mais chaque cellule refuse de dévoiler le nombre précis de ses membres. Quand on leur demande, ils répondent : «Tout le monde est responsable. Chacun parmi nous est son propre chef pour éviter qu’une personne étrangère vienne affaiblir le mouvement en passant par les chefs.»

D’après les personnes-ressources de ces différentes cellules, la finalité de leurs actions est «de faire de Baldé et de Karim les premiers leaders politiques du Sénégal, de voir l’un d’entre eux devenir le président de la République du Sénégal un jour».

Cependant, pour le mouvement Horizon 2012, dont Fakéba Bodian est le coordonnateur, il ne faut pas tourner autour du pot. Il faut aller directement au but en faisant de telle sorte que Karim Wade succède à père Abdoulaye Wade aux commandes du pays, et cela pour plusieurs raisons. Parmi les raisons évoquées par le coordonnateur de ce mouvement, Karim Wade «est un Sénégalais comme tout autre, ayant des compétences, faisant le travail qui lui est confié sans faire du bruit, malgré ses relations biologiques avec le président de la République. Il a des relations au niveau international pour attirer des investisseurs, puisque le pays n’a aucune ressource minière exploitée. Il a les mains propres, malgré les accusations, tant au Sénégal qu’à l’étranger, portées contre sa personne». Autre argument brandi par Bodian : «Au sein du Pds, tous les responsables qui ont le profil de remplacer le vieux (Abdoulaye Wade), la plupart ne suivent pas les textes du parti.» De l’avis de Fakéba Bodian, lors des investitures, Macky Sall, alors Premier ministre a «torpillé les textes du Pds en investissant à Darou Mousty Thierno Lô au lieu Modou Diagne Fada, tout en sachant que ce dernier est l’homme fort de sa localité. Et l’histoire nous a donné raison. Partout au Sénégal, des erreurs ont été constatées, si bien qu’il y a eu des mécontents après les investitures qui ont voté contre la coalition Sopi 2007 tout simplement pour sanctionner le Premier ministre. Un tel homme est disqualifié d’office».

Selon Fakéba Bodian, le mouvement Horizon 2012 est bien structuré. Jacques Guèye, le directeur de la Soscheshal en est le président d’honneur. Fakéba Bodian est le coordonnateur et Saly Diatta occupe la trésorerie et le lancement des activités s’est fait durant la première quinzaine de mai, en présence de Thierno Bâ Diallo, le chargé de mission de Karim Wade. Ce mouvement a des représentants à Bignona où El Bachir de la commune et Lamine Mow Diatta de la communauté rurale de Niamone tiennent, régulièrement, des réunions avec les populations de ces localités pour les sensibiliser. Dans le Kassa, d’après Fakéba, Ngoty Diédhiou est en train de faire un travail préparatoire. Et au niveau de la région de Kolda, c’est l’inspecteur d’académie, Abdoulaye Badiane qui y représente et anime le mouvement.

Tous ces différents mouvements de soutien à la «Génération du concret» déclinent ainsi leur objectif : «L’arrivée de Karim Wade ou de Abdoulaye Baldé à la tête du pays après les élections de 2012.» Mais, des militants libéraux pensent que Karim et Baldé sont «en train de créer leur propre parti ce qui est en porte-à-faux avec les textes du Pds». Correspondant


Par Erick Salemon BASSENE - Correspondant
Source: Le Quotidien

Article Lu 1432 fois

Mercredi 27 Juin 2007


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 19 Octobre 2016 - 12:30 Convocation de Barhelemy Dias: le Ps divisé

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State