Référence multimedia du sénégal
.
Google

GABON : Le gouvernement a démissionné

Article Lu 1822 fois

Libreville - Le Premier ministre Jean Eyeghé Ndong a présenté hier à la présidente intérimaire du Gabon la démission de son gouvernement, comme l’avait décidé la Cour constitutionnelle suite au décès du président Omar Bongo, a-t-on appris de source officielle.



GABON : Le gouvernement a démissionné
"Ce matin (vendredi) je me suis rendu à la présidence pour présenter ma démission à Mme la présidente de la République" Rose Francine Rogombé, a déclaré le Premier ministre à la télévision publique gabonaise.

Auparavant, son porte-parole Max-Olivier Obame avait précisé que M. Eyeghé Ndong avait "présenté sa démission et celle de son gouvernement à la présidente" intérimaire, qui l’avait acceptée. Saisie par Mme Rogombé, la Cour avait statué le 12 juin que "les fonctions du gouvernement (cessaient) automatiquement à l’issue de la prestation de serment du président de la République, élu ou désigné". La démission avait dans un premier temps été annoncée comme imminente le 13 juin, mais avait finalement été reportée, le temps des obsèques du président défunt.

Omar Bongo, dont le décès a été annoncé le 8 juin, a été inhumé jeudi à Franceville (Sud-Est) au terme de dix jours d’hommages.

"Nous avons attendu les obsèques", mais "il était temps que le gouvernement démissionne", a expliqué le Premier ministre. Ces derniers jours, en coulisses, les tractations allaient bon train au sujet du sort du gouvernement, avec en ligne de mire l’organisation d’un scrutin présidentiel et la succession d’Omar Bongo après 41 ans de pouvoir. Plusieurs hypothèses circulent : la reconduction de la même équipe chargée d’expédier les affaires courantes jusqu’à l’élection ; un remaniement ministériel ; un changement de Premier ministre ; un Exécutif resserré ou encore un gouvernement de transition au sein duquel les ministres ne pourraient être candidats à la présidentielle. De source gouvernementale, on a affirmé à l’Afp que ces questions n’avaient pas encore été tranchées. Interrogé par la télévision sur les délais de la formation d’un nouveau gouvernement, remanié ou inchangé, M. Eyeghé Ndong s’est borné à dire : "attendez de voir".

D’après la Constitution, le chef de l’Etat intérimaire doit organiser un scrutin présidentiel 45 jours au plus tard après sa prise de fonctions, intervenue le 10 juin.

En "cas de force majeure", ce délai peut être prolongé.

Cette clause pourrait être invoquée en raison de la nécessité, unanimement reconnue, de mettre à jour les listes électorales, estiment plusieurs observateurs


AFP
Source Le Soleil

Article Lu 1822 fois

Samedi 20 Juin 2009





1.Posté par modou le 20/06/2009 19:23
"Ce matin (vendredi) je me suis rendu à la présidence pour présenter ma démission à Mme la présidente de la République" Rose Francine Rogombé, a déclaré le Premier ministre à la télévision publique gabonaise.

Auparavant, son porte-parole Max-Olivier Obame avait précisé que M. Eyeghé Ndong avait "présenté sa démission et celle de son gouvernement à la présidente" intérimaire, qui l’avait acceptée. Saisie par Mme Rogombé, la Cour avait statué le 12 juin que "les fonctions du gouvernement (cessaient) automatiquement à l’issue de la prestation de serment du président de la République, élu ou désigné". La démission avait dans un premier temps été annoncée comme imminente le 13 juin, mais avait finalement été reportée, le temps des obsèques du président défunt.

Omar Bongo, dont le décès a été annoncé le 8 juin, a été inhumé jeudi à Franceville (Sud-Est) au terme de dix jours d’hommages.

"Nous avons attendu les obsèques", mais "il était temps que le gouvernement démissionne", a expliqué le Premier ministre. Ces derniers jours, en coulisses, les tractations allaient bon train au sujet du sort du gouvernement, avec en ligne de mire l’organisation d’un scrutin présidentiel et la succession d’Omar Bongo après 41 ans de pouvoir. Plusieurs hypothèses circulent : la reconduction de la même équipe chargée d’expédier les affaires courantes jusqu’à l’élection ; un remaniement ministériel ; un changement de Premier ministre ; un Exécutif resserré ou encore un gouvernement de transition au sein duquel les ministres ne pourraient être candidats à la présidentielle. De source gouvernementale, on a affirmé à l’Afp que ces questions n’avaient pas encore été tranchées. Interrogé par la télévision sur les délais de la formation d’un nouveau gouvernement, remanié ou inchangé, M. Eyeghé Ndong s’est borné à dire : "attendez de voir".

D’après la Constitution, le chef de l’Etat intérimaire doit organiser un scrutin présidentiel 45 jours au plus tard après sa prise de fonctions, intervenue le 10 juin.

En "cas de force majeure", ce délai peut être prolongé.

Cette clause pourrait être invoquée en raison de la nécessité, unanimement reconnue, de mettre à jour les listes électorales, estiment plusieurs observateurs

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State