Référence multimedia du sénégal
.
Google

Fuite de 24000 « cerveaux » sénégalais recensés en 2000

Article Lu 1470 fois

Le rapport 2007 sur les pays les moins avancés (Pma), publié le 17 juillet par la Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement (Cnuced), consacre un large chapitre à la problématique des migrations internationales de mains d’œuvre qualifiée. Cet exode de compétences, souvent qualifié de « fuite des cerveaux », a un impact négatif sur le potentiel de développement des pays pauvres, victimes malgré eux.



Fuite de 24000 « cerveaux » sénégalais recensés en 2000
En ce qui concerne le Sénégal, des statistiques avancées par M Pierre Encontre, rapporteur du Centre d’informations des Nations Unis à Dakar, révèle que : « les chiffres de l’année 2000 confirment la présence de 24000 sénégalais, diplômés de l’Enseignement supérieur, qui exercent leurs professions dans les pays du Nord ». Ce taux « est passé de 11 à 24% entre 1990 et 2000 » a t-il ajouté, pour souligner l’évolution de cette situation qui progresse dans un contexte où les pays pauvres souffrent de plus en plus d’un manque criard de ressources humaines qualifiées. Les ressources en capital humain d’une économie a un impact déterminant sur sa croissance à long terme. Le rapport constate que « dans les Pma, les principaux flux migratoires de spécialistes sont constitués de personnes qualifiées s’installant principalement dans des pays développés ». Cette poussée s’explique également par le fait que la demande de migrants qualifiés s’est intensifiée dans les pays industrialisés. Malgré un accroissement rapide du nombre de diplômés de l’Enseignement supérieur dans ces pays d’accueil, le taux reste faible du fait d’un vieillissement de la population. De même, le développement fulgurant des technologies de l’information, et de ses métiers dérivés, a accéléré les besoins de main d’œuvre. Du reste, les orientations préconisées par ce rapport sont diverses. Ainsi, il faudra « offrir aux spécialistes originaires des Pma plus de débouchés professionnels, de meilleures conditions de travail et des perspectives de carrière ». En ce qui concerne les meilleurs choix, le rapport se prononce pour un retour permanent des émigrants qualifiés, beaucoup « plus profitable que leur retour pour de courts séjours ». La Cnuced constate, que « les politiques visant cet objectif sont difficiles à concevoir et à appliquer ». Dans l’ordre de cette plateforme d’indication pour une voie de sortie, bon nombre de mesures sont citées. Il s’agit des politiques de bonne gouvernance, du respect des libertés, du bon usage des ressources du pays, de l’aide publique au développement, etc.

Source: Nettali

Article Lu 1470 fois

Dimanche 22 Juillet 2007


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Mercredi 7 Décembre 2016 - 12:16 NDIGUEUL DU KHALIFE DES MOURIDES: 500F par personne

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State