Référence multimedia du sénégal
.
Google

Front Siggil Sénégal: Pourquoi maintenir une coquille vide ?

Article Lu 1283 fois

En décidant de boycotter les législatives, l'opposition a joué avec les risques bien calculés d'être laissée sur la touche. Mais au regard du malaise qui la caractérise aujourd'hui, l'on se demande pourquoi le maintien du cadre. Le front Siggil Sénégal, né des cendres de la Cpa , secoué de tous bords, ne parvient pas à relever la tête du naufrage de l'élection présidentielle. Idrissa Seck parti, Niasse avance sur la pointe des pieds, le Ps parle d'un grand parti de l'opposition. Pourquoi donc aller ensemble, sans être ensemble.



Front Siggil Sénégal: Pourquoi maintenir une coquille vide ?
Basculés dans l'opposition après le 19 mars 2000, le Ps, puis les autres formations (Afp, Rnd, Pit, Ld/Mpt) s'étaient retrouvés en pôle. Une logique qui s'imposait à ces derniers pour bien combattre le Pds, parti au pouvoir. Ainsi, pour se faire, l'opposition avait mis en place le Cpc (Cadre permanent de concertation), puis, Clarté, la Cpa (Coalition populaire pour l'alternative) et enfin le front Siggil Sénégal. Mais à chaque fois, de problèmes surgiront. En 2004, Djibo Kâ voulant rejoindre le gouvernement avait claqué la porte. Et pour se justifier, ce dernier avait donné l'argumentaire que dans sa « charte », le Cpc n'avait pas interdit à un parti de sortir du cadre » ; chacun est libre d'y entrer et d'en sortir ». Quelque temps après, des problèmes naîtront entre Amath Dansokho et Samir Abourizk, pour une histoire de taupe du Palais. Ce dernier quittera le cadre. L'opposition, toujours dans son souci de contrecarrer Me Wade et son parti, et de parler d'une même voix, avait remis au goût du jour Clarté (pour surveiller le fichier et les élections), puis la Cpa. Cette entité permettra pendant longtemps à l'opposition de s'unir autour de l'essentiel, de combattre ensemble. Mais elle éclatera à nouveau à la veille de la présidentielle, parce que minée par une guerre de leadership. Tanor, Niasse, et Bathliy qui les a rejoints après. Faute de consensus, les trois têtes de pont iront séparément à l'élection présidentielle. Tous battus et « massacrés » par Me Wade, se retrouveront à nouveau pour créer le Front Siggil Sénégal. Un nouveau cadre qui aura quand même le mérite de réussir son boycott des législatives. Mais cette fois, avec Idrissa Seck qui, absent de Dakar, enverra à chaque fois ses représentants « siéger » au sein du front. Mais c'était sans compter avec l'appel aux retrouvailles lancé par Me Wade. Et Idrissa Seck, sans aviser, ni avertir quitte le front. D'autre part, l'Afp décide d'aller aux élections locales, sans aussi avertir, ni en informer ses camarades du front. Le Ps pour sa part, préparant son congrès, avance l'idée de la création d'un grand parti de l'opposition. À côté, toutes les formations membres du front se réunissent chaque semaine en bureau politique pour revenir sur les conclusions du front. Pire, chaque parti agit comme il le sent, sans se référer à une certaine ligne de conduite du front. Suffisant pour demander si le maintien du front Siggil Sénégal s'impose. Des hommes une structure, et plusieurs décisions. Chacun y va de ses intérêts. Pourquoi donc maintenir une coquille vide ?

Ousmane LY
Source: L'office

Article Lu 1283 fois

Vendredi 10 Août 2007


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State