Référence multimedia du sénégal
.
Google

Formation du gouvernement de transition en Guinée : Les discussions butent sur l’attribution des ministères de souveraineté

Article Lu 1956 fois

Les consultations se poursuivent, à Conakry, pour la formation du gouvernement de transition. Le Premier ministre, Jean-Marie Doré, qui a été reçu mercredi par le général Konaté, doit présenter, d’ici peu, la composition de son gouvernement. Les discussions buttent, pour l’instant, sur l’attribution des ministères clés, comme les Affaires étrangères et l’Economie et les Finances.



Formation du gouvernement de transition en Guinée : Les discussions butent sur l’attribution des ministères de souveraineté
Les tractations pour la formation du Gouvernement de transition national (Gtn) devant préparer la prochaine élection présidentielle, prévue dans six mois, ont démarré à Conakry. Le Premier ministre, Jean-Marie Doré, a été reçu en audience mercredi, pendant plusieurs heures, par le nouvel homme fort de Guinée, le général Sékouba Konaté, selon un membre du Forum des Forces vives. ‘Le Premier ministre a été reçu en audience mercredi par le président intérimaire, le général Sékouba Konaté. Ils ont fait un tour d’horizon de la situation sociale, politique et économique du pays et discuté de la composition du gouvernement de transition. Les négociations butent, pour l’instant, sur l’attribution des ministères de souveraineté comme les Affaires étrangères, la Défense et l’Economie-Finances’, déclare à ce propos notre interlocuteur. Les négociations se poursuivaient jeudi dans la capitale guinéenne, dans l’espoir de trouver un accord acceptable par les différentes parties.
La junte militaire s’est attribuée, depuis Ouagadougou, où elle était en discussion, avec le président burkinabé, Blaise Compaoré, et son homologue guinéen, le général Konaté, les principaux postes ministériels, sans l’accord préalable des Forces vives. Ces dernières, qui avaient refusé d’y envoyer leurs représentants, rejettent aujourd’hui, ce partage ‘du gâteau’ et réclament une redistribution des portefeuilles ministérielles. ‘Nous espérons que ce petit différend entre l’armée et le Forum des Forces vives sera vite surmonté pour permettre la formation du gouvernement de transition’, conclut notre source.

C’est dire que la formation du gouvernement de transition s’annonce aujourd’hui plus laborieuse que prévu en Guinée. Et l’intransigeance de la junte à conserver ces ministères juteux pourrait d’ailleurs compliquer davantage les choses. Le gouvernement de transition comprendra 30 membres dont 10 issus du Forum des Forces vives, 10 de la junte militaire et les 10 restants reviendront aux différentes régions du pays. Une grande première dans ce pays où la répartition des postes ministériels était faite, jusque-là, sur la base ethnique et du clientélisme politique.

Les Forces vives, qui formaient, jusque-là, un bloc monolithique face aux militaires, semblent aujourd’hui traversées par des courants centrifuges. Ces courants risquent, si on ne prend garde, de les conduire vers l’éclatement. Le mouvement social (syndicats, patronat, société civile et associations religieuses) ne cache pas en effet sa déception après le choix porté sur Jean-Marie Doré, au poste de Premier ministre de la transition, au détriment de la syndicaliste, Hadja Rabiatou Sérah Diallo. Il accuse les leaders politiques ‘de faire des combines sur le dos des syndicats’, rapporte une source proche du mouvement syndical.

LE PREMIER MINISTRE EST UN ANCIEN FONCTIONNAIRE DU BIT : Le couronnement d’un combat pour la démocratie

Le leader de l’Union du peuple de Guinée (Upg) et porte-parole des Forces vives a été proposé, la semaine dernière, à ce poste par les partis politiques. Ce choix a été conformé, hier jeudi, par un décret présidentiel, signé par le général Konaté. Jean-Marie Doré, qui est âgé de 72 ans, est né en 1938 en Guinée-Forestière, Est du pays. Il est titulaire d’un diplôme de Droit obtenu à l’Université de Lyon, en France et d’un doctorat en sciences politiques, passé en Suisse.

Cet ancien fonctionnaire du Bureau international du travail (Bit), a été, auparavant, Inspecteur du travail en Guinée. Il a vécu pendant plusieurs années en Allemagne avant de rentrer au bercail où il se lança dans les affaires. Il créa alors une entreprise de transport et fonda, dans la même foulée, son parti à la faveur de l’instauration du multipartisme en Guinée, au début des années 90. Il fut battu, à l’élection présidentielle de 1993, par l’ancien président, le général feu Lansana Conté. Jean-Marie Doré sera élu député à l’Assemblée nationale, deux ans plus tard, avant d’être réélu en 2002.

Après le putsch militaire de décembre 2008 qui portera au pouvoir le Capitaine Moussa Dadis Camara, qui est originaire de la même région que lui, Jean-Marie Doré, est désigné porte-parole du Forum des Forces vives. Ce qui le propulsa au devant de la scène politique nationale et lui permit de se faire connaître au plan international.

Mamadou Aliou DIALLO
Source Walfadjri

Article Lu 1956 fois

Vendredi 22 Janvier 2010




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State