Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



Football; Nouveau sélectionneur des « Lions » : Alain Giresse invite à se mettre au travail

Moins d’une semaine après avoir révélé le nom du technicien qui sera chargé de diriger l’équipe nationale A du Sénégal, la Fédération sénégalaise de football a fait face à nouveau à la presse pour présenter le nouveau patron de la tanière tant attendu. Le Français Alain Giresse, qui a été finalement préféré à l’Allemand Finke et au Sénégalais Aliou Cissé, a déjà donné, hier, un aperçu de ce qu’il y a à faire pour que l’équipe sénégalaise retrouve son rang au moment de reprendre les éliminatoires de la Coupe du monde 2014.



Football; Nouveau sélectionneur des « Lions » : Alain Giresse invite à se mettre au travail
« Le Sénégal est un pays qui a toujours représenté quelque chose dans le monde. En plus, j’ai aussi partagé, au cours de ma carrière, des relations avec des joueurs sénégalais dans le championnat français et au cours d’un jubilé ici, à Dakar. Le Sénégal, qu’on le veuille ou non, a une identité, une reconnaissance de la planète foot. Je le dis d’autant plus que lorsque le président a informé publiquement que j’avais été choisi, je n’ai jamais eu autant de messages de félicitations de la part de mes amis et connaissances ». Alain Giresse, le nouveau sélectionneur qui a été présenté hier à la presse, s’est donc dit « fier, aujourd’hui, de diriger cette équipe. Maintenant, il va falloir se mettre au travail. Il y a des challenges, des défiances. Je sais ce qu’il y a à faire et j’ai échangé sur cela. J’ai pris acte de la situation, des attentes qui peuvent y avoir. En tout cas, une chose qui me fait plaisir, c’est que depuis mon arrivée, au quotidien, dans la rue, les gens m’abordent. Cela fait chaud au cœur car le président me disait qu’une équipe nationale, c’est l’image d’un pays et c’est aussi la façon dont les gens vibrent à travers cette équipe et tout le plaisir qu’elle peut leur procurer », a-t-il encore ajouté. A son avis, c’est différent d’un club, car c’est tout un pays qui est derrière, c’est tout un pays qui partage avec bonheur le plaisir que peut donner une équipe nationale. « Je le dis d’autant plus que cela fait maintenant six ans que je suis sur le continent à la tête d’une équipe nationale. J’ai vécu des expériences extraordinaires dans les deux pays que sont le Gabon et le Mali », s’est-il réjoui.

Sa philosophie : « Le talent, c’est bien mais il faut plus »

Pour le technicien français, quand on accepte un rôle, une fonction, il faut d’abord en avoir envie. « Ce qu’on attend de cette équipe nationale, c’est de la faire fonctionner. Quand on répond présent dans une organisation que réclame aujourd’hui le football de haut niveau, les joueurs également doivent être du même niveau. Parce qu’un joueur de l’équipe nationale est différent d’un joueur de club. Il doit avoir un investissement moral pour l’équipe nationale. Un joueur de l’équipe nationale ne vient pas pour l’aspect financier ; il ne gagne pas sa vie avec l’équipe nationale. Venir jouer en équipe nationale pour un joueur, c’est venir défendre ses origines, sa familles, son pays. C’est une fierté tout à fait personnelle. C’est aussi venir pour avoir la possibilité de faire de grandes compétitions comme la Coupe du monde, la Coupe d’Afrique des nations. Ce sont des éléments qui font vibrer un joueur », a-t-il dit. D’où tout l’investissement personnel que le joueur doit avoir.
Mais, a-t-il souligné, cela veut dire qu’on ne doit pas insister auprès d’un joueur pour qu’il vienne en équipe nationale. Car, pour lui, le désir du joueur doit être entier, total. Son investissement entier et total. Ce sont des exigences nécessaires. Alain Giresse qui a exprimé son étonnement de voir le Sénégal et la Côte d’Ivoire, deux équipes ayant participé à la dernière Can de 2012, se rencontrer en éliminatoires de la Can 2013, a indiqué que le challenge était très compliqué. « Le Sénégal a des joueurs de talent (…), mais le talent, c’est une chose, il faut plus et arriver à trouver les complémentarités, à fondre ces joueurs dans un collectif pour que le plus important dans une équipe se réalise, c'est-à-dire le résultat. Ensuite, j’ai pu constater, par rapport au potentiel des joueurs, qu’il y a des différences à travers les secteurs de jeu. Avec le temps, j’ai pu suivre tout cela avec des gens qui poussaient à travers l’équipe olympique », a déclaré le technicien français. D’où sa conclusion que le futur de l’équipe nationale se formera entre les jeunes et les anciens. Parce que tout simplement, selon lui, avec ce mixage, on pourra sortir le collectif, le noyau dur de l’équipe. Car une équipe nationale, pour lui, c’est d’abord une identité, une dynamique.

Le match contre l’Angola : « Evidemment, avoir un bon terrain »

« Mon souhait en tant que technicien, c’est évidemment d’avoir un bon terrain, c'est-à-dire une surface de jeu de qualité pour pouvoir développer son jeu. Le choix du lieu ne m’appartient pas, ce sont les instances qui vont le choisir. Mais, malheureusement, l’équipe n’aura pas ses supporters », a regretté Alain Giresse. Et pour ce qu’il appelle « un match de qualification », face à l’Angola, lors de la 3ème journée des éliminatoires du Mondial 2014, le sélectionneur national des Lions a estimé qu’aucun joueur ne doit lésiner sur les ambitions. « On doit être prêt le 22 ou 23 mars à remporter ce match », a-t-il martelé. Pour lui, le Sénégal doit retrouver son standing « et faire partie quasiment de toutes les Can ».

Son staff technique : « Toujours avec un adjoint du pays »

Pour le moment, Alain Giresse n’a pas encore choisi ses adjoints. « Je suis en train de mettre en place mon staff. Pour moi, j’ai toujours fonctionné avec un adjoint du pays ; et ce sera le cas ici. Parce que j’estime que c’est un complément indispensable au bon fonctionnement d’un staff. Car les objectifs que sont la Coupe du monde et la Can sont prioritaires. Il s’agit donc de faire face en ayant l’ambition d’obtenir les meilleurs résultats possibles. On joue toujours pour gagner les matches, pour réussir la compétition à laquelle on est engagé », a-t-il déclaré.


Me Augustin Senghor, president de la federation : « Tous derrière le sélectionneur ! »

A la présentation, hier, du nouvel entraîneur des Lions du Sénégal, le président de la Fédération sénégalaise de football, Me Augustin Senghor, a estimé que l’opinion publique a adhéré à la démarche des fédéraux et du ministère des Sports. Au sortir d’une année 2012 assez particulière, où les Lions sont entrés et ressortis difficilement des compétitions, il a dit son espoir qu’avec ce premier acte qui vient d’être posé, l’année 2013 sera d’une autre veine. « Et parmi les facteurs qui pourraient nous conduire à changer cette donne négative, le choix d’un bon entraîneur en était un. C’est pour cela et au vu de son passé, de son expérience, de sa compétence, de ses résultats que notre choix s’est posé sur Alain Giresse », a souligné le président de la fédération.
Un choix qui, à son avis, semble logique au regard des critères établis. Mais, il est conscient que « dans le football, qui est très ingrat, c’est au résultat qu’on saura si on a fait le très bon choix », a-t-il dit. « Donc nous espérons, nous sommes convaincus qu’avec Alain Giresse, nous travaillerons pour aller de l’avant avec cette équipe nationale A. Et notre vœu le plus cher, c’est que d’abord, la fédération, l’Etat, mais aussi l’ensemble de la Nation sénégalaise, la famille du football et la famille sportive, puissent être à ses côtés pour l’accompagner dans cette mission », a indiqué Me Senghor. Simplement parce que le Sénégal, pendant très longtemps, a déploré les résultats en dents de scie et très souvent des résultats négatifs. C’est pourquoi il a dit qu’avec l’espoir suscité par la venue du technicien français et si celui-ci est bien accompagné par tous, en faisant corps derrière lui et derrière l’équipe nationale, le pays pourra franchir un palier. « Cela nous permettra d’atteindre les objectifs intermédiaires que sont la prochaine Coupe du monde 2014 et la Can 2015, mais surtout de mettre sur pied, durablement, une équipe nationale compétitive », a déclaré le président de la fédération.



SOLEIL C. F. KEITA

Samedi 12 Janvier 2013




1.Posté par moussa ABY le 14/01/2013 04:10
BIENVENUE GIJOU
Je suis persuade que voue etes ici pour aider le football Senegaaisl,ce que nous allons vous payer comme salaire et avantages ne sont que des miettes par rapport a ce que votre seul nom peut vous rapporter ailleurs ou dans la publicite des produits de sport.Vous etes une lecon de morale pour toute une generation.
It doesn't take great men to do great things,just those who are dedicated to doing them.
Bonne chance et merci d'etre venu

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Septembre 2014 - 17:39 Mondial 2014 : les Lions classés 16e sur 24








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés