Référence multimedia du sénégal
.
Google

Foot - Equipe nationale : Mamadou Niang : « j’ai décidé de prendre du recul »

Article Lu 1426 fois


Mamadou Niang, l’attaquant international sénégalais de l’Olympique de Marseille (L1 française), a donc décidé de mettre entre parenthèses l’équipe nationale. Notamment le prochain match, le 31 mai, contre l’Algérie, lors de la 1ère journée des éliminatoires combinées CAN/Mondial 2010. « Après la CAN 2008, j’ai décidé de prendre du recul par rapport à la sélection, le temps d’y voir plus clair. J’ai vu au Ghana des choses qui ne m’ont pas plu du tout et que je ne cautionne pas. L’équipe nationale est une cause sacrée et on ne doit pas s’amuser avec. Donc, j’ai décidé de ne plus répondre à l’appel de la sélection tant que je n’aurai pas discuté avec les dirigeants de la fédération sénégalaise de football et avec le sélectionneur », a-t-il déclaré à Lebuteur.com, le quotidien 100% consacré au football et traitant essentiellement du foot algérien. Mamadou Niang évoque des « problèmes liés à la gestion de la sélection. Je n’ai pas encore digéré notre débâcle de la CAN et il est temps de se pencher sérieusement sur la sélection pour s’attaquer aux vrais problèmes (...) lorsque j’aurai éclairci les choses avec les dirigeants, peut-être que je reviendrai. Ce n’est pas un retrait définitif.

C’est un recul que je prends, le temps que les choses se décantent ». S’il laisse la porte entrouverte quant à un retour en sélection, il exclut cependant sa participation au match inaugural des « Lions » en éliminatoires de la CAN et du Mondial 2010, contre l’Algérie. « Je n’ai participé à aucun regroupement depuis la CAN 2008 et je ne peux pas être retenu sans préparation. Donc, si je reviens ce sera après ce match », a-t-il asséné.

Les sens d’un coup de gueule

Encore une sortie qui fait des vagues. Telle celle d’El Hadji Diouf qui avait annoncé son retrait de la sélection nationale. Une décision qui avait mis la République en émoi, poussant même Pape Diop, le président du Sénat et quelques autres illustres compatriotes à tenter une médiation qui avait finalement porté ses fruits. Cette fois, c’est Mamadou Niang qui hausse le ton, dénonce et déclare qu’il ne jouera pas le Sénégal - Algérie inaugural des éliminatoires combinées CAN/Mondial 2008, fin mai prochain. Et c’est assez inhabituel pour passer inaperçu. Il y a à peu près un an, Niang avait préféré faire l’impasse sur les deux rencontres des « Lions » en Tanzanie et au Mozambique, sur le chemin de la CAN 2008 pour aller passer ses vacances aux Etats-Unis. Il avait dû écrire une lettre d’excuses pour pouvoir réintégrer la Tanière.

Là, il clame nettement qu’il ne faudra pas compter sur son éclatante forme du moment (15 buts avec son club) pour battre l’Algérie à Dakar et bien entamer le parcours vers « Angola 2010 » et « Afrique du Sud 2010 ». Des médiateurs entreront-ils en scène pour la ramener à de meilleurs sentiments ? Très certainement, car, en quête d’une compétitivité perdue, le Sénégal ne peut se permettre de lâcher aucun atout, aucune force en route. Et surtout pas Mamadou Niang, assurément l’attaquant sénégalais le plus percutant de l’heure. D’autant que, dans ce qu’il a dit, il y a une très bonne part de vérité. Des choses qu’il a vues au Ghana et qui ne lui ont pas plu du tout ! Il n’est pas le premier à en faire état. Kasperczak n’avait-il pas dit son incompréhension lorsqu’il quittait ses fonctions de sélectionneur national ? Certes le moment était très mal choisi (en pleine compétition, même s’il n’existait qu’une chance sur mille de passer au second tour), mais qu’il en fût arrivé à cette extrémité, lui qui a beaucoup bourlingué à travers la Planète Foot, était assez révélateur de l’étendue de ce qui ne tournait pas rond dans la Tanière.

Que Niang n’ait « participé à aucun regroupement depuis la CAN 2008 » ! Tout le monde le constate et le regrette avec lui. La date Fifa du 26 mars dernier, la seule après « Ghana 2008 » et avant le début des éliminatoires CAN/Mondial 2010 ? Ratée pour cause de déliquescence d’un foot national empêtré dans des querelles à n’en plus finir. Et pour essayer de rattraper le coup, l’entraîneur national Lamine Ndiaye (en poste tout de même jusqu’en fin juin) avait en tête d’organiser un rassemblement avec ses joueurs pour les remotiver et les imprégner de l’importance des échéances à venir. Surtout de ce Sénégal - Algérie, les deux favoris du Groupe 6, que Niang projette justement de zapper. Mais ni lui encore moins le ministère des Sports et des Loisirs et la FSF n’ont pu entreprendre quoi que ce soit dans ce sens. Il semble même qu’aucun contact n’a été établi avec les joueurs expatriés depuis le retour de la CAN.

Alors, ce coup de gueule de Mamadou Niang peut être salutaire s’il permet au moins de faire bouger les choses. Et c’est heureux que cela intervienne presque concomitamment avec cette déclaration forte du chef de l’Etat selon laquelle « il faut mettre de l’ordre dans le football sénégalais ». Car au-delà de l’équipe nationale, c’est de l’avenir de l’ensemble du football sénégalais qu’il s’agit. On est en mi-avril, et pas l’ombre d’une compétition nationale ne s’est jusqu’ici disputée. Un président a été trouvé au comité de normalisation souhaité par la Fifa et la famille sportive nationale, en la personne de Diagna Ndiaye (par ailleurs président du CNOSS et « négociateur en chef » dans le différend fédération d’athlétisme - Ami Mbacké Thiam - avec le « cas Niang », il est servi). Mais, le corps reste à être constitué. Et les échéances n’attendent pas. Demandez plutôt aux quatre « clubs africains » chargés de défendre les couleurs sénégalaises sur le continent. Seule la Linguère a survécu à l’écrémage initial, les autres (Saloum, Casa Sports et Douanes) ayant payé leur manque de compétition et de compétitivité. Pour l’équipe nationale, ce n’est certes pas le même contexte puisque tous ses joueurs évoluent à l’étranger. Mais, on a vu avec cette « affaire Niang »que la situation que traverse le foot local peut avoir de sérieuses répercussions sur le mental et les dispositions des expatriés à honorer les convocations.

Cependant, on peut se poser des questions sur le « boycott sélectif » prôné par Mamadou Niang. Loin de nous l’idée de le suspecter de ne pas vouloir affronter l’Algérie, composée presque pour moitié de joueurs qu’il a eu à côtoyer et à apprécier à Troyes (Bradja, Meniri, Ziani, Saïfi, Ghazi et Akrour). Mais on ne comprend pas qu’il n’envisage de revenir sous le maillot national qu’ « après ce match ». Niang sait-il seulement qu’une petite semaine après avoir reçu les « Fennecs », les « Lions » s’en iront s’expliquer à Banjul contre les « Scorpions » de Gambie, avant d’enchainer sur Monrovia, le week-end suivant, pour y affronter le « Lone star » du Libéria qui, à son tour, leur rendra visite à Dakar la semaine d’après ? Certainement pas, puisqu’il ne saurait être question de le sélectionner pour les trois matches de juin et pas pour celui du 31 mai. En fait, tout s’enchainera et, sauf gros imprévu, le groupe sera le même pour faire face à toutes ces échéances. En bouder une équivaudrait à manquer toutes les autres. Ce qui n’est point souhaitable.

Pour catégorique que semble la décision de Mamadou Niang de mettre la sélection nationale entre parenthèses, elle ne ferme cependant pas la porte à un retour. Mais, est-il déjà parti pour parler de retour ? En tout cas, il est disposé à rencontrer les dirigeants de la FSF et le sélectionneur national pour discuter. On a vu que Diagna Ndiaye, le responsable de ce qui va tenir lieu de fédération pour au plus un an, sait bien jouer les pacificateurs. Et l’on se rappelle également que Lamine Ndiaye qui jusqu’à fin juin fait office de sélectionneur, avait montré, avec la mise à l’écart, lors du match contre l’Afrique du Sud, de Diouf, Tony Sylva et Ousmane Ndoye suspectés d’escapade nocturne à Kumasi lors de la CAN ghanéenne, qu’il n’était pas du genre tolérer certains écarts de conduite dans la Tanière. Niang semblait d’ailleurs avoir si bien apprécié cette décision qu’on l’avait vu, contre les « Bafana Bafana », impliqué dans le jeu comme il l’avait rarement été par le passé.

Il n’y a donc pas à désespérer que l’atout offensif sénégalais n°1 du moment revienne sur sa décision. A moins qu’il ne veuille, comme il y aura exactement un an en juin prochain, aller passer ses précieuses vacances estivales quelque part sur une plage, sous les palmiers, en bermuda et en sandales...

Source: Le Soleil

Article Lu 1426 fois

Mardi 15 Avril 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State