Référence multimedia du sénégal
.
Google

Fermeture du Campus Universitaire: Le Coud somme les étudiants de vider les lieux...

Article Lu 1692 fois

Le campus social est officiellement fermé hier sur mesure du Centre des œuvres universitaires de Dakar (Coud). Déjà, les étudiants plient bagages ou s’apprêtent à vider les lieux.



Fermeture du Campus Universitaire: Le Coud somme les étudiants de vider les lieux...
Devant le portail du Coud, un petit groupe d’étudiants ceinture la table du poste de garde. Stylo à la main, un agent de sécurité du Coud répertorie les bagages que B. Sy est en train de sortir du campus. Des bagages composés d’un écran d’ordinateur, d’une unité centrale, d’un ventilateur, un gros sac et un matelas enroulé autour d’une corde. En ce lundi 20 août, le bail entre le Coud et les étudiants résidents au campus universitaire a pris fin. A. Sy et beaucoup de ses camarades doivent plier bagages. Et comme à l’accoutumée, cette dernière journée de vie de "campusard" est une vraie course contre la montre. Certains comme A. Sy attendent ainsi le dernier jour pour « déguerpir ». « Comme j’habite à Dakar, j’ai voulu attendre le dernier jour pour partir », justifie t-il. Derrière lui, l’ambiance est toujours la même autour de la table des gardes. Les étudiants, sacs en bandoulière et bagages à la main, font une halte comme dans un aéroport pour enregistrer leurs bagages.

Devant la porte d’entrée principale, c’est tout un autre scénario. Deux hommes en gilet bleu vert, un brassard estampillé sécurité à la main, réclament les pièces d’identité. « Montrez-nous vos cartes d’identité ou d’étudiant. Sinon, vous n’entrez pas. Le campus ferme aujourd’hui », lance un des deux vigiles à un étudiant. « Depuis quand exige-t-on une pièce pour rentrer au campus », s’exclame l’étudiant qui n’en détenait pas. Très surpris par la nouvelle, il tente de persuader les deux vigiles. « Je suis étudiant, je viens chercher le reste de mes bagages. J’ai oublié mes cartes », explique-t-il. Devant la porte centrale, les étudiants, bagages en main, attendent les taxis. A l’intérieur du pavillon A, c’est le calme plat. Des tas d’ordures jonchent les couloirs. Quelques bruits échappent d’une fenêtre entrebaillée. Dans la chambre, des étudiants discutent tranquillement devant leurs bagages entassés sur les carreaux. Ils ne sont guère ébranlés par la fermeture du campus. « On a vu la note. On doit aller à l’Ecole Normale. Mon voisin y est là-bas pour régler les derniers détails », affirme l’un d’eux.

Restaurants et boutiques fermés

Cette fermeture du campus a été précédée par celle des restaurants. Dans la même logique, les autorités du Centre des œuvres universitaires de Dakar (Coud) ont demandé les boutiquiers de baisser les rideaux afin d’obliger les étudiants à vider les lieux. L’ambiance de la devanture du pavillon G, endroit le plus commercial du campus, est morose. Il y a moins de va-et-vient. Assis devant son magasin, Diabel a fermé boutique. « On nous a sommé de baisser rideaux aujourd’hui pour accélérer le départ des étudiants. Les gens du Coud nous ont promis que cela ne va pas durer. Il se peut que nous ré-ouvrons demain ou après demain ».

A cité des jeunes filles Aline Sitoé Diatta (ex-Claudel), règne une grande animation. Des sons de tam-tam sont audibles à partir de la porte. Renseignement pris, c’est la colonie des enfants du ministère de l’Education qui y a pris ses quartiers. Les rares étudiantes présentent dans les lieux sont venues percevoir leurs bourses.

...et prévoit des pavillons à la Fastef et à l’Esp

Certes les autorités du Centre des œuvres universitaires de Dakar (Coud) ont sommé hier les résidents de vider le campus. Une faveur est cependant accordée aux délégués d’amicales des facultés et instituts ainsi qu’aux « octobristes ».

Le campus de l’Ecole supérieure polytechnique (Esp,ex-Ensut) doit accueillir les délégués des étudiants. Hier, l’ambiance n’était cependant pas au rendez-vous. Il y avait moins de mouvements. Les polytechniciens ont été délogés depuis la fin du mois de juillet. Les rares étudiants rencontrés sur les lieux sont ceux de la faculté de Sciences juridiques et politiques venus préparer leur deuxième session. Les nouveaux locataires n’ont pas encore pris leurs quartiers. Sous couvert de l’anonymat, un délégué, indique qu’ils sont en train de régler les derniers détails avec le Coud. « J’espère qu’on va déménager avant jeudi. On est en train de répartir les chambres », souligne-t-il. Mais il réfute l’étiquette de privilégié du système. « Nous devons nous occuper des codifications des étudiants. Pour cela, nous devons tenir chaque semaine des réunions. Nous ne pouvons pas quitter à chaque fois nos localités pour assister aux rencontres. Nous sacrifions nos vacances pour nos condisciples », précise-t-il. Trois pavillons seront occupés par les amicales. D’après un agent du Coud, travaillant à l’Esp, ils sont fin prêts pour accueillir leurs nouveaux locataires, mais s’ils n’ont pas reçu d’autorisation. Malgré les avantages accordés aux délégués, leur restauration n’est pas prise en charge par les autorités. Pour manger, ils devraient se rabattre sur les gargotes situées aux alentours du campus.

Contrairement aux délégués, d’autres étudiants devront débourser de l’argent pour se loger. Le campus de la Faculté des sciences et techniques de l’éducation (FASTEF, ex-ENS), leur offre ses locaux. Ils doivent verser mensuellement 20.000 F Cfa.

Pourtant, plusieurs étudiants préfèrent se rabattre sur l’Ens. Moussa Coly, étudiant en deuxième année en Lettres modernes, justifie ce choix. « Même si c’est difficile, nous sommes obligés de payer. C’est seulement ici, que l’on peut préparer sereinement nos examens », explique-t-il. L’Ecole nationale d’économie appliquée (Enea) loue également ses locaux aux étudiants.


Par Oumar Ndiaye et Birane Hady Cissé (stagiaire)
Source: Le Soleil

Article Lu 1692 fois

Mardi 21 Août 2007


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Mercredi 7 Décembre 2016 - 12:16 NDIGUEUL DU KHALIFE DES MOURIDES: 500F par personne

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State