Référence multimedia du sénégal
.
Google

Faut-il laisser les Sports aux mains inexpertes de Bacar Dia ?

Article Lu 1709 fois


Faut-il laisser les Sports aux mains inexpertes de Bacar Dia ?
A la lecture de l’article de notre confrère Harouna Déme, contenu dans le journal Populaire du 06 juillet 2008, sous le titre : «Le Comité de normalisation déjoue le putsch de Bacar Dia», tous les Sénégalais amoureux du ballon rond sont ulcérés par les pratiques peu orthodoxes du ministre des Sports. En effet, après avoir créé et exacerbé le conflit entre la mouvance présidentielle et la presse, Bacar Dia allume de nouveaux feux dans le temple sacré des Sports, en prenant la responsabilité de saboter tout le travail gigantesque que le Comité de normalisation du football (Cnf) est en train de réaliser.

Bacar Dia a, lamentablement, échoué au ministère de l’Information à cause de sa propension à s’entourer de niais et à gérer le département sous le mode du copinage. N’a-t-il pas profité de son statut de ministre pour nommer son petit frère au poste stratégique de directeur de l’audit et de contrôle de cestion de la Rts. Un poste qui permettait à son petit frère de glaner toutes les informations financières pour le compte du grand frère. Il a fallu l’arrivée de Babacar Diagne pour mettre un terme au jeu de Bacar Dia.

Le petit frère, démis de certaines de ses prérogatives, est allé pleurer sur les épaules du grand frère de ministre qui a automatiquement engagé une bataille contre Babacar Diagne. Croyant toujours pouvoir remporter les batailles qui l’oppose aux directeurs généraux du service public de l’information (Soleil, Rts) et adouber par sa victoire face à Daouda Ndiaye et à El Hadji Kassé, victimes, selon lui de leur intelligence responsable et leur naturelle tendance professionnelle, Bacar Dia voulait débouter Babacar Diagne de son poste de directeur général de la Rts. Il perdit cette bataille.

Le Président Wade trancha en limogeant Bacar Dia de l’Info pour le parquer aux Sports. L’Etat doit regarder de plus prés la gestion de Bacar Dia au ministère de l’Information. La presse qui s’est déjà saisie de certaines informations troublantes de la gestion de Bacar Dia au département de l’Information est tombée des nues, après avoir pris connaissance du pillage organisé des ressources financières de ce département ministériel.

En effet, pour ce nouveau privilégié que le régime de l’alternance a façonné, les organigrammes ministériels épousent les contours de la généalogie et du copinage népotique. Aujourd’hui, Bacar Dia ne comprend pas que le football est devenu un enjeu politique de taille. Dommage que Bacar Dia ne puisse rien comprendre, vraiment dommage pour le pays et pour l’Etat.

La défaite des Lions, aux dernières compétions africaines, a permis à l’Etat de prendre toute sa responsabilité pour remettre debout un football devenu un enjeu national. Il ne s’agit plus strictement du jeu de ballon, mais des implications touristiques, diplomatiques et économiques.

En mettant sur pied un Cnf et en le confiant à des hommes comme Diagna Ndiaye, Saër Seck, Cheikh Tidiane Mbaye, Baïdy Agne, Louis Khalifa Lamotte, le président de la République, Me Abdoulaye Wade, veut booster un domaine qui a apporté, dans le temps, beaucoup de satisfaction aux Sénégalais.

Ces hommes précités ont eu des parcours identiques, parce que jonchés de succès engrangés dans leurs domaines respectifs. Ces hommes n’ont nullement besoin de l’argent des contribuables, ils sont à l’abri du besoin jusqu’à la fin de leurs jours.

Ces hommes ne font pas de la politique politicienne et ne sont pas dans la logique des intrigues. Le Cnf récolte depuis sa mise sur pied, des succès, des victoires grâce à une organisation administrative et une orthodoxie financière sans faille. Les calendriers sportifs sont maîtrisés, la discipline est de mise au sein de la Tanière et l’Equipe nationale vole de victoire en victoire. Chapeau au Cnf.

Les Sénégalais ne sont pas prêts à revivre les traumatismes causés par la guerre entre Daouda Faye, alors ministre des Sports et Mbaye Ndoye, président de la Fédération sénégalaise de Football. Les défaites à la dernière Can ne sont que les conséquences de cette guerre. L’équipe de football était secouée par les secousses sismiques nées du choc tellurique causé par la rencontre frontale de deux blocs antagoniques. Le Sénégal lance un seul cri et demande, à genoux, au président de la République : Plus jamais ça ! De grâce laissez aux jeunes le soin de nous faire rêver…

Bacar Dia a été nommé ministre à partir du quota de la Cap 21 et sur proposition du Pr Iba Der Tbiam. Mais depuis lors, son ennemi intime reste son bienfaiteur. Et pourtant, la Cap 21 recèle d’hommes et de femmes dont la compétence, l’honnêteté et la fidélité ne font pas défaut.

La stratégie de Bacar Dia pour sauver son poste, à chaque fois que des rumeurs persistantes de remaniement gouvernemental circulent, consiste à insulter les leaders de l’opposition (Moustapha Niasse, Ousmane Tanor Dieng, Abdoulaye Bathily, etc.) afin de passer pour le seul homme qui défend le président de la République et ce faisant garder son poste. Ou bien Bacar Dia ne se gêne pas pour courtiser les membres du staff de communication de l’Anoci (Cheikh Diallo ou Madior Sylla). Au sein de l’opposition, les gens savent avec pertinence les moments de déploiements de Bacar Dia. Ils jouent (les leaders de l’opposition) le jeu car pour eux il s’agit de conserser au sein du gouvernement un mauvais ministre. Il n’est pas question que le Président Wade ait un bon ministre.

Face aux nouvelles exigences, le Président Wade a besoin maintenant de technocrates, des hommes et des femmes aux compétences avérées. Ou bien de leaders politiques ayant une réelle base politique. Bacar Dia n’a ni l’un ni l’autre. Les militants de son parti peuvent se compter sur les doigts d’une main. Il suffit tout simplement de donner 5000 francs et un tee-shirt à des hommes et des femmes pour remplir le stade lors des rencontres de son parti notamment celles qui enregistrent la présence du Président Wade. Les modalités de faisabilité de cette tromperie et l’homme qui la réalise sont connues des habitants des Parcelles Assainies.


Pape Sadio THIAM

Source: le Quotidien

Article Lu 1709 fois

Lundi 7 Juillet 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State