Référence multimedia du sénégal
.
Google

FUTURES ÉCHÉANCES Électorales: La Génération du Concret fin prête

Article Lu 1677 fois

La "Génération du Concret" semble vouloir désormais marcher à visage découvert. C'est du moins ce qu'on peut déduire du communiqué de leur direction exécutive. Pour Karim Wade et ses partisans, tous les "militants et sympathisants" de la Gc doivent s'organiser pour les futures échéances électorales.



FUTURES ÉCHÉANCES Électorales: La Génération du Concret  fin prête
Dans un communiqué qui nous est parvenue, la "Génération du Concret" a tenu à lever toute équivoque. Selon ce mouvement dirigé par Karim Wade, les informations faisant état d'un malaise en son sein, sont non fondées. C'est ainsi que ce mouvement rappelle qu’il entend se garder aujourd’hui "plus que jamais de s’empêtrer dans la politique politicienne et les confrontations stériles de personnes et de clans." A cet égard, Karim Wade a invité tous les militants et sympathisants de la Génération du Concret à faire preuve de "sérénité et de responsabilité face à toutes les tentatives de division et de déstabilisation". Car, dira-t-il, "le combat de la Génération du concret, multiple et exaltant, exige en effet de tous, esprit de sacrifice, cohésion, solidarité et unité".

Par ailleurs, la direction exécutive de la G C "s’est réjouie de la décision du Président de la République d’élever Innoncence Ntap au rang de Ministre d'État et a chaleureusement félicité l’intéressée"; avant de soutenir que "cette nomination témoigne de l’intérêt du Chef de l'État pour la Casamance en général et pour la Région de Zinguinchor en particulier". Dans le même esprit, Karim et ses camarades se sont également "félicité de la décision du Président de la République de confier à Hassan Bâ la mission d'organiser une Foire de projets de jeunes et pris des engagements fermes pour accompagner le frère Hassan BA dans cette mission exaltante mais difficile". En outre, l'instance de la Génération du concret "a pris connaissance avec satisfaction du compte-rendu de la visite de Abdoulaye Baldé à Paris à l'effet de mobiliser les militants, adhérents et sympathisants du mouvement de la Diaspora afin qu'ils s'organisent et se mobilisent pour les futures échéances".
La Direction Exécutive de la Gc a aussi pris la décision de ne plus reconnaître Monsieur Malick Sonko, conseiller technique à la Présidence de la République, cité dans une affaire de trafic de visas, comme étant membre de la Génération du Concret. C'est du moins ce qui ressort du communiqué sanctionnant la rencontre de la Direction exécutive de la "Génération du concret" daté du 22 sous la présidence de son leader, Karim Meïssa Wade, dont copie nous est parvenue dans notre rédaction.

Source: Le Matin

Article Lu 1677 fois

Mardi 25 Novembre 2008





1.Posté par Shepherd le 25/11/2008 09:44
C'est la prese qui a toujours fait une seule analyse erronnee des evenements
J'ai depuis longtemps dit et redit que Wade n'a jamais penser a imposer son fils au peuple , car cela serait suicidaire . Wade et Viviane aime trop leur fils pour le sacrifier pour un pays qu'ils ne considerent pas dans leur ame comme etant le leur. Les Wades (Pere, Fils , Epouse..) ne se sont jamais consideres etre des Senegalais dans leurs act, ni pensee. Wade est entrain d'insulter les consciences de ceux qui n'ont fait qu'une seule analyse voir lecture des evenements. Wade ne finira pas son mandat. Wade veut se retirer mais sans risquer de se faire poursuivre. Wade est entarin de noyauter le pouvoir pour y placer des gens qui lui sont devolus , ses affides de la GC partout ou on peut l'atteidre. Wade Place sont monde pour eter sur de quitter sans se faire poursuivre . Wade et Karim ont deja detourner le maximum d'argent pour se retirer tranquilement avec sa famille. IL utilise son Jet-Priver pour decoller avec des mallettes d'argent a des heures ou il ne va pas etre controler par la douane ou personne. Tout l'argent du apyer est vole par Karim et pere et transfere a l'etranger pour leur vieux jpurs. Il faut que le peuple se souleve avant que Wade finisse de mettre en place son PLAN. Wade veut quitter en mettant en place se PIONS de la GC et des AFFIDES qui ne diront rien car lui seront toute leur vie redevable. Comme dit TALLA SYLVA , il faut bouter Wade du pouvoir avant qu'il termine son plan. Wade ne va jamais organiser des election et les perdre. Il ne faut pas croire que Wade est un democrate. Jamais Wade ne va perdre ses electins, alors prenons nos destins en main. Les Senegalais ne font que parler, parler , aucune action conrete et la presse nous ne regarde que d'un cote. Wade n'a jamais penser a introniser son fils, cela equivaudrait a le laisser se faire tuer. Car personne n'acceptera de se faire imposer Karim .
Wade peut placer Idrissa Seck ou un autre larbin de ser fisl d'emprunt mais jamais il le fera avec son propre fils (biologique).. Mem Viviane ne laissera jamais son fils se faire tuer pour ce pays qui n'est la leur pays .
Arretons de tergiverser et debarrassons nous de Wade. IL faut un soulevement populaire et le plus vite possible avant que Wade ne place ses pions.

2.Posté par serr le 25/11/2008 12:19
Choisir un autre lecteur
A travers ce texte de base nous engageons un débat autour de notre génération et celle de demain. Un débat qui tout en ayant tous son sens dans le présent est résolument orienté vers l'avenir du Sénégal, notre avenir et celui de nos enfants.

Nous posons un postulat de départ selon lequel, toute vision d'avenir doit s'inscrire dans la logique de l'équité entre les générations.

Au moment où dans beaucoup de pays, on parle de « génération perdue » en référence à une jeunesse attentiste face aux bouleversements caractéristique de notre époque, émerge au Sénégal un concept pertinent par sa portée : la « Génération du concret ».
Qu'est ce qu'elle pourrait signifier sinon, un vaste projet de société.

Si le début des années 1960 a marqué un tournant avec la naissance de notre jeune nation, très tôt, le Sénégal a opté pour une ouverture démocratique.
Quarante sept ans (47 ans) après, ce choix a porté ses fruits. Chacun peut le constater autour de soi.

Avec l'avènement de l'alternance en 2000, une étape historique a été franchie : la démocratie s'est ancrée, la croissance économique est au rendez-vous, le pays s'ouvre de plus en plus au monde ; il se modernise.

Mais cette satisfaction légitime ne doit pas endormir la vigilance.

Rien n'est définitivement acquis. Il faut préparer l'avenir. Notre génération a la responsabilité de réfléchir au devenir de notre pays. Personne ne pourra ou ne devra dire dans 30 ans aux générations suivantes : nous ne savions pas, nous ne pouvions pas, nous n'avions pas prévu.

Nous avons à l'égard de ces générations un devoir de lucidité, de responsabilité et de solidarité. Il nous faut dés aujourd'hui préparer les mesures qui assureront aux générations futures un développement durable.

Nous devrons rendre compte à nos enfants, nos petits enfants aux générations futures de ce que nous leur avons légué, de ce que nous avons fait de nos ressources, de notre énergie, de notre temps, de notre pays.

L'enjeu est considérable : nous devons assumer notre commune appartenance à cette génération de l'ère de la mondialisation, de l'Internet des satellites de transmission directe, de la grande compétition entre Nations.

De notre appartenance à cette génération, nous devons concevoir un nouveau rapport au monde, un nouveau modèle de gouvernance en adéquation avec les attentes de notre temps.

Nous devons fédérer les énergies, replacer au cœur de notre société les valeurs de travail de loyauté de respect, de réussite, d'excellence, de compétence. Telle est la perspective dans laquelle la Génération du Concret s'inscrit. Tels sont les buts que nous nous assignons.

Nous avons également vis-à-vis des générations futures un devoir de lucidité et un impératif de solidarité. Nous leur devons des choix pour garantir leur avenir.

Le Sénégal a toujours joué un rôle de premier plan en Afrique. Il s'agit de préparer l'avenir pour que notre société, demain, continue de se reconnaître dans cette posture, que notre pays continue à jouer ce même rôle pas seulement en Afrique mais dans le monde.

Notre conviction est que sans une réforme véritable, sans de nouveaux efforts, il n'y aura pas d'avenir pleinement assuré pour notre pays.

Réforme ne signifie pas rupture. Car rompre peut signifier séparation, divorce, reniement. Il s'agit au contraire de tout revendiquer (notre histoire, notre culture, nos erreurs passées et présentes) pour tout dépasser. Réformer en ce sens signifierait changement de méthode.

Nous devons être fiers des connaissances acquises. Nous devons capitaliser le savoir-faire (l'expertise) sur le terrain par la formation professionnelle ou la connaissance d'un métier et aller à l'assaut de la mondialisation pour rivaliser avec les meilleurs.

Notre époque exige qu'on agisse, qu'on produise un projet de société qui soit le meilleur pour aujourd'hui. Notre temps nécessite de générer du concret, du sens au service des générations d'aujourd'hui et de celles de demain.

La mondialisation a fini de produire sous nos yeux des mutations de toutes sortes avec leurs cortèges de crises à géométries variables donnant naissance à des phénomènes que l'histoire nous impose de solutionner.

En réalité, nous ne sommes pas les seuls à connaître ces phénomènes, toutes les sociétés connaissent à un moment de leur histoire les mêmes types de problèmes.

Aussi, dans notre effort pour trouver des solutions, nous pourrons réfléchir un instant sur quelques exemples étrangers.

Toutefois, il faut accepter l'évidence que le monde a évolué, que les modèles ont connu aussi des mutations et que les repères ont peut être changé.

S'il a fallu des siècles pour certains continents pour se développer, il nous faudra bien moins de temps, en ce sens que notre contemporanéité nous offre des futurs possibles. Les défis qui nous sont opposés peuvent être résolus. Des solutions existent, des choix s'offrent à la société sénégalaise.

Notre ambition est de trouver des pistes de réflexion, d'influer sur les termes du débat afin que tout un chacun en fonction de ses valeurs et de ses opinions politiques puisse émettre des propositions et participer à Agir pour la Nation.

De nombreuses idées ont été émises venant d'horizons divers, traduisant des objectifs, des choix, des perspectives.
La génération du concret pour l'essentiel se veut promotrice de valeurs de travail, d'éthique et de responsabilité.

De ce combat pour l'avenir pourrait peut-être émerger de nouvelles solutions sur lesquelles pourrait se fonder le consensus nécessaire. Nous n'entendons évidemment pas trancher maintenant. Nous avons indiqué nos valeurs. Ces valeurs quand à elles nous indiquent le chemin.

Nous dirons tout simplement que nous rejetons ce qui serait un scénario de l'irresponsabilité. Ne rien faire aujourd'hui conduirait à terme à la condamnation de nos jeunes nation. Ne rien faire aujourd'hui conduirait à subir les affres de la mondialisation. Ne rien faire aujourd'hui conduirait à rendre la tache beaucoup plus difficile pour ceux qui, dans le futur, voudraient agir. Ne rien faire aujourd'hui signifierait tout simplement disparaître de la carte du monde.

Si nous agissons, une transformation profonde pourrait être possible.

A grande cause, grande controverse, nous appelons donc de nos vœux un débat où la participation de chacun est requise.

Ensemble nous bâtirons un avenir meilleur


3.Posté par zou le 25/11/2008 12:56
L'accession de Karim à la magistrature suprême se fera dans les règles de l'art. Il passera inéluctablement par la voie des urnes comme Senghor et Wade et non ce que le premier président du Sénégal avait fait avec son successeur.
En effet, ceux-ce qui, soutiennent que Karim est le dauphin du Président De la République, n'ont pas jusqu'ici, apporté la moindre preuve de leur allégation. Ainsi, il va s'en dire que c'est une perception erronée de la réalité que de croire à de tels propos. Disons-le, tout haut, Karim Meïssa Wade, peut se passer du privilège du dauphinat et l'avenir nous donnera raison. Vous conviendrez sûrement avec moi que c'est un truisme aujourd'hui, d'affirmer que le leader de la génération du concret, bénéficie du soutien et de la confiance des Sénégalais de l’intérieur comme de l’extérieur, surtout chez les femmes et les jeunes. Et qui attendent le montrer au moment opportun.

4.Posté par GASSAMA TORONTO le 25/11/2008 14:14
karim meissa wade est un homme integre injurié diffame chaque jours, et qui n'a jamais proférer d'injure à son tour .
Qui est toujours constant imperturbable.Mon grand père me dit que ce sont des signes PALPABLE de GRANDEUR .
bientot nous le verrons assis sur le fauteuil presidentiel. cordialement

5.Posté par hassane mbengue le 25/11/2008 16:48
Ils ont été nombreux les militants et sympathisants de la Gc qui se sont réjouis de cette rencontre au cours de laquelle des échanges fructueux ont été effectués. La bonne organisation dans tout mouvement est un gage de succès dans les activités futures. C’est ce que les dirigeants de la GC ont très vite compris en convoquant cette rencontre et en prenant ces importantes mesures.
La fermeté avec laquelle ce problème de trafic de visas a été traité est à saluer et à encourager car l’importance du challenge exige de tout militant un autre comportement. La grande ambition de la Génération du Concret, pour se réaliser, doit de s’appuyer sur des bases solides et saines. Dès lors, il est inadmissible que des éléments se réclamant de la GC agissent autrement.

6.Posté par fama le 25/11/2008 16:55
Après une éclatante réussite du sommet de l’organisation de la conférence islamique, qui a vu Dakar se doter d’infrastructures de dernières générations. M Karim Wade leader de la génération du concret dont le seul souci est de propulser son pays dans le rang des pays émergents, est en route vers le sommet de l’état. C’est dans cette optique qu’il est entrain de tisser et d’étoffer ses relations internationales, d’où cette audience que vient de lui accorder le président de la république française Nicolas Sarkozy. Une audience riche, qui ouvre les portes du nucléaire civil au Sénégal et ainsi comblé le gap du déficit énergétique.

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State