Référence multimedia du sénégal
.
Google

FRANCE : Sarkozy défend sa 'politique d’immigration maîtrisée'

Article Lu 1694 fois


Le président français Nicolas Sarkozy a défendu hier sa "politique d’immigration maîtrisée" à Toulon (sud-est de la France) reprenant un thème de choix de sa campagne présidentielle à cinq jours du second tour d’un scrutin municipal qui s’annonce difficile pour la droite.

Toulon - "Il faut une politique d’immigration maîtrisée pour bien recevoir ceux qu’on reçoit", a déclaré le président de la République au cours d’une table ronde avec des Français d’origine étrangère. "Je dénie le droit à un certain nombre de donneurs de leçons de dire que, parce qu’on dit +politique d’immigration maîtrisée+, on serait raciste. Ce procès-là, il est inadmissible", a-t-il lancé.

M. Sarkozy, accompagné du ministre de l’Immigration Brice Hortefeux, a rappelé sa volonté que se tienne chaque année "un débat au Parlement" au cours duquel le gouvernement présenterait ses "objectifs en matière d’immigration" et notamment sur "des quotas annuels".

"Il n’est pas anormal que la société française fasse venir ceux et celles dont elle a besoin", a estimé le chef de l’Etat, plaidant à nouveau pour des "quotas par métier et par zone géographique", une idée controversée actuellement examinée par une commission. Le président a également dit son souhait de mettre en place une "législation sur les droits des étrangers" et de réprimer davantage ceux qui "emploient des clandestins". "La France ne peut pas accueillir tout le monde" mais "la France doit accueillir ceux qui sont persécutés à travers le monde", a dit le chef de l’Etat, défendant le principe de "l’identité nationale" qui "n’est pas une pathologie". M. Sarkozy s’est aussi félicité d’avoir été l’un des artisans de la "réduction de l’influence de l’extrême droite" -dont une partie des électeurs a voté pour lui à la présidentielle- qui "a empoisonné le débat politique pendant des années". Il a pris en exemple Toulon qui fut dirigé par le Front national de 1995 à 2001 avant d’être conquise par Hubert Falco (Ump, Droite au pouvoir), réélu dimanche avec 65% des voix.

EN BREF * CÔTE- D’IVOIRE - Procès "IB" : l’objectif était de tuer Gbagbo

Certains des mercenaires présumés jugés à Paris pour avoir fomenté un coup d’Etat en Côte d’Ivoire en 2003, pour le compte de l’ex-chef rebelle Ibrahim Coulibaly, ont fini par reconnaître hier que l’objectif était de "tuer" le président ivoirien Laurent Gbagbo. Treize prévenus sont jugés par le tribunal correctionnel de Paris pour la préparation d’un coup d’Etat dont avait eu vent la Direction de la surveillance du territoire (Dst, contre-espionnage) au cours de l’été 2003. Trois sont absents, dont un acteur-clé, l’ancien chef rebelle ivoirien Ibrahim Coulibaly, alias "IB", aujourd’hui en fuite. Il est soupçonné d’être l’instigateur et le bénéficiaire potentiel de l’opération qui visait à recruter des mercenaires chargés d’attaquer au lance-roquettes le convoi présidentiel de Laurent Gbagbo... Des déclarations en garde à vue d’un prévenu, il ressort que le but de la mission avait été clairement exposé : "tuer Gbagbo".

AFSUD - Zuma en appelle à la Cour constitutionnelle

Jacob Zuma, président du Congrès national africain (Anc), demande le droit de faire appel d’une décision de la Cour suprême qui, le 8 novembre, a validé des perquisitions effectuées en 2001 et 2005. Cette décision avait débouché le 28 décembre sur l’inculpation de Zuma pour fraude, corruption, blanchiment d’argent, racket et évasion fiscale. Or, Zuma estime que les perquisitions à son domicile et à son bureau ont violé son droit au respect de la vie privée, à la propriété, à la dignité et à un procès équitable. Son avocat a également introduit un recours au nom du droit à la confidentialité pour récupérer les documents saisis dans son bureau. Thint, filiale sud-africaine du groupe d’armement français Thales (alors Thomson CSF) impliquée dans l’enquête, conteste également la légalité de perquisitions effectuées dans ses locaux...

PAKISTAN - 25 morts dans un double attentat

Le Pakistan a été frappé hier par deux nouveaux attentats suicide qui ont fait au moins 25 morts, à Lahore, la grande ville de l’Est du pays... Les deux explosions ont eu lieu quasi-simultanément vers 09h 25 (04h 25 Gmt), dans deux quartiers différents de Lahore, une semaine jour pour jour après le dernier attentat qui avait endeuillé le Pakistan et avait déjà frappé Lahore, deuxième ville du pays. "Un attentat suicide à la voiture piégée a visé les bureaux de l’Agence fédérale d’investigation, faisant au moins 21 morts et plus de 100 blessés", a déclaré le chef de la Police de Lahore, Malik Mohammad Iqbal. L’Agence fédérale d’investigation, visée par l’attentat suicide d’hier, est principalement en charge des questions d’immigration, mais le bâtiment abritait aussi les locaux d’une unité spéciale dédiée aux enquêtes antiterroristes... L’immeuble de huit étages s’est partiellement effondré sous le choc de l’explosion... La seconde explosion, également provoquée par une voiture piégée conduite par un kamikaze, a frappé les locaux d’une agence de publicité dans un quartier chic de la ville, éloigné de plusieurs kilomètres, faisant quatre morts, dont deux enfants...

IRAK - Les pertes américaines approchent les 4.000

Le bilan total des pertes américaines depuis le début de la guerre en Irak en mars 2003 approche désormais le seuil symbolique des 4.000 morts. En cinq ans, 3.983 soldats américains précisément ont été tués, selon un bilan de l’Afp établi à partir de chiffres du site Internet indépendant www.icasualties.org. Près de la moitié ont péri dans des attentats, le plus souvent par l’explosion d’engins piégés au passage de leurs véhicules, d’après le décompte de ce site Internet. Ces bombes artisanales, connues sous l’acronyme d’IED (Improvised Explosive Device) ont fait des ravages dans les rangs américains, forçant le Pentagone à déployer des véhicules de nouvelle génération aux blindages ultra-performants. Soixante dix-neuf soldats américains ont été tués en Irak en 2008 : 40 en janvier, 29 en février et 10 jusqu’à ce jour pour le mois de mars, toujours selon www.icasualties.com. Le contingent américain s’élève actuellement à 158.000 hommes, selon le dernier chiffre du commandement Us. Environ 2.000 GI’s ont commencé la semaine dernière à quitter le pays dans le cadre du retrait annoncé de cinq Brigades de combat, soit l’équivalent d’environ 30.000 hommes, d’ici juillet.


AFP

Article Lu 1694 fois

Mercredi 12 Mars 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State