Référence multimedia du sénégal
.
Google

FRANCE-IMMIGRATION: Un ressortissant sénégalais raconte sa vie en rétention

Article Lu 11110 fois

Extraits du journal de bord de BGA, ressortissant sénégalais placé en rétention à Bobigny.
Photo : Centre de rétention du Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne)-AFP/JOEL SAGET



FRANCE-IMMIGRATION: Un ressortissant sénégalais raconte sa vie en rétention
Mardi
C’est mon premier jour au CRA (centre de rétention administrative, ndlr) de Bobigny. A ma grande surprise, il n’y a pas que des Africains (noirs) et des maghrébins (arabes). Il y a des Chinois, des Russes et plein d’autres nationalités.

L’ambiance y est pas trop mal. On essaie de communiquer comme on peut avec des gestes, des signes, des sourires. Chacun a son cas, son dossier mais le problème est le même : nous sommes sous la menace de reconduite à la frontière.

Les chambres sont petites (autour de 12m2), il y a deux lits superposés. Il y a une salle TV, une cour arrière. On est en communauté, elle permet de se sentir moins seul et on s’échange les parcours, des conseils. Ce qui m’a étonné, c’est de voir qu’ici, il n’y a aucune tension entre les races. Le respect est de mise. La religion est respectée. Il y a des musulmans (pratiquants ou pas), des chrétiens, des athées. Tout le monde respecte les croyances de tout le monde.

Hier, il y avait un match de foot (Bayern-Lyon). J’ai été surpris de constater que malgré tout ce qui se passe dans la vie de chacun, les supporters de Lyon sont les plus nombreux.

Les toilettes et les douches sont nettoyées chaque jour mais elles se resalissent très vite. Etre enfermé, cela permet de réfléchir à sa situation et à ce que l’on veut dans la vie. On se remet aux choses simples de la vie. On apprécie chaque visite, chaque coup de fil, chaque échange avec l’extérieur. On se rattache à ce qu’on peut. On essaie d’oublier qu’on est en rétention administrative. On passe le temps en jouant aux cartes, au baby foot, en regardant la télé.

Vendredi
Aujourd’hui, il y a un retenu qui a été emmené à l’aéroport. Il n’a même pas été prévenu par les officiers. C’est la Cimade qui l’a informé. C’est dur de voir ça. La déception se lisait sur les visages.

J’ai eu la déception aussi de voir mon appel rejeté (par le juge administratif chargé de se prononcer sur la validité de la mesure d’expulsion du territoire français, ndlr). J’étais déçu, mais bon on en fera un autre. J’espère que celui-là aboutira.

Il y a eu une fouille des locaux tout-à-l’heure après le repas de midi. Ils ont trouvé des stylos, des briquets. Les stylos sont interdits mais pas les couteaux en plastique. Ca se voit que ceux qui font le règlement pensent à tout. Un stylo c’est tellement dangereux…

J’ai rendez-vous en début de semaine prochaine pour aller à mon ambassade. Ils doivent vérifier mon identité et par la même occasion demander un laissez-passer pour me reconduire dans mon pays. On verra bien ce qui peut se passer. Mardi c’est tellement loin quand on est en rétention.

Source Liberation.fr

Article Lu 11110 fois

Dimanche 5 Octobre 2008





1.Posté par keun bougoul le 06/10/2008 13:09
Restez chez vous c'est mieur pour vous

2.Posté par waza man le 06/10/2008 15:53
hahahahahaha
mais NDIAYE computer ya dieul pé
hahaha c un bon moyen pour faire son biz
ni la yoke fite

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State