Référence multimedia du sénégal
.
Google

FORUM SUR L’EMIGRATION CLANDESTINE A KAYAR : Les jeunes prônent une diversification des activités

Article Lu 1959 fois

Le Groupement d’intérêt économique (Gie) des ex-rapatriés d’Espagne a, en relation avec le Réseau africain du développement intégré (Radi), organisé un forum pour échanger sur les causes profondes du phénomène et esquisser des axes de réflexion à même de régler cette brûlante question.



FORUM SUR L’EMIGRATION CLANDESTINE A KAYAR : Les jeunes prônent une diversification des activités
La rencontre a réuni les jeunes, les notables, les élus locaux, la gendarmerie, le chef de service départemental de la pêche de Kayar et une délégation du Radi, conduite par Mme Mariam Coulibaly et Samba Ka, responsable de l’Ong à Thiès, en présence de Mme Hélène Jones de Saco, leur partenaire stratégique, et de Assane Guèye, représentant le chef de service régional de la direction régionale du Développement rural de Thiès.

Selon Modou Ndoye Thioune, président du Gie des ex-rapatriés, la raréfaction du poisson, couplée aux coûts exorbitants des facteurs de production (matériels de pêche, carburants…) et la flambée des prix des denrées de premières nécessités et, par ricochet des charges familiales, ont fait qu’il ne leur était plus possible de vivre des fruits de leur labeur, en tant que pêcheurs. « Étant des jeunes mariés pour l’essentiel, responsables de familles nombreuses où le père a atteint un âge avancé qui ne lui permet plus de travailler, la mer ne nourrissant plus son homme, alors, la seule alternative était de quitter le pays pour aller à l’aventure en Espagne », lance-t-il. Car, pour l’ensemble des jeunes qui ont eu à échanger avec la délégation du Radi, les premiers qui ont pu émigrer très tôt en Espagne gèrent correctement leurs familles et, quand ils reviennent, construisent de belles maisons et mènent une vie paisible.

« Voilà, de manière succincte, les raisons objectives qui nous ont poussés à vendre tous nos biens et à braver la mer avec nos pirogues pour rejoindre l’Espagne », a ajouté Modou Ndoye. Ayant pris aujourd’hui conscience du fait que le métier de pêcheur ne peut plus accueillir tous les fils de Kayar, les jeunes souhaitent qu’on les aide à diversifier leurs sources de revenus. Pour eux, cela passe par la mise en place d’un grand centre de formation professionnelle où ils pourront bénéficier d’un apprentissage pointu de divers métiers. À partir de ce moment, par des mesures d’accompagnement comme la facilité de l’accès au crédit à des taux bas, des ateliers performants devraient voir le jour et pouvoir concourir valablement au marché des offres. C’est dans ce sillage qu’Assane Guèye de la Drdr de Thiès a expliqué aux jeunes, le concept des pôles d’émergence agricole du plan Retour vers l’agriculture (Reva). Selon lui, il s’agit d’un modèle intégré de production agricole, d’élevage et souvent même de pisciculture par les bassins de rétention. « Tout cela passe par un encadrement pointu et des orientations claires vers des circuits de commercialisation rentables », a-t-il indiqué. Et de préciser « qu’avec le plan Reva, même des privés disposant de champs peuvent être équipés et intégrés, car tous les appuis liés à ce programme sont remboursables ».

Après Kayar et Hann, Saint-Louis va apporter sa contribution à la compréhension du phénomène qui s’est amplifié subitement dans notre pays.


MBAYE BA
Source: Le Soleil

Article Lu 1959 fois

Lundi 11 Juin 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State