Référence multimedia du sénégal
.
Google

FEUX DE BROUSSE - 15 370 hectares de pâturage réduits en cendres : Linguère peine à vaincre le fléau

Article Lu 1707 fois

Le secteur forestier de Linguère éprouve d’énormes difficultés pour venir à bout des feux de brousse. Cette structure qui dépend du ministère de l’Environnement, souffre énormément de l’étendue du terroir et d’un manque de brigades, même si elle serait la plus dotée en moyens dans le Sénégal.



Après neuf mois de lutte contre les feux de brousse, le secteur forestier de Linguère se retrouve avec 16 cas de feux de brousse par une superficie de 15 370 hectares de pâturage réduite en cendres.

Un bilan loin d’être satisfaisant pour une zone sylvo-pastorale largement menacée par l’avancée du désert et le réchauffement de la terre. Et, selon le capitaine Souleymane Ndoye, chef de service départemental du service forestier de Linguère, ses «ambitions avant la campagne de lutte contre les feux de brousse étaient de réaliser zéro feu du fait que la lutte préventive a, très vite, démarré avec les autorités administratives et locales». En effet, 409 comités de lutte, des campagnes de sensibilisation, des Comités locaux de développement (Cld), un comité de développement départemental ont été mis à jour avant même le démarrage officiel de la campagne nationale de lutte contre les feux de brousse.

En outre, 1 050 km de pare-feux ont été ouverts dans le département de Linguère pour une bonne maîtrise des dégâts provoqués par les feux de brousse. Toujours selon le capitaine Ndoye : «8 unités de lutte dont 3 Hinos et 5 Unimogs ont été mobilisés pour la lutte active en plus de 21 chauffeurs et porte-lances recrutés par le ministère de l’Environnement.»

Mais, malgré toutes ces dispositions prises aussi bien par les autorités du département que par celles du ministère de l’Environnement, le département de Linguère n’est pas épargné par les feux de brousse. Et au-delà des 15 370 ha brûlés, le cheptel a aussi disparu avec le bilan suivant : 12 moutons, 9 chèvres et 13 cases. 9 lits en bois rouge, 12 matelas et 1 poste téléviseur ont été aussi réduits en cendres dans un département où la plupart des ménages vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Quant aux transactions, 1 375 000 de francs Cfa d’amendes payées ont été entièrement récupérées par le service forestier de Linguère dont 962 000 francs Cfa versées dans les caisses des communautés rurales. Les responsables ou acteurs des feux de brousse sont identifiés, selon toujours le patron du secteur forestier de Linguère. Ces derniers sont «des éleveurs transhumants et des enfants s’activant dans la conduite du bétail.» Ce qui fait qu’à Linguère et plus particulièrement dans le secteur de l’élevage, le travail des enfants longtemps ignoré par les autorités du pays est une réalité et coûte très cher à l’environnement du Djolof avec, chaque année, plus d’une dizaine de feux de brousse.

Par ailleurs, le secteur forestier de Linguère souffre énormément de l’étendue du terroir et d’un manque de brigades qui sont seulement quatre, même s’il serait le plus équipé dans le Sénégal. A cela s’ajoutent huit triages de plus qui renforcent les quatre autres du département logés dans les communautés rurales de Mbeuleukhé, Déaly, Widdou Thiougoly et Thiel. Ainsi, les localités de Gassane, Boulali et Lindé où les feux de brousse sont de plus en plus récurrents, méritent l’installation de brigades bien équipées pour faciliter l’interception rapide des agents.

Cependant, avec la nomination à la tête du ministère de l’Environnement et de la Protection de la nature d’un fils du Djolof, en l’occurrence le ministre d’Etat Djibo Leyti Kâ, le secteur forestier de Linguère pourrait reprendre un nouvel élan par un renforcement des unités existantes, un recrutement massif d’agents.

En tout cas, un ouf de soulagement semble se dessiner chez les populations de Linguère en matière de protection de l’environnement, avec l’enfant natif de Thiargny en pleine zone sylvo-pastorale.

Il convient aussi de signaler que des projets comme le Projet d’aménagement et de développement villageois (Padv), le Projet d’appui à l’élevage (Papel) et le Projet village fruitier interviennent, constamment, en appoint au secteur forestier de Linguère.

Toutefois, le ministre d’Etat, Djibo Leyti Kâ, a encore intérêt à sauvegarder les ressources naturelles de son département largement menacées par l’avancée du désert et les feux de brousse.


Par Serigne CISSE - Correspondant
Source: Le Quotidien

Article Lu 1707 fois

Jeudi 9 Août 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State