Référence multimedia du sénégal
.
Google

FETE DE LA GOANA: Le mensonge statistique est un crime économique

Article Lu 11251 fois

L’hivernage 2OO8 a été pluvieux à la grande satisfaction de milliers d’agriculteurs qui, comme le dit l’adage, s’en sont remis au seigneur au moment de semer la graine. A vrai dire, la fête organisée à l’honneur du Président de la République , aurait dû être un hommage au maître des cieux qui a ouvert ses vannes pour inonder la terre et arroser suffisamment les espèces végétales mises en culture. Toutefois, on aura distingué dans l’organisation de cette fête les vrais paysans de ceux-là qui ont usé et abusé des moyens de l’Etat pour se faire aménager des champs dans des terroirs villageois et démontrer ainsi au maître qu’ils l’ont bien suivi dans sa propension à prêcher la bonne parole et donner les bonnes orientations.



FETE DE LA GOANA: Le mensonge statistique est un crime économique
En prélude à la fête, le ministre de l’Agriculture a recouru aux services de la presse pour faire de la propagande. Avec l’intelligence qu’on prête aux économètres, il a fait un étalage de chiffres pour démontrer que la grande offensive agricole pour la nourriture et l’abondance(GOANA) a atteint, voire dépassé largement les résultats escomptés.

Les céréales, toutes variétés confondues, seraient de l’ordre 722 000 tonnes tandis que l’arachide et le coton (cultures de rente) se situeraient respectivement à 726 0000 T et 39 301T. Il n’ y a pas de doute que si ces productions sont réelles, les sénégalais se régaleront sans craindre la famine que l’on désigne chez nous, par pudeur politique, sous le vocable de disette. Comme le Président de la République , le ministre est bien généreux avec les chiffres mais il est fort à craindre que la réalité soit autrement car dès que le paysannat aura commencé à se préparer pour les travaux de la prochaine campagne agricole, on se fera une idée de l’apport de cette fameuse GOANA dans la construction d’une économie rurale progressive.

De l’aveu même du ministre de l’Agriculture, les paysans ne devront compter que sur leurs propres réserves semencières (particulièrement l’arachide) pour emblaver les superficies qu’ils auront défrichées. La décision est discutable parce qu’elle traduit une certaine dérobade du gouvernement par rapport à ses engagements pour la reconstitution du capital semencier arachidier et ses responsabilités pour la dotation de moyens adéquats aux services de la recherche agronomique qui sont si dénués, qu’ils ne peuvent même pas payer à temps leurs factures d’électricité et échapper à une coupure dont la société sénégalaise d’électricité n’a cure des conséquences que cela engendre.

La décision est d’autant plus discutable que le ministre semble vouloir incriminer à l’avance les paysans avec des mises en garde du genre « ne bradez pas vos récoltes ». Il s’agit d’un faux-fuyant révélateur des insuffisances qui caractérisent la GOANA. Sur la foi de témoignages faits par des paysans et étayés par plusieurs constats pendant le déroulement de la campagne, nous soutenons que la fête organisée à la place de l’indépendance est l’illustration d’un mensonge statistique que l’on peut assimiler à un crime économique. Il est tout à fait illusoire de présenter la grande offensive agricole pour la nourriture et l’abondance (goana) comme le modèle accompli d’une politique agricole digne de ce nom.

Les résultats qui sont mis à l’actif de cette goana sont à proprement parler le fruit du labeur des paysans qui ont su asseoir leurs ambitions sur la dignité. Les chiffres alignés par le ministre de l’Agriculture ne résistent pas à l’analyse ; on ne convaincra personne à l’idée que c’est avec moins de 50 000 tonnes d’engrais qu’on a pu fertiliser 1 504 517 hectares pour obtenir les résultats énumérés plus haut. Les sols sont dans un état d’appauvrissement minéral si fort, qu’on ne saurait imaginer que de telles productions puissent être réalisées sur la base d’une agriculture extensive. Qui plus est, en amont de cette campagne les paysans n’ont pas été consultés, pour recenser les intentions culturales et déterminer les besoins réels en intrants et matériels aratoires.

En lieu et place d’une campagne planifiée en bonne et due forme, l’on a plutôt fait dans l’extrapolation et la bonne pluviométrie aidant, le ministre a trouvé une bonne raison de jubiler et d’inscrire sans discernement les bons points à l’actif de la goana.

En ce qui concerne la commercialisation des productions agricoles, le ministre a annoncé la création d’une société sans en préciser la forme et les procédures d’achat. Il est fort à craindre que cette compagnie de commercialisation, dont les contours restent inconnus, tombe dans les mêmes travers que certains opérateurs privés stockeurs qui ont été positionnés sur la base du clientélisme.

Les procédures de commercialisation doivent être exemptes d’erreurs et de toute forme d’escroquerie dont les paysans ont lourdement accusé les conséquences. Elles doivent être fortement sécurisées et transparentes afin que chaque producteur qui aura posé le fruit de son labeur sur la bascule, puisse recevoir le prix qui valorise sa peine.

C’est sous ce rapport également qu’il faut inscrire la requête légitime des paysans pour la fixation, en ce qui concerne particulièrement l’arachide, d’un prix au producteur égal, voire supérieur à 300 francs le kilogramme. Il serait, en effet, inique que les faveurs du marché international profitent seulement aux industriels qui, de surcroît, ont la latitude d’importer d’autres huiles végétales qu’elles commercialisent sur le marché local au prix fort.

Ensuite, s’il est avéré que la production céréalière est aussi importante que l’affirme le ministre de l’agriculture, le gouvernement se doit de mettre en place un comité interprofessionnel pour déterminer les conditions commerciales du surplus, une fois les besoins vivriers stockés. Le clou de la fête goana sera, selon le ministre, de faire don aux victimes des inondations de la banlieue dakaroise tous les produits que le Président de la République aura auparavant apprécié à la place de l’indépendance.

Sa générosité est sans doute louable mais l’idée qui sous-tend cet acte n’est pas pertinente. Cet acte est assimilable au saupoudrage et au populisme. C’est le lieu de dire que les productions céréalières dont se prévaut l’agronome en chef de la goana pourraient en partie permettre au commissariat à la sécurité alimentaire de jouer son véritable rôle de régulateur du marché s’il est vrai que le gouvernement a la volonté de faire jouer la solidarité au-delà des sinistrés de la banlieue.

Au total, lorsque le ministre et ses partenaires auront fini de fêter leurs moissons, ils devront sans tarder s’atteler à la préparation d’une véritable grande offensive agricole pour l’abondance et la nourriture, de concert avec les acteurs du développement rural. Il s’agit essentiellement d’améliorer les systèmes agraires, d’intensifier aussi l’élevage.

Il y a un ensemble de dispositions à prendre en matière de recherche agricole et d’encadrement aussi bien technique que commercial, pour faire de l’agriculture et du développement rural un des leviers majeurs de l’économie.

MBAGNICK DIOP,
Journaliste
président du groupement agricole les laboureurs.

Source: Sud Quotidien

Article Lu 11251 fois

Mardi 28 Octobre 2008





1.Posté par Sambou le 28/10/2008 08:47
Sud Quotidien et le quotidien, vs nous emmerdez avec vos critiques insensées. Moi je suis contre le president mais quand il fait de bonnes choses il faut le reconnaître. franchement c´est à croire vous etes devenus des partis d´opposition!!!

Si la recolte est bonne c´est la volonté divine et quand les criquets arrivent c´est Wade....

Vous faites honte à la profession!

2.Posté par Wakh Deugue le 28/10/2008 11:16
Eh Sambou ce wade n'a rien fait pour la resussite de la campagne agricole.
Donc il ya pas lieu d' en faire une fête de wade.
Tout ce qu'il veut c'est d'attirer les partenaires internationales et faire de la propagande.
Et pourquoi ne pas attendre que la récolte soit réellement terminée pour faire une évaluation exhaustive de la moisson.
Que du blufff.
Nous ne sommes pas dupes, nous savons ce qui se passe avec ce vieux.
Il ne nous respecte pas, il nous prend tjrs pour des innocents, des ignorants qu'il dribble depuis .

3.Posté par GASSAMA TORONTO le 28/10/2008 13:02
Les hommes ont ce don d’avoir des yeux et d’oublier de s’en servir de lire ou de voir la realite.
s'il n'y avait pas eu cette maudite crise mondiale et alimentaire
le pays serait déjà loin
pour une fois nous avons
une équipe de gens honnetes
qui ne prend pas l'argent
dans les caisses pour aller
se construire des
chateaux en europe tjours soucieux de la population
laborieuse qui tire le diable par la queue ,dès que le pétrole
a commencé de baisser
sur le marché international
papa president a dit
il faut baisser pour nous aussi
et bien montrer
a la population
que le gouvernement
est serieux et honnete le resultat
le super va baisser de 100f
le gazoil de 70f
et le lampant de 40f
le riz va baisser aussi 100 frs plus tous les produiuts de basse le goana est une reussite aussi.
la nuit n' est jamais eternelle. ( les gens disaient que le goana est une parole en l' air, maintenant on dit quoi.)
merci monsieur le president le pays avance.

4.Posté par DIANE le 28/10/2008 13:11
YALA NAKO YALA YEUREUM TA GAWENGOU

5.Posté par zed le 28/10/2008 13:40
Aujourd’hui, les sceptiques peuvent déchanter vu les résultats de la GOANA, lancé par le Président de la République en Avril dernier. La GOANA est sur la bonne voie : la remarque est unanime. Tout ceci montre encore une fois que la préoccupation majeure du chef de l’Etat est de faire de l’agriculture Sénégalaise une activité moderne et industrielle.

6.Posté par pacha le 28/10/2008 14:42
lé gars faites usage de votre intelect avant de couler l'ancre. Quel rapport établissez vouz entre les nbreux bavardages d'un président et la presque bonne moisson? A t-on besoin de dépenser des centaines de millions dans ce contexte actuel de l'endettement de l'Etat vis à vis des entreprises privées menacées de tomber en faillite pour fêter la moisson? A t-on besoin de venir jusqu'à Dkr, ville trés éloignée du monde paysan pour célébrer cette fête? ...... c'est de la merde tout ça!

7.Posté par alain le 28/10/2008 16:11
voila un gouverment qui joue avec la republique...........en faisant croire l impossible a la population..............qui est loin d etre dupe...............

8.Posté par Wakh Deugue le 28/10/2008 16:28
Que des menteurs qui sont payés pour défendre ce vieux fou ces gassama torronto et autres.
C'est à cause de gens comme vous que vce vieux singe continue de nous mépriser et de nous ignorer.
A cause de vous il se dit que les Sénégalais n'ont pas de conscience et croit de ce fait qu'il pourra nous forcer son rejeton de karim

9.Posté par Oumar sall le 28/10/2008 18:00
A Sénégal, on a toujours manipulé les données agricoles surtout avec l'alternance. On continue encore et encore. ces gens ne sont pas sérieux. Prenez le magal, le gouvernement dit nous mettrons deux milliard et plus, jamais un sou n'est décaissé.


10.Posté par DAVE le 28/10/2008 18:28
Bravo Wade

11.Posté par wore le 28/10/2008 23:50
ndeysane , c'est tellement facile d'endormir certaines personnes ! quelques bonnes paroles et le tour est joue ! on comprend mieux comment un incapable comme wade est arrive au pouvoir !!!!

12.Posté par gouysi le 29/10/2008 19:09
man lima nakhari mooy, ablaye wade mi ngi fatte yalla fattelooko gnimou andal. linou waroon def mooy delou ci sounou borom te sant ko. waaye di fethie aka woy melna ay paiens loolou gnaw na lool. te sakh dama foog ni senegal ay vrai dioulit amoufi ni kon dougnou rafetlou frasquou ablqye wade yii. sounou continee ci nii soo moytouwoul mousiba dina am te kenn doukou mana fek.

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State