Référence multimedia du sénégal
.
Google

FÊTE DE L’ASSOMPTION - La Vierge Marie célébrée

Article Lu 1898 fois

La communauté catholique a célébré hier, la fête de l’Assomption qui marque l’élévation de Marie au Ciel, dans son corps et son âme. Une occasion saisie par les hommes d’église à la cathédrale pour inviter les fidèles à méditer sur la vie de Marie grâce aux vertus qu’elle a su incarner et qui s’identifient à nos valeurs cardinales.



La cathédrale de Dakar a été hier, le point de convergence de milliers de fidèles venus perpétuer dans une grande ferveur religieuse, la dévotion à la Sainte Vierge Marie, « vénérée, priée et espérée dans son intercession. » D’emblée, l’abbé Alfred Waly Sarr, concélébrant aux côtés de l’abbé François Sylla et du célébrant principal, abbé Marcel Mbaye Diouf par ailleurs vicaire à la cathédrale, a rappelé le sens de la fête qui réunit tous les fidèles catholiques autour de Marie avant d’inviter à méditer sur sa vie et sa mission dans l’intercession en faveur de l’humanité. Puisant dans les Ecritures Saintes, l’abbé Alfred Waly Sarr rappellera le choix porté sur Marie, « une fille de notre race », « un cœur immaculé. » Depuis, laisse entendre l’abbé Alfred Waly, ce choix dont le récit est relaté dans l’Evangile selon St Luc chapitre 1 verset 26 à 56 , a fait tâche d’huile dans la vie et l’histoire de l’église pour devenir un modèle de valeurs qui doit encadrer la vie du fidèle tel un viatique. Et l’abbé Alfred waly Sarr de revisiter à la lumière des Saintes Ecritures, les valeurs d’humilité, de patience et d’écoute, d’hospitalité et de grandeur d’âme qui ont encadré le sacerdoce de Marie. Ce qui n’est pas sans rappeler les vertus cardinales qui, jadis, étaient enracinées dans les valeurs africaines notamment sénégalaise. Et qui sont en train de s’éloigner progressivement du vécu quotidien de l’homo-sénégalensis. Dans une homélie qui s’enracine dans le vécu quotidien du fidèle, l’abbé Alfred Waly invitera les croyants à une méditation axée sur la contemplation du Mystère de Marie, ses supplications et joies et son sens de l’écoute aux fins de nous aider à adopter la posture de quête du soutien de Dieu dans tous les aspects de notre vie.

Fidèle à sa mission de veilleur et d’éveilleur de consciences, l’abbé Alfred Waly Sarr a encore rappelé aux fidèles que Marie, témoin de l’histoire de sa société et maintenant élevée dans son corps et son âme au Ciel, s’identifie par sa tendresse maternelle, à la condition humaine et s’attendrit sur notre sort et les difficultés de tous genres qui constituent la trame de notre vie quotidienne.

« Marie intercède en faveur des familles disloquées, des garçons et des filles qui regardent l’avenir avec incertitude, les malades qui s’agrippent à leur chapelet dans l’espérance d’une guérison, les femmes battues, déçues. » a rappelé l’abbé Waly Sarr. Autant de leçons de vie spirituelle qui, selon lui, doivent pousser les fidèles ici-bas à se laisser conduire par Marie « dans leur marche vers la sainteté en vue du Ciel qui est la demeure du Père. » Poursuivant son homélie, l’abbé Alfred Waly Sarr a exhorté les fidèles à méditer sur la vie d’écoute et d’obéissance dont Marie a su faire preuve grâce à la patience. Ce qui, selon Abbé Marcel Mbaye Diouf , doit nous inspirer dans notre vie de société à faire preuve d’écoute, en prenant du recul avant de porter des jugements de valeurs sur les événements tels que la conjoncture sociale, politique et économique actuelle. « Marie est cette femme qui aimait méditer beaucoup d’événements dans son cœur et la Bible dit qu’ « elle méditait tout cela dans son cœur » avant de porter un jugement de valeur. C’est une invite pour chacun d’entre nous, en tant que sénégalais, à méditer tous ces événements qui nous arrivent afin que nous puissions trouver les vraies solutions. Et donner des réponses aux questions que les sénégalais se posent. Marie la femme de paix, par les vertus qu’elle incarne, nous invite à vivre dans l’amour. » a encouragé abbé Marcel Mbaye Diouf, paraphrasant l’abbé Alfred Waly.

Autre innovation majeure dans la célébration de cette fête de l’Assomption, hier à la cathédrale de Dakar, l’entrée en scène fort appréciée de la chorale de « Notre Dame des Pauvres » de Tilène, dans la région de Ziguinchor. De concert avec la chorale de « Notre Dame des Victoires de la Cathédrale et d’ Anne Marie Javouhey », elle a joué sa partition dans une très belle symphonie, à l’honneur de celle qui offrit et présenta son Fils à l’humanité pour qu’il en devienne le Sauveur.


JOSEPH SYLVA
Source: Le Soleil

Article Lu 1898 fois

Jeudi 16 Août 2007


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Mercredi 7 Décembre 2016 - 12:16 NDIGUEUL DU KHALIFE DES MOURIDES: 500F par personne

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State