Référence multimedia du sénégal
.
Google

FARBA SENGHOR SERAIT IMPLIQUE DANS LA MISE A SAC DE L'AS ET 24H CHRONO: Un rapport au president pour faire entendre farba

Article Lu 11077 fois

Ça roule très vite pour l’enquête sur l’affaire L’AS et 24 Heures Chrono. Après l’interrogatoire des suspects, la Police file droit vers le ministre Farba Senghor. Et, les autorités judiciaires souhaiteraient bien l’entendre après qu’elles ont saisi, par un rapport, l’Exécutif.



FARBA SENGHOR SERAIT IMPLIQUE DANS LA MISE A SAC DE L'AS ET 24H CHRONO: Un rapport au president pour faire entendre farba
«…Les Officiers de police judiciaire (Opj) ont abouti à des indices suffisants et probants et tiennent une piste solide et crédible», avait annoncé, lundi le procureur de la République près le Tribunal régional Hors classe de Dakar, Ousmane Diagne. Cette piste dont il parlait, lors de son face-à-face avec la presse, serait-elle celle du ministre de l’Artisanat et des Transports aériens, Farba Senghor ? En tout cas, une enquête policière, après audition des suspects arrêtés dans l’affaire L’AS et 24 Heures Chrono, a accouché d’un… éléphant. Des sources proches de l’enquête révèlent que la responsabilité du chargé de la propagande du Parti démocratique sénégalais (Pds) est «gravement engagée». On se rappelle qu’à la suite de l’agression perpétrée contre les deux journaux, le 17 août dernier, les victimes avaient pointé du doigt le ministre, qui avait eu l’audace quelques jours auparavant de menacer de représailles physiques, en plus desdits journaux, les canards Pic et Le Courrier. C’est vrai que, comme le soulignait le procureur de la République, l’enquête avance «à grands pas» puisque, à en croire les mêmes sources policières, Farba Senghor, serait le «commanditaire des opérations par le biais d’un certain Gorgui Ndiaye, qui serait vigile à la mairie de Dakar-Plateau». Ce dernier est considéré par les enquêteurs comme «l’intermédiaire» entre Farba et les nervis qui ont d’ailleurs avoué, après être passés à la table, que le ministre est leur «recruteur».

Ces révélations, pour le moins ahurissantes, permettront aux autorités judiciaires d’appuyer sur l’accélérateur. Car, rassure une source judiciaire, «une fois l’enquête de la police bouclée, le Parquet pourra alors, ouvrir une information judiciaire». Et, malheur aux personnes mises en causes qui, souligne-t-on, du reste comme l’avait prédit le Maître des poursuites, «n’ont absolument, sur le plan légal, aucune chance d’échapper à la détention provisoire».

UN RAPPORT AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE POUR FAIRE ENTENDRE FARBA

Parmi les déclarations du procureur de la République, celle qui avait le plus ému nombre de citoyens, c’est son aveu d’incompétence - la ligne Maginot étant tracée par le législateur - pour entendre un ministre. «Ils ont ce qu’on appelle le privilège de juridiction. Même en tant que témoin, le procureur de la République que je suis n’a pas le pouvoir d’interroger ou de faire entendre un ministre, sauf sur autorisation du président de la République. Je n’ai pas qualité à entendre le ministre et au cas où il serait susceptible d’être poursuivi, je ne suis pas compétent pour le poursuivre», se désolait Ousmane Diagne. Encore qu’il se voulait prudent, estimant que «la justice est trop sérieuse pour ne pas entrer dans ce jeu de conjectures» sur l’opportunité de poursuivre le ministre en question et son chef de Cabinet, Assane Bâ, qui ne serait que «complice».

Si la Police est arrivée à ce stade, l’arrestation, lundi, des vigiles préposés à la sécurité du Groupe Futurs médias n’y est pas étrangère. Quelques-uns d’entre eux dont les noms seraient familiers aux services de la Sureté urbaine, sont identifiés. On parle de Ibou Diouf, El Hadj Diouf, Pape Ndiaye et un certain Madou. L’évolution de l’enquête qui sonne comme un coup de théâtre, après les révélations des nervis arrêtés, devra faire sauter le verrou du privilège de juridiction dont bénéficie Farba Senghor. D’ailleurs, l’on informe qu’un des gardes du corps du ministre fait partie des nervis qui sont entre les mains des enquêteurs.
Des sources judiciaires indiquent que «le Parquet va faire un rapport circonstancié adressé au ministre de la Justice qui, à son tour, va le déposer sur le bu-reau du président de la République». Les magistrats, soucieux de leur «crédibilité» et de leur «indépendance» ont déjà clamé, de toutes les manières, toute leur détermination à situer les responsabilités et rendre justice dans cette affaire.

Source: Le Quotidien

Article Lu 11077 fois

Mercredi 27 Août 2008





1.Posté par kunta le 27/08/2008 16:21
Si les informations relatées s'avèrent vraies (car il faut le dire avec les journalistes sénégalais, il faudra y aller avec une certaine mesure), on assiste à un événement sans précédents au Sénégal, du moins dans la démarche (un Ministre de la république qui menaces des citoyens et met à execution ses actes sans être inquiété!!!!!!!).
Faut pas rêver qu'il soit donné par son CONNARD DE PERE!!
Ils se connaissent et sont habitués des faits. Si le mec se permet certains agissements il est cautionné par ce monarque qui est malheureusement notre Président.
il sait bcp de choses sur ce Vieux et ce dernier e va pas le donner, d'ailleurs lui même n'est pas inquiété pour le cas de maître Seye et croyez-vous qu'il va faire arrêter ce BOUFFON par les enquêteurs pour ces 'soit disants journalistes".
Je ne rêve pas

2.Posté par galien le 27/08/2008 16:23
Un magistrat peut bien mettre en examen un ministre de la république; il suffit simplement d'en faire la demande.

3.Posté par lass xelmi dio le 27/08/2008 17:48
Quelle démocratie sommes -nous?tyrannie ou monarchie?On doit TOUS se lever contre toute personne qui veut bruler notre cher sunugal.Qu'il soit président,ministre ou journaliste ou autre. On est tous égaux devant la justice.SI Farba est le commanditaire de ces actes barbares il faut devrait soit puni pour rendre justice ET MONTRER A TOUT LE MONDE QUE PERSONNE N'EST AU DESSUS DE LA LOI;

4.Posté par molack le 27/08/2008 18:24
Farba Senghor, avant d'aller répondre à la justice commune ou spéciale, je vous conseille d'écouter un type d-un groupe ivoirien qui chantait " Celui qui emprunte le chemin de je m'en fout, un jour , il se retrouvera dans le village de si je savais". Cependant, chers lecteurs, soyons prudents car avec les journaliste une enveloppe remplie de fric peut leur faire changer d'avis.Quant aux nervis, j'ai pitié. Comment un homme saint d'esprit peut-il attaquer son semblable qui ne lui a rien fait? "NAgnou anda si cachot-bi.

5.Posté par lass xelmi dio le 27/08/2008 18:28
suis d'accord avec toi car ils sont tous des corompus.

6.Posté par TEUSS le 27/08/2008 19:01
J'ai envi de vomir à chak fois k je vois e gars

7.Posté par ramses le 28/08/2008 12:19
Regarder ce visage qu'est ce qu'il vous inspire....DE LA PITIE ...Oh Farba je te déteste de tout mon coeur, tu est un vaurien, un incapable, un léche ku, t'a rien dans les couilles, un faucheton, et dire qu'on te paye avec l'argent de nos impôts, pour que tu puisse nous ridiculiser à ce point, s'accager, détruire les biens d'autruis, insulter et autres choses malfaisants que tu fais derriere ton boss le grand intouchable WADE...Mais ce que tu oublie tout à une fin et c'est pour bientôt..Fils de P...

8.Posté par walf le 28/08/2008 12:44
(Correspondant permanent à Paris) – L’audience que le président de la République française a accordée à Karim Wade et qui a fait la ‘une’ des journaux sénégalais n’a pas, en tout cas, été signalée au service de presse de la présidence de la République française. En effet, le service de presse de l’Elysée que nous avons contacté, dit ne pas être au courant de cette rencontre entre le président Sarkozy et le fils du chef de l’Etat sénégalais. ‘Nous n’avons pas reçu de communiqué nous informant de cette audience’, a dit au bout du fil une dame du service de presse. ‘Le président de la République était en province, hier (avant-hier, Ndlr). Ensuite, il a reçu les sportifs olympiques qui reviennent de la Chine’, explique-t-elle, jetant ainsi un doute sur l’existence d’une audience qui a fait la ‘une’ de tous les journaux sénégalais. Quand nous lui faisons savoir que l’information a occupé la première page de tous les journaux sénégalais, elle répond : ‘Ah, bon ! Je vais voir mes conseillers, gardez la ligne !’. Quelques minutes plus tard, elle nous reprend au bout du fil. Et c’est pour nous dire encore toute son ignorance quant à une telle audience. Elle promet de rappeler pour donner de plus amples informations.
Même son de cloche au niveau du service de presse du gouvernement français. Là encore, on ne sait rien de cette audience. Une collaboratrice du porte-parole du gouvernement français, Luc Châtel, que nous avons jointe au téléphone promet, elle aussi, de rappeler quand elle aura de plus amples renseignements, après avoir pris nos coordonnées téléphoniques. Mais aucun coup de fil n’a retenti. Quand votre serviteur a rappelé le service de presse de l’Elysée, celui-ci confirme les mêmes informations en disant qu’il n’est pas au courant de l’audience.

Plusieurs questions taraudent alors les esprits. La première concerne la tenue de l’audience. Est-ce qu’elle a vraiment eu lieu ? Si oui, pourquoi le service de presse de l’Elysée n’est pas au courant ainsi que celui de Matignon ? D’ailleurs, on remarque que dans l’agenda de Nicolas Sarkozy publié sur le site Internet de l’Elysée, l'on ne mentionne pas une telle audience. Alors que son déplacement sur Maillé, une bourgade française razziée par les soldats allemands qui battaient en retraite suite à la défaite de 1939-1945, est bien mis en évidence. Comme l’audience qu’il a accordée aux sportifs olympiques français de retour de Chine.

Seulement, comment le conseiller en communication de Karim Wade, à savoir Cheikh Diallo, accepterait-il de se faire citer comme notre source d’information si l’audience n’avait pas eu lieu ? Il sait mieux que quiconque que l’ambassade de France au Sénégal aurait été prompte à apporter un démenti cinglant si l’information relevait de l’intox. Un démenti qu’aucun organe de presse n’a reçu hier jusqu’au moment du bouclage.

Il s’y ajoute que ce ne sont pas toutes les audiences d’un chef d’Etat qui figurent sur sa feuille d’audience à laquelle a accès son service de presse. Toutefois, les questions qui auraient été discutées lors du face à face entre Karim Wade et Sarkozy, mise à part la succession du président Wade, n’ont pas leur place dans le boisseau puisque le nucléaire civil est devenu une arme diplomatique et économique du président Nicolas Sarkozy. Partout où il se rend à l’étranger, il le fait valoir.

Malgré tout, il demeure qu’à Paris, plusieurs sources s’étonnent d’une telle rencontre entre Sarkozy et Karim Wade. Elles se disent dubitatives. Certaines avancent que Nicolas Sarkozy garde une dent contre tous ceux qui avaient assisté au mariage de son ex-femme, Cécilia. Et Karim Wade avait pris part à cette cérémonie. Peut-être que cette audience aurait servi à arrondir les angles et non à autre chose. Pis, même l’ambassadeur du Sénégal à Paris que nous avons contacté en passant par une source qui lui est proche, s’était étonné de la tenue de cette audience. Il avait soutenu, au téléphone avec notre source, que Karim Wade n’était même pas à Paris. Pourtant, selon des informations que nous tenons de source sûre, la semaine dernière, Karim Wade était en vacances à Saint-Tropez, un site touristique célèbre pour riches.

Info ou intox ?

L’audience Sarkozy-Karim s’est tenue dans un contexte favorable aux spéculations. Car c’est presque dans la même période que le président de l’Assemblée nationale, Macky Sall va être reçu en septembre par le Sénat français avec tous les honneurs. Comme il devrait l’être actuellement aux Etats-Unis. Ce qui donne des idées à certaines personnes selon lesquelles Karim Wade ne veut pas être damé sur la scène internationale dans la perspective de la succession de son père. Surtout qu’Idrissa Seck avait été aussi reçu récemment par Nicolas Sarkozy et certains de ses collaborateurs de l’Ump. D’où une possible manipulation de la presse.

Quid de la photo de Karim Wade posant avec Nicolas Sarkozy à l’Elysée ? Certains estiment qu’elle a été prise lors de la décoration du Sénégalais Robert Bourgi, frère d’Albert Bourgi, professeur à l’université de Reims, par Nicolas Sarkozy, il y a quelques mois. Une cérémonie à laquelle Karim Wade aurait assisté.

Moustapha BARRY



+ L'info en continu



Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State