Référence multimedia du sénégal
.
Google

Expropriation des terres du domaine national : Ces grands projets de l'Etat qui ont ruiné les détenteurs des droits coutumiers

Article Lu 11914 fois

Pour réaliser l’aéroport international de Diass, la plate-forme de Diamniado, la Zone économique intégrée spéciale de Jafza et le projet du Millenium Challenge Account, l’Etat a dû exproprier les détenteurs des droits coutumiers de leurs terres, les ruinant du même coup puisque les milliards qui devaient compenser ces expropriations, ne leur ont jamais profité.



Expropriation des terres du domaine national : Ces grands projets de l'Etat qui ont ruiné les détenteurs des droits coutumiers
L’expropriation des terres du domaine national qui ont servi d’assiette foncière à tous les grands projets de l’Etat est à l’origine d’un manque à gagner qui ne pourra jamais être chiffré. Et ce sont les anciens détenteurs des droits coutumiers dépossédés de leurs biens qui en ont payé le plus lourd tribut. En effet, les milliards qui devaient compenser la valeur des droits coutumiers qui s’exerçaient sur ces terres, ne leur ont jamais profité. Parmi ces nombreux projets, on peut citer l’aéroport international de Diass, le projet de la plate-forme de Diamniado, celui de la Zone économique intégrée spéciale de Jafza et celui actuel du Millenium Challenge Account. Ce sont des milliards que les ex-détenteurs des droits coutumiers ont perdu dans la mobilisation de ces terres. Ce qui justifierait sans doute la mise en place d’un Fonds de compensation alimenté par la valeur des terres constituant l’assiette foncière de tous les projets passés, présents et à venir.
Ce Fonds pourrait contribuer au financement de la construction des routes de l’intérieur reliant les différentes régions. Il en est de même des projets qui y sont réalisés tels que les postes de santé, les établissements scolaires, élémentaires comme secondaires, les pistes de production, l’électrification et l’introduction du téléphone. Leur réalisation a pour conséquence de vider les campagnes au profit des villes. Ils ont ainsi un effet multiplicateur de l’exode rural. Les villages ne sont pas lotis ; les terres de culture non plus ; aucun titre n’est délivré pour sous-tendre l’affectation des terres et aucune organisation n’est mise en place pour le suivi de la gestion de ces terres. Les paysans ne sont donc pas motivés, ni placés dans des conditions matérielles d’organisation de leur espace d’activité, pour transformer par et pour eux-mêmes le milieu dans lequel ils vivent. Rien ne les y incite. Le résultat concret est qu’ils sont plus prompts à quitter les lieux qu’à y rester. A la première occasion, ils quittent la campagne pour la ville où ils espèrent trouver l’emploi qui leur fait cruellement défaut.

Alla Kane et Mamadou Jean-Charles Tall en concluent que la loi sur le domaine national a fait de la campagne un tonneau de danaïdes au fond duquel se perdent les projets de toute nature ficelés pour le monde rural. Pour ces raisons, ils estiment qu'il faut sans plus tarder réformer le régime foncier. Il faut réconcilier le paysan avec son outil de travail qu’est la terre. Il faut lui permettre d’accéder enfin à la propriété pleine et entière de cet outil de travail, seul moyen de le maintenir sur place et de l’amener à se comporter en bon père de famille dans la gestion de son environnement.

Source Walfadjri

Article Lu 11914 fois

Samedi 2 Janvier 2010





1.Posté par alfred le 03/01/2010 15:16
Dans un entretien accordé à seneweb.com par Dr Ndiaye, en date du 28/12/2009 et relatif à la problématique de la sexualité au Sénégal, le prétendu psychothérapeute-conseil répondant à la question de savoir « Dans quelle grille vous lisez le rapport entre les Sénégalais et la sexualité de manière générale ? », affirmait que « chez certaines ethnies comme les Manjacks, on encourage la procréation et plus on a d’enfants, plus qu’on a de chance de trouver un mari. Le sexe a ceci de particulier : il est caché et il est central. Et les hommes aiment découvrir ce qui est caché et aiment s’accaparer de ce qui est central.». De tels propos ne reposant sur aucune base empirique et dénués de tous fondements scientifiques ne sauraient passer sous silence car la réalité des mœurs de la communauté manjack citée en exemple est de loin différente de ce que présente Dr Ndiaye.

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State