Référence multimedia du sénégal
.
Google

Exploitation du zircon de la grande cote : L’Etat signe une convention avec une société australienne

Article Lu 11394 fois


L’Etat du Sénégal et la société australienne Mineral Deposits Limited (MDL) viennent de signer une convention d’exploitation des gisements de sables à zircon et titane de la grande cote. C’est un projet qui rapportera au Sénégal près de 150 milliards de FCFA sur 25 ans, 800 emplois, et d’importants investissements sociaux. D’un coût estimé à 90 milliards de FCFA, le projet Zircon va représenter 7 % de la production mondiale.

« Notre vocation minière se réaffirme de jour en jour : nous avons réglé le problème de l’or de Sabodala, nous avons réglé le problème du fer et du marbre, aujourd’hui nous sommes en train de régler le problème du Zircon et demain ce sera les phosphates de Matam qui vont définitivement être attribuées. Tout cela pour vous dire que le Sénégal aura une vocation minière », a indiqué hier Me Madické Niang.

Le ministre des Mines et de l’Industrie venait de signer avec MDL une convention minière pour l’exploitation des gisements de sables Zircon et Titane de la grande cote. Un contrat « intéressant » puisque prenant en compte toutes les préoccupations, notamment le rendement, le développement local, la préservation de l’environnement, la main d’œuvre local, etc. Sur 25 ans l’Etat va encaisser près de 150 milliards de FCFA et environ 350 milliards sur 50 ans. Le pourcentage de l’Etat dépendra aussi de l’évolution des prix sur le plan international. « Si le niveau des prix évolue nos revenus deviennent de plus en plus important », précise Me Madické Niang. La taxe minière convenue entre les deux parties est de 5 %, plus que donc les 3 % prévus par le code minier. Le différentiel de 2 % est destiné au projet de nouvelle ville. Le Sénégal bénéficie aussi des 10 % de la production qu’il peut vendre sur le marché international, en même tant qu’il obtient 10 % d’actions gratuites et 25 % d’autres actions réservées à l’Etat et au secteur privé national. Les recettes attendues de cette opération sont estimés à près de 70 milliards de FCFA, et des dividendes évaluées à environ 36 milliards de FCFA. A partir de la quinzième année, l’Etat recevra près de 71 milliards de FCFA d’impôts sur le bénéficie durant la première phase. « Nous avons mené d’excellentes négociations qui nous ont valu d’avoir un contrat qui prend en compte les intérêts du pays », estime M. Niang.

Selon Jeffrey William, représentant de MDL, en plus des 90 milliards de FCFA d’investissements prévus, il est attendu de ce projet 300 emplois directs dans un premier temps, et près de 800 pendant la phase de construction. Aussi, les 95 % des emplois vont revenir aux Sénégalais, et particulièrement aux populations de la zone d’emprise qui va de Mboro à Lompoul en passant par Fass Boye et Diogo, dans la région de Thiès. La société australienne s’est également engagée à prendre les mesures idoines de préservation de l’environnement, notamment la réhabilitation de chaque site dont l’exploitation est terminée. Des programmes de formations, des investissements sociaux, sont également prévus. Par ailleurs, l’Etat du Sénégal et MDL sont aussi en train de développer le projet d’exploitation de l’or de Sabodala lequel nécessitera des investissements de 72, 5 milliards de FCFA et 450 emplois.

2, 6 % de minerais lourds sur 7500 forages

L’exploration a permis de déterminer des ressources de 801 millions tonnes de sables dont la teneur est 2, 6 % de minéraux lourds basée sur 7500 forages. L’exploitation prévue en 2009 va ainsi s’opérer par dragage puis concentration à l’usine. Le volume traité sera de 52 millions de tonnes de sable par an, et une portion de 99 % de la masse de sable sera remise dans la zone déjà exploitée pour recréer le relief original. L’étude de faisabilité prouve un rendement de 18 % sur le capital pendant 8 ans, basé sur une production de 100 000 tonnes par an de minerais lourds dont près de 90 000 tonnes de zircon de bonne qualité. La durée du projet est supérieure à 25 ans.

2, 6 % de minerais lourds sur 7500 forages

L’exploration a permis de déterminer des ressources de 801 millions tonnes de sables dont la teneur est 2, 6 % de minéraux lourds basée sur 7500 forages. L’exploitation prévue en 2009 va ainsi s’opérer par dragage puis concentration à l’usine. Le volume traité sera de 52 millions de tonnes de sable par an, et une portion de 99 % de la masse de sable sera remise dans la zone déjà exploitée pour recréer le relief original. L’étude de faisabilité prouve un rendement de 18 % sur le capital pendant 8 ans, basé sur une production de 100 000 tonnes par an de minerais lourds dont près de 90 000 tonnes de zircon de bonne qualité. La durée du projet est supérieure à 25 ans.


Adama MBODJ
Source: Le Soleil

Article Lu 11394 fois

Mardi 25 Septembre 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State