Référence multimedia du sénégal
.
Google

Evènements de Kédougou : les détenus et leurs parents renoncent à faire appel

Article Lu 1761 fois

Les 18 étudiants condamnés dans le cadre des évènements de Kédougou, leurs parents et avocats se sont entendu avec un Collectif universitaire qui leur a rendu visite vendredi à Tambacounda, pour renoncer à faire appel de la décision du tribunal régional qui leur avait infligé des peines de prison ferme allant de 5 à 10 ans.



Evènements de Kédougou : les détenus et leurs parents renoncent à faire appel
La décision des détenus et de leurs parents vise à lever tout ‘’blocage’’ aux initiatives allant dans le sens de les libérer, a indiqué samedi Babacar Diop qui était à la tête de la délégation du Collectif.

‘’Nous avons discuté avec les avocats, les avocats ne souhaitent pas que des initiatives puissent aller à contre-courant, donc ils nous ont demandé d’avoir l’avis des détenus et l’avis et (de leurs parents) on est tombé d’accord sur la nécessité de faire un désistement pour que l’appel ne puisse plus constituer un blocage’’, a indiqué M. Diop qui est le médiateur de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar.

‘’Bien entendu, on est au courant d’un certain nombre d’engagements de la part des autorités, à commencer par le Président de la République, qui a promis de gracier effectivement les détenus’’, a-t-il noté avant de réitérer que ‘’les détenus ont accepté de dire qu’au fond, ils se désistent concernant l’appel’’.

Le Collectif universitaire, composé de professeurs, d’étudiants, de représentants d’ONG qui s’activent dans les droits de l’homme, rendait compte au Collectif des ressortissants de Kédougou à Tambacounda, après avoir rendu visite vendredi aux parents des détenus à Kédougou et aux étudiants eux-mêmes à la Maison d’arrêt et de correction (MAC) de Tambacounda.

Quant aux avocats, ils ont indiqué que ‘’rien que pour le droit (…) il y a un certain nombre de choses qu’ (ils) ne peuvent pas faire. Ils nous ont demandé notre avis, celui des parents et des détenus’’, a dit Boubacar Diop, ancien président du Conseil des ONG d’appui au développement (CONGAD).

‘’Tout ce que les parents souhaitent, tout ce que les détenus souhaitent, c’est la liberté d’abord’’, a souligné Boubacar Diop, avant d’assurer que ‘’tout ce qui peut être fait pour que cette liberté soit acquise, sera fait’’.

‘’En restant sur le plan des principes de la vérité, on a demandé aux détenus de ne pas assumer des choses qu’ils n’ont pas eu à faire’’, a poursuivi l’Ombudsman de l’UCAD, qualifiant de ‘’regrettables’’ les évènements de Kédougou.

Le 23 décembre 2008 une manifestation de jeunes étudiants de Kédougou qui réclamaient, entre autres, une subvention de la part de leur marie et de meilleures conditions d’études à l’université de Dakar, avait dégénéré, causant la destruction de bâtiments administratifs et de biens privés. Une personne avait trouvé la mort parmi les manifestants.

Quelque 29 personnes pour la plupart des étudiants et des enseignants avaient été arrêtées par la suite. Certains témoins avaient dénoncé des arrestations irrégulières de la part des forces de l’ordre.

Babacar Diop a toutefois précisé que ‘’tout n’est pas de leur (les étudiants) faute et il y a eu des débordements qui sont survenus et les responsabilités sont à situer’’. ‘’Mais ce qu’on leur a demandé, c’est surtout de reconnaître qu’ils regrettent ce qui a été fait, qu’ils regrettent ce que les parents subissent, qu’ils regrettent ce que d’autres Sénégalais, d’autres parents ont dû subir et qu’ils regrettent ce que les populations ont eu à subir’’, a-t-il ajouté.

‘’Et tout cela, a dit M. Diop, les jeunes l’ont regretté et nous espérons également que les autorités vont regretter ce qui est fait en ce qui concerne les exactions’’.

Compte tenu de tout cela, les détenus, en relation avec les greffiers, le Procureur et les avocats ‘’vont effectivement montrer un acte positif allant dans le sens d’accélérer (la procédure), ce qui permettra aux autorités qui le souhaitent, à commencer par le Président de la république de faire actionner ses pouvoirs que la constitution lui donne, à savoir gracier effectivement les détenus’’.

‘’Donc nous espérons que dans les jours à venir, les heures à venir les choses vont s’accélérer, en tout cas le blocage ne sera plus du coté des avocats, ne sera plus du côté également des détenus’’, a encore noté le médiateur de l’UCAD avant de conclure : ‘’je pense que la balle sera dans le camp des autorités ‘’.

Le tribunal régional de Tambacounda avait le 10 janvier dernier condamné à des peines d’emprisonnement ferme allant de cinq à dix ans, 18 des 29 personnes attraites devant la barre dans le cadre des troubles survenus le 23 décembre 2008 à Kédougou.

Huit personnes ont été condamnées à dix ans de prison ferme, huit à cinq ans ferme et deux à sept ans. Les coupables ont été également condamnés à payer solidairement un montant global de 17.128.333 francs CFA au titre des intérêts civils endommagés, dont ceux du commandant de la brigade de gendarmerie de Kédougou, Babacar Dramé, qui a vu son domicile brûlé. Ils doivent aussi payer un franc symbolique à l’Etat.

Onze autres personnes avaient été relaxées dans cette affaire liée aux récentes émeutes survenues dans cette nouvelle région du sud-est du pays, où une manifestation de jeunes avait dégénéré en un affrontement avec les forces de l’ordre. Parmi les relaxés, huit l’ont été purement et simplement et trois au bénéfice du doute.

BC/ADI/ADC
Source APS

Article Lu 1761 fois

Dimanche 15 Mars 2009





1.Posté par fadiagne le 15/03/2009 10:10
Gracier pour étouffer? Gracier parce que les faits contredisent l'attitude des pouvoirs publics???? C'est la multiplication de faits de ce genre qui nous fait douter de la "Démocratie" à la sénégalaise. L'indépendance de la justice sera le seul garant de la protection du peuple. Nous en sommes loin avec ces perpétuelles retouches de nos textes et ces détournements de procédures..... à suivre pour un peuple sénégalais libre et sécurisé dans son propre pays.

2.Posté par deugue le 15/03/2009 12:01
Et la mort du jeune garçon dans tout ça? Où en est l'enquête?
Qu'en est-il des mensonges répétés des autorités pour tous les cas de meurtres perpétrés par les forces de l'ordre?

Pourquoi éviter de faire appel pour attendre les grâces de l'Omnipotent ?
Il y a DEAL dans l'air.

3.Posté par professeur le 15/03/2009 12:30
D'abord c'est une erreur que de se fier sur les seules déclarations d'une homme qui promet des TVG, des centrales nucléaires et des aéroprts à tour de bras pour renoncer à faire appel, alors que le délai est trés court.
Ensuite que je sache c'est la justice qui condamne et acquitte au sénégal et non un président, ou bien je me trompte????????????

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State