Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



Etablissements de santé au Sénégal: Une magouille financière à grande échelle est érigée en règle de fonctionnement

- Une infirmière coute à l’Etat 450.000 F et produit 30.000 francs à cause de ses activités parallèles

Une infirmière coute à l’Etat 450.000 F et produit 30.000 francs à cause de ses activités parallèles. C’est scandaleux ce qui se passe dans les hôpitaux et centres de santé de Dakar et du Sénégal. Des activités privées et concurrentes à l’hôpital y sont menées en toute impunité. On rechigne à mettre au service de la structure pour laquelle on est payé. Ce n’est donc pas une surprise si les établissements de santé traversent des difficultés de trésorerie. Une Opération «Main Propre» est préconisée.



Etablissements de santé au Sénégal: Une magouille financière à grande échelle est érigée en règle de fonctionnement
Cette infirmière chef de poste (I.C.P) dans un dispensaire de Dakar perçoit un salaire mensuel de plus de300.000 francs, son logement de fonction peut valablement être estimé à 100.000 francs par mois ; elle ne paie ni électricité, ni eau, ces charges peuvent coûter facilement 50.000 francs.

Cet agent de santé coûte donc au contribuable sénégalais 450.000 francs par mois.

Puisque le Sénégal a tant investi sur ce fonctionnaire, il est normal qu’il attende de lui une bonne productivité.

Seulement un coup d’œil sur les recettes du Comité de Santé, où officie cette infirmière chef de poste, il apparait qu’elle fait 30.000 francs de recette par mois soit seulement 60 consultations pendant 30 jours. Trop peu, elle coûte 450.000F et produit 30.000.

Si on était dans une entreprise, elle aurait fait faillite depuis longtemps.

Nos investigations nous ont amené à découvrir que l’ICP a ses propres clients qu’elle reçoit les après-midis alors qu’elle n’en a pas le droit.

Cette situation n’est pas un cas isolé dans les établissements de santé du Sénégal, elle tend même à se généraliser.

Les cabinets privés au sein des hôpitaux

Fann, Abass NDAW, CTO, le Dantec dans ces hôpitaux, il règne des choses invraisemblables, des cliniques privées y ont vu jour ; on utilise le label de l’hôpital, l’électricité et les autres avantages de l’établissement à des fins purement personnelles.

A l’hôpital Fann on a pu constater que pour se faire opérer, il y’a un service qui vous propose deux options.

Prendre le temps qu’il faut en s’inscrivant sur une liste d’attente qui peut aller jusqu’à 60 jours ; ou payer cash et accéder à la salle d’opération à moins de quinze jours.

C’est une femme, une sorte rabatteuse qui s’occupe de gérer le deal.

Au CTO il y’a un cabinet de gynécologie privée, où il faut casquer beaucoup d’argent pour décrocher un rendez-vous.

A l’hôpital Principal de Dakar on nous signale qu’il y’a un médecin qui a acheté une machine qu’il a installée dans ses locaux, l’accès à cet appareil coûte très cher aux malades, l’argent récolté va directement dans les poches du médecin alors que la machine en question consomme de l’électricité à quantité industrielle.

Il faut sortir de l’argent, ici tout est à vendre

Au Sénégal, pour accéder à certains soins de santé, il faut débourser de l’argent à tous les cas. Il y’a des services tellement prisés que pour obtenir un rendez-vous c’est la croix et la bannière. Il faut donc souvent donner le prix du cola pour obtenir un rendez-vous rapproché.

Il faut aussi souvent donner de l’argent pour avoir accès à une hospitalisation.

Dans les dispensaires ou centre de santé, les moustiquaires qu’on doit distribuer gratuitement sont vendus. Des médecins ont même des pharmacies parallèles dans les centres de Santé. Récemment madame Viviane WADE a dénoncé la vente du dépistage du SIDA alors qu’il est gratuit.

L’Etat, les directeurs et les comités de santé pris en otage

Le scandale financier et la mafia qui règnent dans les établissements de santé est un secret de polichinelle, tout le monde est au courant des pratiques malsaines érigées en règle de fonctionnement, il se trouve que les agents de santé ont pris tout le monde en otage : l’Etat, des directeurs d’établissements de santé et les comités de santé, on préfère fermer les yeux pour ne pas avoir à s’attirer les foudres des syndicalistes qui usent souvent de leur droit de grève et un accès (assez facile) aux médias.

Assainir le milieu de la santé par une opération «Main Propre» c’est ce que suggère un directeur d’hôpital de Dakar.

Doudou Coulibaly
Source Siweul.com

Mercredi 29 Juillet 2009




1.Posté par Moussa le 29/07/2009 08:34

2.Posté par khayar le 29/07/2009 09:50
dans un pays ou le président fait du dialgati en plein jour, c'est normal que les fonctionnaires fassent pareil. Au sénégal, il faudra éduquer du président au plus petit fonctionnaire.
wa salam

3.Posté par dartanian le 29/07/2009 10:01
c est des voleurs.L etat est complice parce que tout les senegalais savent ce qui ce passe dans les hospis et centres de sante,il reste muiet parce que c est des militants politiques et ils sont privileges au detriment des pauvres senegalais qui meme malade ne veulent plus aller se soigner car n ayant pas quoi se mettre sous les dents comment ils peuvent aller se faire escroquer a l hopital.Pitie pour les senegalais qui sont fatigues.

4.Posté par ziz le 29/07/2009 10:32
tres bon article , mais cette situation a vraisemblablement duree dans nos hopitaux et nos gouvernants le sachent mais ne veulent rien faire , c pour cela que les badolos malades ont tjrs rendez vous avec la mort , c pas juste , et ceci doit cesser d' une maniere a l' autre , ces medecins ont vraiment la boulimie ,.....

5.Posté par zopo le 29/07/2009 11:00
Je suis agent de santé et membre du syndicat le plus représentatif, je veux nommer le SUTSAS. Les faits décrits ne sont pas à coup sûr inventés. C'est vrai ,l'Etat comme il l'a fait avec KEUR SERIGNE BI doit dire HALTE à la privatisation sans vergogne de la santé. L'Etat a autorisé et légalisé cette pratique pour certains corps de métiers ouvrant ainsi la porte aux autres. Il revient à l'Etat de prendre sa responsabilité. Epris de justice et d'équité,nous nous dresserons pour la défense de nos intérêts, mais nous serons toujours prêts à nous mettre à côté de l'Etat et l'accompagner pour cette "OPERATION MAINS PROPRES" parce que la PREVARICATION et la CORRUPTION sont bien condamnés par les textes qui régissent notre organisation syndicale.

6.Posté par Bernard le 29/07/2009 14:05
Non, il faut arrêter le bouquet de Ben Basse. Je demande à cet homme d'arrêter les chaînes hard porno qu'il offre dans son bouquet. Même si, il y a le codage, je pense que, pour une personne qui s’investisse tant pour la religion, il ne devait pas chercher de l'argent à travers des chaînes porno et surtout du hard porno. Je supplie Ben Basse d'arrêter ces chaînes. Je sais qu'il y'aura une répercussion négative sur son chiffre d'affaires mais l'amour de Dieu vaut plus que ça. Je sais aussi qu’en tant que adulte, on est toujours responsable, si on regarde de tels films et qu’on peut empêcher l'accès des enfants à ces chaînes en utilisant le codage, mais je crois fermement que si ce n'était pas disponible ça serait mieux. De grâce Ben Basse arrête de diffuser les chaînes porno dans ton bouquet.

7.Posté par kalzo le 29/07/2009 19:23
mais le salaire n est pas trop exagere.a part cela les infirmiers profitent sur les malades pour les vendre des medicaments qui ne sont pas parfois utiles pour leur guerison ,de meme que les sages femmes qui reclament 30000fca pour la "table d accouchement " dans certains villages.QUELLE HONTE...mon GALSEN va mal

8.Posté par ayonene le 29/07/2009 20:07
meme pour un rang à l'hopital, il faut payer, pour avoir une bonne salle , il faut payer,on te donne des ordonances pour leur besoin, pour leur malade et te dise que cé urgent, les personnes préfere rester chez eux par faute de moyen et les infirmiers qui crient sur eux (les malades); la population est fatigueé, trop fatiguée, trop fatiguée.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 21 Septembre 2014 - 14:32 Youssou Ndour décale ses deux concerts








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés