Référence multimedia du sénégal
.
Google

Escroquerie au centre commercial les 'Quatre C' : Les propriétaires accusent Pape Diop de complicité

Article Lu 12769 fois

Rien ne va plus entre les promoteurs du centre commercial du Champ des courses plus connu sous le nom des Quatre C et le Collectif des copropriétaires et locataires de magasins de ce centre. Pas plus tard qu'hier, ces derniers ont tenu une assemblée générale suivie d'un sit-in dans les bureaux de la société promotrice du projet, Corfitex Trading Limited Sénégal.



Escroquerie au centre commercial les 'Quatre C' : Les propriétaires accusent Pape Diop de complicité
Le Collectif des copropriétaires et locataires de magasins du Centre commercial du Champ de courses (les Quatre C) n'est pas content, alors pas du tout des promoteurs de ce projet, notamment de la société Corfitex Trading Limited Sénégal et de l'homme d'affaire français Philippe Buchbinder qui en est le président directeur général. Corfitex est promoteur du projet les Quatre C et est détenteur de 25,5 % du capital, la mairie de Dakar contrôlant les 24,5 % et les autres 50 % des actions sont détenues par l'opérateur économique sénégalais Pape Abdoul Bâ, par ailleurs Pca de Tigo. Pour manifester leur colère, ces propriétaires et locataires des cantines de Quatre C sont allés manifester bruyamment dans les locaux de la direction de Corfitex, à l'issue de leur Assemblée générale tenue, hier matin. Au passage du collectif, il n'y avait que deux employés de Corfitex, l'actuel directeur de la société, propriétaire du Centre commercial du champ des courses, et Lamine Bâ, fils de Pape Abdoul Bâ étaient aux abonnés absents. N'empêche, les commerçants, propriétaires ou locataires de cantines ont dit leurs quatre vérités aux employés et ont demandé à ces derniers que leurs doléances soient transmises à Pape Abdoul Bâ et à son fils Lamine Bâ. Le ton est monté d'ailleurs entre les deux parties. Mais après que le calme est revenu, Mamadou Ismaïla Wane, l'un des plaignants, fulmine : ‘Nous exigeons d'être rétablis dans nos droits, parce que cela a trop duré.’ Pour sa part, Mme Diouf a promis de transmettre les propos tels quels, non sans signifier aux journalistes qui l'interrogeaient qu'elle n'avait pas de ‘commentaires à faire’.
De fait, le Collectif des copropriétaires et des locataires des cantines du Centre commercial les Quatre C est composé d'une riche clientèle. Selon le président du collectif Ousmane Loum, certains d'entre eux ont fini de payer depuis 2005 des cantines à 80 millions, 50 millions, 20 millions en fonction de la surface. Les locataires louent le mètre carré à 18 mille francs.

D'autres sont en bail et ont même payé la moitié du prix de vente présentement. Pourtant, malgré les actes de vente et les contrats d'engagement, aucun de ceux qui ont fini d'acheter leur cantine n'a pas de titre foncier (Tf). ‘Pape Abdoul Bâ que nous avons interpellé avait promis de régler cela avec Pape Diop et de nous délivrer nos titres fonciers en septembre dernier. Jusqu'à ce jour, cette promesse n'a pas été tenue’, regrette Khalifa Ababacar Ndiaye, un émigré qui a passé une dizaine d'années au Japon et qui a investi toutes ses économies dans ce projet. C'est le cas également de tous les autres qui sont en majorité des émigrés. Aujourd'hui, ils sont inquiets.

Ils craignent d'être expulsés par les banques comme la Sgbs et des fonds d'investissement comme Fagace et Fsa. ‘Ils veulent nous retirer les boutiques pour désintéresser les banques avec lesquelles la société Corfitex a signé des hypothèques conventionnelles. Or, aujourd'hui, on est à trois hypothèques : Fagace pour 2 milliards 279 millions 810 mille francs, Fsa pour 2 milliards 470 millions de francs, Sgbs pour 800 millions de francs, et autre comme la société Oldrich international limited basée aux Seychelles’, fulmine Ousmane Loum, le président du collectif des propriétaires et locataires. Ce qui n'est pas normal pour Khalifa Ababacar Ndiaye, secrétaire général du collectif. Selon lui, ‘il y a un délit de vente de chose appartenant à autrui qui a été cautionné par le notaire Pape Sambaré Diop’. Avant de faire part de son état d'âme : ‘Les créanciers réclament les titres fonciers. Et on risque à tout moment de nous exproprier de nos biens’, lâche-t-il.

A ces manœuvres qui sentent bon ‘l'escroquerie du siècle’, s'ajoutent d'autres griefs des propriétaires et locataires. Selon eux, les atouts du projet que Philipe Buchbinder vantait dans les prospectus, n'existent pas. D'après Khalifa Ababacar Ndiaye, il n'y a ni infirmerie, ni garderie, encore moins de cité des affaires ou de 500 parking souterrains. Or, ce sont les choses qui avaient déterminé la clientèle. ‘Mais depuis l'ouverture du centre commercial, aucun de ces édifices n'a été réalisé par Philipe Buchbinder’, déplore M. Ndiaye. ‘En réalité, il ne s'agissait que de manœuvres employées par Philipe Buchbinder pour provoquer la remise de sommes d'argent. Nous sommes victimes d'escroquerie’, reconnaît-il. ‘Ainsi, après avoir conclu avec les plaignants des contrats de réservation qui vont leur conférer un droit de propriété sur le lot acquis, il a consenti conventionnellement d'autres hypothèques sur le titre foncier litigieux’, accuse-t-il encore.

A noter que le titre foncier sur lequel est construit le centre commercial est le Tf 538/Dg. Il se trouve à l'emplacement de l'ancien champ de tirs. Le terrain nu faisait une superficie de 12 791 m2., mais seule la moitié a été construite. Le reste a été vendu par l'opérateur économique français, nous apprend-on.

Mamadou SARR

Source: Walfadjri

Article Lu 12769 fois

Mercredi 1 Avril 2009





1.Posté par biba le 01/04/2009 17:07
depuis l'alternance tout les projets qui ont vu le jour au senegal sont des nebuleuses. lorsque l'alternance sera alterné inch allah se sera le reglement dcompte pour tout ces faussaires

2.Posté par pointini le 01/04/2009 18:16
tout ce que senegalais fait est louche.

3.Posté par Noxxi le 01/04/2009 18:34
Et pourquoi tu dis ça Pointini, vraiment Petit comme commentaire. C'est comme partout dans le monde il y' a des gens honnêtes et des malhonnêtes.

4.Posté par molack le 01/04/2009 19:05
Le Parc Municipal des Sports avec son vélodrome, ses terrains de foot, de basket, de volley, de hand ball, de tennis; ses salles de boxe, de tir, ses multiples gradins, son parcours hyppique, son école primaire. Tout ça démoli par deux maires de Dakar, le premier maire s'appelait Amadou Clédor et le second s'appelle Pape Diop. Nous remarquons que ses deux maires ne sont pas des sportifs et ils n'ont pas effectué leurs jeunesse dans la région de Dakar.
Le Parc Municipal de Dakar est devenu le Parc municipal de l'Escroqueries, je n'accuse personne mais, j'accuse récéption de beaucoup de bruits venant de ce Parc...

5.Posté par meckael le 01/04/2009 22:55
ce n'est que le début cher freres senegalais attendez apres le départ de wade nous verrons le pire qui viendra, ils nous sommes tous dans une bouteille bien fermée.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State