Référence multimedia du sénégal
.
Google

Escroquerie Via Le Net Deux Sénégalais Traînés Devant La Barre

Article Lu 1804 fois


Escroquerie Via Le Net  Deux Sénégalais Traînés Devant La Barre
À écouter les explications des méthodes utilisées dans l’accomplissement de ces forfaits, on ne peut qu’être sidéré par toute cette débauche d’ingéniosité déployée. Et se dire, à la suite de certains commentaires que, si ces personnes, mêlées dans cette escroquerie via le net, mettaient toutes leurs ressources au service d’intentions plus louables, ou, utilisaient simplement leur «laboratoire» de technicité à bon escient, sans nul doute qu’elles ne se retrouveraient pas devant le juge. Peut-être que, comme le soutient un des conseils des prévenus, dans ce monde où l’intégrité des hommes est de plus en plus fragilisée, nul ne peut se targuer de pouvoir demeurer imperturbable. En attestent, ces deux cas, où, surpris par leur propre turpitude, les différents prévenus ont «collaboré» comme par une sorte de souci de sacrifier à un rite expiatoire. Cependant, cela ne leur délivre pas un certificat d’impunité.

Dans la première affaire, Déguéne Badiane et Jean René Niang, agents commerciaux à Qualitatif Center, société sous–traitant le groupe 9-télécom spécialisé dans la télé-vente, se prennent à user de véritables manipulations informatiques, pour gonfler le niveau de vente et augmenter leurs gains. Le procédé de Déguène consistait à utiliser les clés de R.i.b (relevé d’identité bancaire) de clients déjà acquis, qu’elle attribuait ensuite à des clients fictifs ou potentiels, pour qui, elle avait, au préalable, pris soin de créer des adresses informatiques. Ces e-mails servant de « site » sur lequel toutes les informations, concernant les produits, se trouvent et par lequel ledit client démarché opère la validation de la vente. S’il n’est pas établi de façon certaine que l’utilisation de ces R.i.b a pu déboucher sur la possibilité pour la commerciale de provoquer des mouvements sur les comptes des clients ciblés ou des opérations de débit, l’intention de procéder à des manœuvres frauduleuses paraît évidente. « Je reconnais les faits», a déclaré sans ambages, la mise en cause.

Il y a aussi un effet de rétraction de clients qui, ayant découvert le pot–au-rose, ont mis au parfum la Direction. Même si, aucune réclamation officielle n’est parvenue à la société, le préjudice subi sur le seul plan «image» est lourd de conséquence et, pourrait menacer les places d’autres employés. Le subterfuge a ainsi permis à la dame Deguéne d’engranger quelques primes supplémentaires. Ce n’est pourtant pas le cas de Jean René qui, lui, s’était limité à «bricoler» des adresses e-mails imaginaires, dont se servait Deguéne . C’est pourquoi, le représentant du Ministère Public et les conseils du prévenu, ont demandé une disqualification du délit d’escroquerie en tentative d’escroquerie, dans le cas de Jean René. Aussi, l’avocat de la défense a tenté d’amener le Tribunal à retenir que, dans cette affaire, en tant qu’il existe bel et bien un responsable commis au contrôle des agents dans l’exercice de leurs fonctions et qui, ont la possibilité d ‘écouter leurs entretiens téléphoniques, on peut supposer une sorte de complicité tacite de la société. Et de souligner : «beaucoup d‘entreprises, fonctionnant sur le principe des résultats obtenus, pour asseoir leur mode de rémunération, sont enclines à «harceler» leurs vendeurs, de manière à les faire basculer dans l’utilisation de méthodes répréhensibles.

Mbagnick Mbodji inflitre le système informatique de Western Union

Dans la deuxième affaire, Mbagnick Mbodji, recruté tout récemment à la Cbeao, a servi des aveux circonstanciés sur son modus operandi. Après avoir réussi à infiltrer le système informatique de Western Union, il a retiré des transferts de tiers pour son bénéfice propre.

L’émotion était à son paroxysme hier durant ce procès, et pour cause. L’homme, considéré par ces proches comme l’incarnation de la droiture et de la probité morale, qui vient juste de sortir des affres du chômage pourtant vécues, de la manière la plus stoïque, pendant une éternité, a basculé du jour au lendemain. Un de ses conseils, son frère, n’a pu soutenir son plaidoyer longtemps, ravagé qu’il était par le déroulement des faits. «Un grain de sable a dû entrer dans la machine et l’a grippée», a martelé son autre avocat et non moins beau-père. Toutefois, les délibérés de ces deux affaires ont été renvoyés au 18 septembre prochain.

Source: L'as

Article Lu 1804 fois

Samedi 15 Septembre 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State