Référence multimedia du sénégal
.
Google

Epouses d’émigrés de Louga: Elles ne sont pas les mieux loties

Article Lu 11989 fois

Contrairement à ce qui semble être une évidence, certaines épouses d’émigrés sénégalais sont tenaillées par la pauvreté. Une enquête réalisée dans la région de Louga, où le taux d’émigrés est très important, révèle que les épouses de «modou modou» vivent dans des conditions moins enviables que celles des femmes de résidents. Dans ce terroir, le statut d’épouse d’émigré confère une certaine position sociale, mais dans les faits ce statut est moins enviable.



Epouses d’émigrés de Louga: Elles ne sont pas les mieux loties
Les épouses d’émigrés ont tendance à ab+andonner leurs activités génératrices de revenus qu’elles exerçaient avant avant le mariage. Une certaine considération dans les zones rurales voudrait que le statut d’épouse d’émigré ne soit pas compatible avec un certain type d’activités. Il s’agit, par exemple, de la vente des cacahuettes, des fruits et des légumes au marché. Et pourtant, les sommes d’argent qu’ envoient les époux émigrés à leur femmes sont extrêmement dérisoires.
Elles perçoivent, en moyenne, 15.000 francs par mois

D’aprèsThierno Mbaye, assistant au Groupe d’études et de recherche sur les migrations, qui a réalisé une enquête dans la région de Louga, la moyenne des transferts d’argent est de 15.000 francs Cfa par mois. La somme la plus importante que le chercheur a pu trouver et qui est unique au niveau de la population enquêtée est de 35.000 francs Cfa.

«La migration, contrairement à ce que certains pensent appauvrit les dames dès l’instant qu’elles n’acceptent plus de continuer certains types d’activités parce qu’elles ont un mari à l’étranger », commentent M. Mbaye dans une interview avec Kanal 150.

Pour le doctorant, ce rejet de certains types d’occupations «constitue un handicap et un facteur d’appauvrissement que les les décideurs politiques ne prennent pas en compte». Ainsi le chercheur suggère que, pour tout projet de développement visant à aider les femmes, toutes y soient inclues.

«Tous les programmes, toutes les politiques de développement ou de réduction de la pauvreté doivent s’intéresser à toutes les femmes dans ces terroirs». Cela parce que la situation des épouses des résidents est parfois de loin meilleure que celle des épouses d’ émigrés.

Les pratiques ostentatoires, l’autre problème

Louga, malgré son fort taux d’émigrés, n’est pas la région la moins affectée par la pauvreté au Sénégal. Et malheureusement, les femmes abandonnent leurs activités pour « des sommes symboliques » que leur envoient leurs époux. «On pense que dans la région de Louga, la pauvreté est moins prégnante que partout ailleurs au Sénégal. Cela est lié à un certain nombre de pratique ostentatoire», indique M. Mbaye.

Pour certaines femmes, le statut d’épouses de «modou modou» doit se traduire dans le port vestimentaire et le mode de vie. Ainsi, elles n’hésitent pas dépenser tout l’argent envoyer par l’époux dans l’habillement et dans les cérémonies (mariage, baptême, et même funérailles), histoire de se faire remarquer.

Il critique le fait que «les politiques migratoires en Afrique ne s’intéressent qu’aux migrants qui réussissent, qui envoient de l’argent tandis que plus de 50% de ceux qui partent sombrent dans la galère».

C’est pourquoi, il invite les gouvernants à une prise de conscience afin de chercher à comprendre et à prendre en charge «les migrants qui ne résussisent pas». Cela devra se faire dans une démarche désintéressée et non empreinte à de ‘’populisme ou d’opportunisme».

« Les migrants et leurs conditions n’intéressent pas les gouvernants. Ils ne sont pas (non plus) intéressés par une véritable politique nationale migratoire qui aura sa place dans le développement national. Tout ce qui les intéressent ce sont les fonds qui sont (de l’Union européenne) et comment faire pour les capter», pense le chercheur.

Guy Moreno
Source Kanal150.com

Article Lu 11989 fois

Dimanche 22 Novembre 2009





1.Posté par Pal le 23/11/2009 09:12
Je crois qu'il est temps que nos jeunes filles démystifient les "modou-modou". Actuellement avec le crise ils ne sont pas mieux lotis que les sénégalais restés au pays. Mais malheuheusement on pense toujours que les immigrés sont bourrés de fric.

2.Posté par MAYORO le 23/11/2009 14:33
IL FAUT ARRETER D ECRIR N IMPORTE QUOI LES MOUDOU MOUDOU AIDER MEME LES AUTRES ET SI C ETAIT PAS EUX LE SENEGAL EST PAYS LE PLUS PAUVRE DU MONDE TOUTES LES PLUS BELLES MAISONS LES BELLES VOITURES LES GRANDS MAGASINS C EST EUX IL CONSTRUIT DES MOSQUEES DES HOPITAUX EXTRA FAUT ARRETER KOI

3.Posté par laas le 23/11/2009 18:42
"les chiens aboient la caravane passe" laissez les modou en paix,ajrd hui s il y a stabilite au senegal grace a eux...

4.Posté par DIALLO82 le 26/11/2009 09:45
Trop de fautes dans cet article.
Où sont les correcteurs?

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State