Référence multimedia du sénégal
.
Google

Entretien avec… Thierno Mamadou BALDE marabout à Médina Gounass : ‘J’ai le droit de faire acte d’allégeance au guide de mon choix’

Article Lu 12685 fois

C’est un marabout très atteint que nous avons trouvé au centre de santé de Vélingara. Pour Thierno Mamadou Baldé, blessé lors des affrontements inter-communautaires (Voir notre édition d’hier), son seul tort serait d’avoir choisi un nouveau guide : celui des Toucouleurs au détriment de celui de sa propre communauté, celle des Foulacoundas. Dans l’entretien qu’il nous a accordé sur son lit d’hôpital, il accuse les partisans de Thierno Amadou Baldé d’être responsables des événements malheureux de Vendredi dernier à Médina Gounass.



Wal Fadjiri : Racontez-nous les circonstances de votre agression ?
Thierno Mamadou Baldé : Je suis un talibé de El hadji Thierno Amadou Tidiane Bâ, le Khalife général de Médina Gounass. C’est aux environs de 14 heures que Amadou Seydou Baldé, le guide des peuls du Fouladou est venu chez moi en compagnie de plus de 70 de ses talibés dans le dessein de me tuer. Mon épouse, inquiète, m’a demandé de faire quelque chose sinon ils allaient nous tuer. Je lui ai dit que si c’était le cas, nous attendrions sur place la volonté du Bon Dieu. C’est ainsi que les talibés se sont mis à me rouer de coups de coupe-coupe sur la tête. Ils m’ont molesté en compagnie de Abdoulaye Senghor (un de ses fidèles). Après nous avoir fait ligoter, il (Thierno Amadou Baldé) nous a conduits chez lui avant de nous conduire au poste de santé pour nous soigner. J’avais déjà perdu connaissance depuis des heures. Selon les dires des témoins, l’infirmier chef de poste a voulu s’enquérir des raisons de mon état actuel. Il lui a raconté que je m’étais rendu chez lui et que je l’ai agressé. C’est ainsi que ce dernier a informé les gendarmes qui sont, immédiatement, venus à mon chevet. Ensuite, ils m’ont transféré au centre de santé où je me trouve actuellement. Après avoir retrouvé mes esprits, je me suis rendu compte que nous avons été battus. Il a dit aussi aux gendarmes que j’ai fait usage de mon arme lors de la bagarre. Si j’avais une arme, j’allais ouvrir le feu sur mes agresseurs puisqu’ils voulaient me tuer. Voila ce qui s’est passé.

Wal Fadjiri : Quelles sont, selon vous, les raisons qui ont poussé ces talibés à vous agresser chez vous ?

Thierno Mamadou Baldé : Le seul désaccord que j’ai eu avec Thierno Amadou Baldé, c’est quand il m’a demandé pourquoi j’ai renouvelé ma pièce d’identité nationale. Je lui avais dit que je l’ai fait parce que l’Etat exige ces nouvelles pièces pour pouvoir faire certaines opérations et se faire identifier. Je lui ai précisé que j’ai établi mes nouvelles pièces avec mon adresse actuelle de Médina Gounass. Ce qu’il n’a pas compris du fait que, dit-il, il est entrain de se battre pour changer le nom du village pour lui donner celui de Médinatoul Houda. Deux jours après, il m’a fait appeler la nuit. J’ai refusé de m’exécuter parce que je ne savais pas les raisons de la convocation. Le lendemain, il a envoyé un certain Alpha. Une fois chez lui, il m’a proposé de racheter ma maison à un million et que j’aille m’installer à Kounkané, Tamba ou Vélingara. Ce que j’ai décliné.

Wal Fadjiri : Quels étaient vos liens avec Thierno Amadou Baldé ?

Thierno Mamadou Baldé : (En sanglots) Lorsqu’il m’a fait venir à Médina Gounass, il y a 7 ans, j’ai trouvé que lui et moi n’avions pas le même tempérament, la même vision de la vie et du conflit de Médina Gounass. Je lui ai dit qu’il est plus sage que chacun suive son chemin. Parce que, moi, je suis quelqu’un qui travaille avec tout le monde sans tenir compte de l’appartenance raciale de l’individu. En matière de religion, chacun a le droit de choisir librement son guide. C’est ainsi que je lui ai dit que j’ai choisi le camp des Toucouleurs. Et que je suis derrière Thierno Amadou Tidiane Bâ.

Wal Fadjiri : Après ce qui s’est passé, êtes-vous animé par un désir de vengeance ?

Thierno Mamadou Baldé : Mes talibés, estimés à plus de 300, avaient voulu riposter et venger l’affront. Mais, je leur en ai dissuadé. Je ne compte pas me venger. Je laisse tout entre les mains de Dieu. J’ai perdu dans ces affrontements plus de 6 millions de francs qui m’ont été offerts par un de mes talibés établis au Bénin.

Wal Fadjiri : Craignez-vous de retourner à Médina Gounass, après ce qui s’est passé ?

Thierno Mamadou Baldé :Inchallah, si je suis guéri, je vais retourner chez moi à Médina Gounass, quoi qu’il puisse me coûter. J’ai demandé à tous mes talibés de s’établir dans nos champs où nous avons des cases et des greniers remplis de vivres. Je leur ai demandé de se calmer et d’attendre mon retour. Ce qui ne m’empêche pas de porter plainte contre Thierno Amadou Baldé pour que justice se fasse, que la liberté de culte soit respectée à Médina Gounass.

Wal Fadjiri : L’on vous accuse de vous ériger en second Khalife au sein de la communauté des Foulacounda, une manière de contester le leadership de Thierno Amadou Baldé. Le reconnaissez-vous ?

Thierno Mamadou Baldé : Créer une secte religieuse ou confrérie ne m’a jamais habité. Je suis un musulman qui croit en Dieu. Je ne vis que pour l’islam et non pour être un guide. Je ne conteste pas son leadership. J’ai 77 ans. Je suis plus proche de la mort que d’autre chose. Si c’est pour cela, je tiens à le rassurer.

Propos recueillis au Centre de santé de Vélingara par Cheikh DIENG
Source: Walfadjri

Article Lu 12685 fois

Mardi 4 Septembre 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State