Référence multimedia du sénégal
.
Google

Entretien avec Ousmane Tanor Dieng: ‘Quand Wade soutient qu’il y a une tendance au niveau mondial pour revenir à un seul tour, il a tout faux’

Article Lu 11002 fois

Le secrétaire général du Parti socialiste (Ps) était en visite de terrain ce week-end sur la Petite Côte. L’autre objectif de cette visite, selon Ousmane Tanor Dieng, était de présenter ses excuses aux représentants de l’Eglise sur place, suite à la sortie du chef de l’Etat le 27 décembre dernier. Il s’est aussi prononcé sur les consultations sur le processus électoral, le message à la nation de Wade, la situation dans le monde rural, la campagne de commercialisation arachidière. Ce fut, pour lui, l’occasion tirer à boulets rouges sur le Pape du Sopi lors de l’entretien qu’il nous a accordé.



Entretien avec Ousmane Tanor Dieng: ‘Quand Wade soutient qu’il y a une tendance au niveau mondial pour revenir à un seul tour, il a tout faux’
Wal Fadjri : Quel est l’objet de votre séjour sur la Petite Côte ?
Ousmane Tanor Dieng : J’ai rendu visite aux imams, au curé de Fadiouth, au curé de Joal et au curé de Mbour pour leur présenter mes vœux à l’occasion du nouvel an et surtout mes excuses publiques pour le tort qu’Abdoulaye Wade a causé à la communauté chrétienne. J’ai aussi tenu à leur dire que cette attitude d’Abdoulaye Wade n’engageait que lui, qu’il n’y a pas de problèmes entre la communauté chrétienne et la communauté musulmane. Et nous ici, sur la Petite Côte, nous sommes bien placés pour le dire. Lorsque je suis arrivé à Fadiouth, j’y ai rencontré avec plaisir le curé de Nguéniène parce que j’ai des relations de famille avec lui. Il m’a expliqué que sa petite sœur a épousé mon neveu. Tout à l’heure, le curé de Mbour nous disait qu’il a un oncle musulman, de confession mouride, et une tante musulmane aussi, de confession tidiane. C’est ça, le Sénégal.

Quel que soit ce que Abdoulaye Wade aura fait, c’est mauvais, c’est condamnable parce que c’est un blasphème, lorsqu’il ose comparer la statue maçonnique à la croix de Jésus. Comme le dit le Pr Madior Diouf, c’est d’une arrogante inculture. Ses propos sont blasphématoires et il devait présenter ses excuses. Mais comme il ne veut pas le faire, nous présentons en son nom et au nom du peuple sénégalais, à la communauté chrétienne, nos excuses pour tout le tort qui lui a été fait. Nous lui exprimons notre soutien et l’appelons au dépassement. Je crois qu’on doit circonscrire ce débat et travailler la main dans la main comme on l’a toujours fait.

Wal Fadjri : Quelle appréciation faites-vous du message du chef de l’Etat à la Nation à l’occasion de la fin de l’année ?

Ousmane Tanor Dieng : La première, c’est sur la forme : le discours était trop long. Si vous faites le tour des chefs d’Etat ou de gouvernement qui ont fait des messages à la Nation à la fin de l’année, il n’y en a pas qui ait fait une heure. Non seulement son discours a été long, mais il est décousu, il n’y a pas de fil conducteur. Il parle des questions de l’Education, de l’Université au début et, à la fin, il revient sur l’Education et la formation. Il avait la prétention de faire le tour de l’ensemble des secteurs, en ignorant le tourisme qui nous intéresse ici à Mbour, en mettant de côté la situation en Casamance, en ne parlant pas de la corruption et de l’affaire Alex Segura. Il a ainsi éludé à tort nombre de questions sur lesquelles il était attendu. Il faut que Wade sache que ce n’est pas comme cela qu’on fait un message de fin d’année à la Nation. Parce qu’il s’agit essentiellement de présenter des vœux d’une part et, d’autre part, d’insister sur quelques questions essentielles, fondamentales, faire quelques annonces. C’est ce qu’on attendait d’Abdoulaye Wade, il ne l’a pas fait et il l’a mal fait.

Wal Fadjri : Mais n’a-t-il pas apporté les réponses idoines que toute la classe politique attendait à propos de la révision du Code électoral et de la suppression du second tour du scrutin à la présidentielle ?

Ousmane Tanor Dieng : Ce sont des annonces que nous avons suivies avec intérêt. D’abord, il indique qu’un débat a été lancé sur le deuxième tour, mais dans la discussion qu’on a eue avec le ministère de l’Intérieur, il n’y avait pas de débat sur ce sujet. Cela signifie que c’est un ballon de sonde qu’il avait lancé et qu’il a profité de l’occasion pour donner son avis. Il y avait un autre ballon de sonde qui concerne l’élection présidentielle anticipée. Il n’en a pas parlé. Il aurait dû clarifier définitivement sa position.

Pour ce qui concerne la suppression du deuxième tour, il dit qu’il n’est pas d’accord, mais en même temps, il donne entièrement raison à ceux qui la revendiquent. C’est une position ambiguë que nous ne saurions partager. En tout cas, nous lui disons que c’est seulement avec le deuxième tour qu’on peut avoir un président légitime et que nous n’accepterons pas qu’il y ait une élection à un tour. Quand il soutient qu’il y a une tendance au niveau mondial pour revenir à un seul tour, il a tout faux ! Tous les pays qui avaient choisi un seul tour, cherchent à faire deux tours.

Autre chose qui nous importe beaucoup, c’est la révision du Code électoral. Abdoulaye Wade dit son accord sur les deux conditions posées par l’opposition. S’il s’en était tenu à cela, il n’y aurait pas de problèmes, mais il a fait ensuite des commentaires qui ajoutent à l’ambiguïté. D’après lui, pour ce qui concerne le modérateur, on n’a pas dit comment on allait le choisir et quel serait son rôle. Mais il sait très bien que ce n’est pas la première fois qu’on a eu des discussions sur le code électoral et qu’il s’agisse du président Kéba Mbaye, du Pr Ibou Diaïté, du Pr Babacar Guèye, on les a choisis dans le cadre d’une commission cellulaire et ils servaient de modérateurs. Ça signifie quoi ? Cela veut dire que le ministère de l’Intérieur est partie prenante et nous n’accepterons plus que le ministre préside les travaux. Sopi et le pouvoir constituent une composante et l’opposition en est une autre. Ces différentes composantes discutent et s’il n’y a pas d’accord, le modérateur cherche à rapprocher les positions et à construire un consensus. Voilà le rôle du modérateur, il est très clair. Et nous lui ferons des propositions parce que c’est tout à fait simple.

Concernant les consensus auxquels on va aboutir, Abdoulaye Wade a indiqué qu’il est d’accord qu’on puisse les traduire en lois. C’est ce qu’on avait demandé et il avait refusé. Maintenant, il l’accepte, c’est tant mieux. Mais là aussi, il a fait des commentaires très bizarres à propos des députés qui sont souverains. Là aussi, on ne comprend pas ! Et quand on voit que toutes les propositions qu’ils ont faites pendant les négociations, tendent à rendre le Code électoral opaque, on doute de la bonne foi d’Abdoulaye Wade. Et il ne faut pas qu’après avoir ces deux déclarations, qu’il dise à ses représentants à la négociation de freiner des quatre fers, de faire de sorte qu’il n’y ait aucun point consensuel. Parce qu’en vérité, ce que nous avons constaté avec Abdoulaye Wade, c’est qu’il a l’habitude de faire des déclarations solennelles à l’occasion du message à la Nation et de faire, le lendemain, le contraire. Il avait dit qu’il n’allait pas changer la date des élections et il a fait le contraire. De ce point de vue-là, nous restons vigilants, nous prenons note de ce qu’il a dit. S’il respecte sa parole et s’il met en œuvre sa parole de bonne foi, ça permettra à la démocratie sénégalaise d’avancer. Mais s’il ne le fait pas, nous nous opposerons radicalement à la position qu’il prendra, et il sera le principal responsable de ce qu’il en adviendra.

Wal Fadjri : Mais sur la situation dans le monde rural, il a montré des résultats tangibles. N’a-t-il pas le droit d’afficher sa satisfaction sur ce volet de son message à la nation ?

Ousmane Tanor Dieng : Là aussi, il a avancé ses chiffres. D’ailleurs, sur la question relative au pouvoir d’achat, j’ai vérifié à Mbour et à Joal où je n’ai pas vu dans la moindre boutique 1kg de riz à 250 Fr. C’est faux. Tous ces chiffres qu’il donne, je ne sais pas qui les lui a donnés, mais ce sont des choses qui ne sont pas appliquées dans la réalité.

Pour ce qui concerne le monde rural, il se glorifie des résultats obtenus en disant que c’est la Goana 2. Mais la Goana 1 a été un échec et la Goana 2 n’a pas existé. Il a simplement bien plu grâce à Dieu. Les paysans avaient gardé des semences et on a eu de bonnes récoltes. Mais là où l’on l’attendait, c’est au niveau de la commercialisation. Il avait promis de faire acheter 300 000 tonnes, on en est à moins de 40 000, 50 000 tonnes à plus d’un mois de campagne de commercialisation. Là aussi, on verra. On fera le point de la situation à la fin de la campagne de commercialisation, c'est-à-dire à la fin du mois de janvier. Mais, je ne crois pas qu’on atteigne les objectifs qu’il s’était fixés.

Propos recueillis par Pape Mbar FAYE
Source Walfadjri

Article Lu 11002 fois

Mardi 5 Janvier 2010





1.Posté par vsa le 05/01/2010 17:46
wade est devenu un enfant...........avec lui le senegal est devenue une monarchie....il parle de grande democratie.......lui il est trop vaniteux et revereur il ne cesse pas à se mesurer des grands pays.......qu est ce ca peut nous foutre d'imiter ce qui se passe ailleurs.....c est un manipulateur......

2.Posté par Mademba le 05/01/2010 18:54
Xibar de Cheikh Tall Dioum. Gites à ce dernier de payer les 24 millions qu'il doit aux journalistes de la Presse des Almadies (Predal) depuis 2001 au lieu de mentir à travers ses supports L'Office, Station 1 et Xibar.Il connaît Wade avec avec la fraude qu'il a faite avec le sucre blanc d'aspect rougeâtre qui l'a conduit en taule.

3.Posté par Sénégaléyiiiin le 06/01/2010 11:56
Moi ce qui me dérange au Sénégal c'est que les gens se croient de très grands hommes politiques. Les Sénégaléyiiins se prononces trop souvent sur des choses un peu trop avancées pour eux. et franchement ca retarde!!! La démocratie a ouvert la gueule du Sénégaléyiin et a abruti wade et son opposition d'ailleurs! La politique elle n'a plus de classe au Sénégal on y associe la religion. je ne blâme pas wade, je blâme son entourage qui l'a sali je blâme son peuple qui a fait de lui un médiocre. Tonor c'est pas un leader tu es le karim du PS !!!

4.Posté par alex le 22/02/2010 11:47
Bonjour,
nous avons reçu enfin une reponse du mediateur de la République du sénègal .Je vous joint La lettre Ci joint .Nous Allons avoir une réponse du Maire Paul Ndong et Son bras droit Monsieur Moustaffa Diouf qui ont revendu mon terrain et rasés ma maison.

Nous demandons la restitution de notre terrain a Joal Fadiouth et être dédomager puisque pour revendre le terrain Mr Le Maire Paul Ndong et son bras droit Moustaffa Diouf ont fait Raser Ma maison et annexes .

Pour voir tous les documents cliquez sur le lien suivant:
http://joalfadiouth.blogspot.com

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State