Référence multimedia du sénégal
.
Google

Entretien avec Moustapha Gurassy (Ministre de la communication) : ‘Sopi Fm ne relève pas de la communication gouvernementale’

Article Lu 1813 fois

Moustapha Gurassy, ministre de la communication et porte-parole du gouvernement, en marge du séminaire sur la communication gouvernementale ouvert, hier a Saly, s’est expliqué longuement sur cette question.



Entretien avec Moustapha Gurassy (Ministre de la communication) : ‘Sopi Fm ne relève pas de la communication gouvernementale’
Wal fadjri : Que vous inspire le thème de cet atelier sur la communication gouvernementale ?
Moustapha GUIRASSY : C’est un thème très important surtout dans un contexte de renforcement de la démocratie au Sénégal. Je suis sûr que c’est un moment que l’histoire de la presse retiendra certainement comme étant un tournant dans ce que nous appelons communément la communication gouvernementale. Car, le citoyen doit être mieux informé. Il doit avoir la bonne information pour éclairer ses décisions. Mais au-delà de tout cela, nous voulons rendre plus visible l’action du gouvernement. Pour nous, c’est important. Un autre aspect que je retiens de ce séminaire, c’est la diversité des participants, des experts et des personnes-ressources qui sont impliqués et qui portent également la communication gouvernementale.

Le séminaire se tient également dans un contexte de prolifération des organes de presse. Comme vous le savez le gouvernement est souvent critiqué pour sa communication. Les remarques et constats les plus recensés sont : déficit d’information, mauvaise information ou mauvaise gestion de l’information, inexistence d’une politique publique dans le secteur de l’information et de la communication, absence de coordination entre les ministères, etc. Dans ce contexte, il est opportun de réunir tous les acteurs pour parler à fond de ce qui ne va pas dans la communication gouvernementale.

Wal fadjri : Tous les acteurs s’accordent à dire qu’il y a une inefficacité de la communication gouvernementale. Est-ce votre avis ?

Moustapha GUIRASSY : Ce que je peux dire c’est que la communication gouvernementale part du citoyen. La communication gouvernementale a pour objectif d’informer le citoyen sur l’action du gouvernement pour qu’il puisse apprécier. Si le citoyen manifeste une perception négative de la communication gouvernementale, c’est de notre devoir de corriger la situation. C’est un constat qui est largement partagé. Il y a des problèmes de coordination de la communication gouvernementale. Il ne fait pas de doute qu’il y a lieu de revoir tout cela.

Wal fadjri : Est-ce que vous ne pensez pas que le gouvernement de l’alternance est victime de l’usure du pouvoir, au regard des réalisations ?

Moustapha GUIRASSY : Je ne pense pas que nous soyons victimes de l’usure du pouvoir. En tout cas, aucun baromètre ne permet de l’affirmer. Au contraire, la popularité du président de la république est intacte. Elle reste satisfaisante. Pour nous, ce qui est important c’est le droit à l’information du citoyen, quels que soient les régimes. Et cela ne dépend pas des aléas politiques. Ce qui est important, c’est d’informer le citoyen. C’est vrai qu’à travers la presse, on a une lecture critique de la situation politique et socio-économique. A travers la presse, on sent nettement que les grands projets du gouvernement ne sont pas compris des populations, mieux elles ne se les approprient pas. A ce niveau, je suis d’accord. Il y a un travail d’explication à faire. Nous sommes en train de corriger.

Wal fadjri : Vous voulez initier une nouvelle politique d’information et de communication. Est-ce qu’on peut savoir les armes que vous allez utiliser ?

Moustapha GUIRASSY : La nouvelle politique d’information et de communication que nous voulons initier vise à favoriser le renforcement de la démocratie, la promotion du dialogue social, la mobilisation, la participation et le consensus social autour des questions socio-économiques et culturelles du Sénégal. Les chantiers de la nouvelle politique gouvernementale sont lourds et exaltants. Les deux leviers sur lesquels nous allons nous appuyer sont : la concertation et l’implication de tous les acteurs. Auparavant, il y a des acteurs importants qui n’étaient pas impliqués comme les écoles de formation, les archivistes, les documentalistes qui participent à la collecte, à la gestion et à la diffusion de la bonne information. Une fois de plus, l’arme la plus importante que nous allons utiliser dans la nouvelle politique gouvernementale, c’est l’identification des différents acteurs et leur implication.

Wal fadjri : Est-ce que la radio Sopi Fm fait partie du dispositif qui sera mis en place ?

Moustapha GUIRASSY : Sopi Fm est un projet de radio comme tant d’autres au Sénégal. Sopi Fm ne relève pas de la communication gouvernementale, objet du séminaire de ce matin (Hier, vendredi, Ndlr). Il y a d’autres personnes qui portent ce projet, même si, en tant que ministre de tutelle j’aurai la responsabilité administrative de cette radio. Ce n’est pas un projet logé au sein de la communication gouvernementale. Encore une fois, la communication gouvernementale, c’est quand le gouvernement s’exprime.

Propos recueillis à Mbour par Mamadou SARR
Source Walfadjri

Article Lu 1813 fois

Samedi 17 Octobre 2009





1.Posté par Farba SENGHOR le 18/10/2009 14:30
Tous des faux culs.

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State