Référence multimedia du sénégal
.
Google

Entretien avec Mame Samba Ndiaye de la Cncl : ‘Macky Sall s’est forgé une stature qui nécessite qu’on prépare sérieusement la reconquête de Fatick’

Article Lu 11905 fois

Les membres de la coordination nationale des cadres libéraux (Cncl) ne se font pas du mouron à l’idée de devoir fusionner avec toutes les cellules de cadres du Pds comme le souhaite Me Wade. Mame Samba Ndiaye, membre fondateur et 1er Vice-Coordonnateur chargé de la formation et des commissions techniques de la Coordination nationale des cadres libéraux (Cncl) est d’avis qu’il faut une synergie des cadres du Pds pour gagner les prochaines élections. Surtout dans le Sine et Saloum. Actuel maire de Ndoffane, président de la commission énergie, hydraulique, équipement, infrastructures et transport du conseil régional de Kaolack et secrétaire à l’organisation de l’association des maires du Sénégal (Ams), Mame Samba Ndiaye croit qu’il faut envisager sérieusement la reconquête de Fatick, vu l’envergure de Macky Sall dans cette localité.



Entretien avec Mame Samba Ndiaye de la Cncl : ‘Macky Sall s’est forgé une stature qui nécessite qu’on prépare sérieusement la reconquête de Fatick’
Wal Fadjri : En tant que membre fondateur de la coordination nationale des cadres libéraux, comment justifiez-vous la création de cette structure alors qu’il existe déjà la Cellule initiatives et stratégies qui regroupe les cadres du Pds ?
Mame Samba Ndiaye : D’emblée, je tiens à préciser que je n’ai jamais été membre de la Cis. En effet, ma conviction profonde est qu’un homme politique, c’est quelqu’un qui doit d’abord travailler à la base. Dès lors, je n’avais pas considéré l’intégration des instances de la Cis comme une priorité. Alors j’ai privilégié le travail à la base. Avant les élections locales, avec quelques frères et sœurs cadres de la région de Kaolack, nous avions mis en place une structure dénommée Deggo Defar Saloum. A l’époque nous avions senti le danger venir, mais les responsables de notre parti n’avaient prêté aucune oreille attentive à cette forme d’alerte. Après les élections locales, constatant une léthargie endémique au sein de notre parti, un groupe de militants imbus des valeurs du refus de la fatalité, incarnées par le parcours politique de notre Secrétaire général national, a décidé de mettre en place la Coordination nationale des cadres libéraux (Cncl). Dans la situation de crise ponctuelle que traversaient globalement les structures du Pds, ponctuée par des attaques à tout bout de champ contre notre secrétaire général national, nous avons estimé que nous avions un rôle déterminant à jouer. En cela, nous avons lancé un appel aux ‘cadres techniquement bien formés et politiquement ancrés à la base’ pour nous rejoindre.

Il convient de signaler que la Cncl ne s’est jamais positionnée comme une concurrente de la Cis. Nous n’avons pas la même démarche, ni la même vocation. Par ailleurs, du point de vue de l’approche existentielle, nous sommes guidés par la seule vision de Me Wade. Fort heureusement, il l’a bien compris et nous a adoptés. Il nous appartient maintenant de décortiquer cette onction, en étant sérieux et méthodiques mais aussi et surtout en évitant les manœuvres politiciennes qui ont plombé la Cis.

Wal Fadjri : Cela veut dire que Me Wade a jeté son dévolu maintenant sur la Cncl au détriment de la Cis.

Mame Samba Ndiaye : Le président Wade nous apprécie beaucoup dans notre démarche, mais il a demandé qu’on travaille avec des cadres de valeur qu’on retrouve aussi dans la Cis. Je crois que la mayonnaise prendra avec le temps.

Wal Fadjri : Est-ce que cette option de Me Wade ne signifie pas une volonté de faire disparaître l’œuvre de Macky Sall quand on sait que la Cis avait été créée et mise en selle par votre ex-frère de parti, l’actuel leader de l’Apr ? Surtout que la Cis s’était à un certain moment gardé de s’immiscer dans le conflit entre Wade et Macky Sall.

Mame Samba Ndiaye : Votre question est pertinente et nous ramène à l’approche existentielle que j’ai évoquée plus haut. Vous l’avez bien rappelé, la Cis, à un certain moment, était identifiée à Macky Sall. Le conflit avec ce dernier n’a pas manqué de mettre en péril très sérieusement le fonctionnement de cette structure. C’est pourquoi, pour ne pas tomber dans les mêmes travers, nous devons être prudents dans notre démarche, en restant très ouverts sans verser dans la dépendance rigide.

Wal Fadjri : Il se susurre une fusion de toutes les structures de cadres du Pds et que le président de la nouvelle structure sera nommé par le secrétaire général du Pds. Qu’en pensez-vous ?

Mame Samba Ndiaye : Pour ce qui est de la mise en place d’une structure unique de cadres, je trouve l’idée très pertinente, car l’heure est à l’union de toutes les forces pour gagner les prochaines échéances électorales. En outre, ce serait une bonne chose que les responsables de toutes les structures à caractère national soient désignés par le secrétaire général national. Cela les crédibilise davantage. Mieux, je suppose que le patron de notre parti aura, au préalable, pesé dans tous les sens les capacités de ce responsable à manager ses frères cadres en créant une synergie de toutes les sensibilités. En tant que vice-coordonnateur, chargé des commissions, j’ai noté une très forte adhésion des cadres de ce pays aux ambitions du chef de l’Etat. Chaque jour qui passe, des cadres viennent nous rejoindre dans la Cncl alors même que nous n’avons pas encore investi les régions de l’intérieur. C’est très motivant !

Wal Fadjri : Croyez-vous que la reconquête du Sine et du Saloum sera facile pour votre parti avec la présence de ténors comme Moustapha Niasse et Macky Sall ?

Mame Samba Ndiaye : Tout est question d’organisation et de responsabilisation accrue de ceux-là qui ont à cœur que notre parti conserve le pouvoir. Mais, je constate, de par ses prises de position, que Niasse est un affairiste invétéré qui n’a pas l’étoffe pour être un président. Par ailleurs, il n’a même pas eu la générosité de laisser son empreinte dans le Saloum après tant d’années passées dans les arcanes du pouvoir comme l’ont réussi Valdiodio Ndiaye, Babacar Bâ, Ablaye Diack, etc.

Pour ce qui est de Macky Sall, il faut reconnaître que c’est le président Wade qui l’a sorti de l’anonymat. Aujourd’hui, on lui a forgé une stature qui nécessite qu’on prépare sérieusement la reconquête de Fatick. (…)

Wal Fadjri : Vous parlez de 2012 alors que certains observateurs, à la lecture des actes que pose le chef de l’Etat, croient qu’il cherche à anticiper la présidentielle.

Mame Samba Ndiaye : Dans ma lecture de la situation, je ne vois aucun acte qui fait penser qu’on va vers des élections anticipées. On parle d’actes posés, mais la révision jugée précipitée du code électoral est une urgence. Nous sommes en 2010, donc à deux ans des élections. Je crois que c’est maintenant qu’il faut s’atteler à la préparation de ces élections. Le président souhaite qu’il y ait des élections apaisées. Ensuite, il ne faut pas accuser Me Wade d’être en campagne électorale. C’est plutôt l’opposition qui est en campagne permanente. Pendant qu’elle organisait ses assises dites nationales, pendant qu’elle s’affaire chaque jour pour créer une dynamique unitaire pourquoi nous au sein du Pds, nous ne bougerions pas ? Certains tolèrent que l’opposition bouge, attaque le président, mais ne nous concèdent aucune initiative. Nous nous battrons pour rester au pouvoir. (…)

Wal Fadjri : Idrissa Seck a scellé son retour définitif au Pds. Mais, on ne sent toujours pas sa présence ni celle de ses proches dans les activités du Pds. Qu’est-ce qui se passe réellement ?

Mame Samba Ndiaye : Je ne vais pas tellement m’épancher sur cette question. Cela me dépasse. J’ai été à Thiès comme beaucoup de responsables pour assister aux retrouvailles entre Wade et Idy. Alors, jusqu’à la preuve du contraire, je considère que Idrissa Seck est définitivement revenu au Pds.

Wal Fadjri : N’êtes-vous pas de la catégorie des maires absentéistes qui administrent leur collectivité par procuration ?

Mame Samba Ndiaye : J’ai été élu maire dans les mêmes conditions de résidence qu’aujourd’hui. Je suis amoureux de Ndoffane (…). Je suis en phase avec les populations malgré les agressions que je subis de frères supposés du parti évoluant dans notre département, par jalousie car je suis le seul libéral dirigeant une collectivité locale dans le Kaolack. Je vais impulser un saut qualitatif à la commune de Ndoffane avec une démarche participative des populations.

Propos recueillis par Georges Nesta DIOP
Source Walfadjri

Article Lu 11905 fois

Samedi 16 Janvier 2010





1.Posté par Peuple Sénégalais le 16/01/2010 15:16
Si Macky va aux élections contre Tanor,

Macky va perdre Fatick.Parce que Tanor a autant de militant que Macky à Fatick.

Et sans BENNO, Macky n'aurait pas gagné à Fatick.

2.Posté par Observateur le 16/01/2010 15:20
Ceux qui votent pour Macky, votent pour une taupe de Wade.Voyez comment il va chercher à diviser le Benno.
Il veut juste assurer les arrières de Wade aux prochaines élections.Et malheureusement il va duper une partie de vous.

Réveillez-vous et rappelez-vous que Macky a soutenu à l'Assemblée, la loi EZZAN,en tant que Ministre de l'Intérieur.

3.Posté par ramzy le 16/01/2010 20:48
on a rien a foutre de tes histoires.
avec Macky pour 2012

4.Posté par Ndongo le 16/01/2010 23:22
L'observateur, tu as raison.Macky Sale n'est qu'un imposteur.Mais il sera pris à son propre jeu.D'ailleurs à part les Hal Poular, je ne vois pas qui va voter pour lui.Parce que du temps où il était au pouvoir, il n'a rien fait pour le peuple.

-la loi EZZAN
-la bastonnade du chef du bureau de vote en 2001 à Fatick
-la lettre d'Injures à feu Mamadou Dia
-la fraude électorale en 2007
TOUT CELA C'ÉTAIT LUI.

Nous ne voterons jamais pour Macky Sale.

5.Posté par Borom feeling le 16/01/2010 23:24
Mais ce Macky là c'est pas le connard qui avait fait tabasser l'opposition le 27 Janvier 2007?

Si, si c'est lui...

He can go to shit!!!!!

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State