Référence multimedia du sénégal
.
Google

En visite en Afrique du Sud : Mandela salue en Tony Blair ‘le plus jeune des retraités’

Article Lu 1754 fois

Pince-sans-rire, l'emblématique ancien président de la République sud-africaine a souhaité la bienvenue à Tony Blair dans le club fermé des anciens dirigeants de la planète. Le Premier ministre britannique effectuait une tournée d'adieu qui l'a, auparavant, mené en Libye et en Sierra Leone.



En visite en Afrique du Sud : Mandela salue en Tony Blair ‘le plus jeune des retraités’
Nelson Mandela, icône de la lutte contre l'apartheid en Afrique du Sud, a souhaité la bienvenue à Tony Blair dans le ‘club des dirigeants à la retraite de la planète’ en exhortant le Premier ministre britannique sortant à continuer à aider le continent à lutter contre la pauvreté. Auparavant, Tony Blair a prononcé à Johannesbourg un grand discours sur l'Afrique dans lequel il a demandé aux nations riches du G8 de tenir leurs promesses d'aide financière, sous peine de compromettre la marche du continent vers la prospérité et la démocratie. Le locataire du 10, Downing Street achevait une tournée d'adieu menée au pas de charge dans trois pays emblématiques du continent (Libye, Sierre Leone et Afrique du Sud). Agé de 54 ans, il cèdera le pouvoir le 27 juin à son chancelier de l'Echiquier, l'Ecossais Gordon Brown. ‘Tony, je suis enchanté d'accueillir un jeune homme comme toi dans le club des chefs d'Etat et de gouvernement à la retraite!’, s'est exclamé, pince-sans-rire, l'ancien président sud-africain, qui aura 89 ans en juillet. ‘Je dois t'avertir, cependant, que certains d'entre nous ne se sont véritablement démenés qu'une fois retirés du pouvoir ! Mais je sais que ton énergie, ta passion et ta jeunesse continueront à faire merveille sur la scène internationale’, a ajouté Mandela, très impliqué dans le combat caritatif depuis son retrait du pouvoir en 1999.
Son hôte britannique a, pour sa part, loué le courage politique de l'ancien plus célèbre détenu politique de la planète pour avoir présidé à une transition en douceur entre le régime d'apartheid et celui de la majorité noire. Il l'a également félicité d'avoir bâti la première puissance économique du continent après la chute de l'apartheid. ‘Le fait que l'Afrique du Sud soit si forte aujourd'hui n'est pas le moindre hommage aux qualités d'homme d'Etat et au courage de Nelson Mandela’, a déclaré Tony Blair à la fondation portant le nom de l'ancien président. Dans son discours sur l'Afrique prononcé à une semaine du sommet du G8 en Allemagne, l'orateur a déclaré : ‘Les nations riches et l'Afrique sont confrontés chacune à un choix (...) Notre défi est de soutenir le bien. Celui de l'Afrique est d'éliminer le mal’. ‘La semaine prochaine au G8, les dirigeants montreront si, ayant inscrit l'Afrique au sommet de leur ordre du jour, nous avons la persévérance et la vision nécessaires pour en venir à bout. J'espère que nous l'avons!’. ‘Ce G8 doit faire preuve de plus d'audace que le précédent’, a préconisé Tony Blair dans son discours de Johannesbourg. ‘En cas de renoncement de notre part, nous perdrions l'occasion de voir nos valeurs s'enraciner sur ce continent, riche et pourtant aux populations souvent démunies’.

Evoquant la crise politique et économique dans laquelle a sombré le Zimbabwe, ancienne colonie britannique ‘rebelle’ à l'époque de la Rhodésie blanche, l'orateur a souligné la nécessité d'exercer des pressions sur le président Robert Mugabe. ‘Les gouvernements africains devraient aussi demander des comptes à leurs homologues du continent. Le monde attend, souhaitant s'impliquer à nouveau aux côtés d'un gouvernement zimbabwéen qui serait en train de s'amender (...) mais pour la population de ce pays, il y a urgence et les changements sont essentiels avant les élections de 2008’.

Le chef du gouvernement britannique a enfin évoqué la situation au Soudan, où le gouvernement de Khartoum est soupçonné d'encourager en sous-main les exactions au Darfour et reste très réticent à l'envoi d'une ‘force hybride’ de paix Onu-Union africaine. ‘Nous devons offrir un choix au président soudanais Omar al Bachir, lui proposer d'ouvrir un dialogue avec nous pour trouver une solution. Si vous n'assumez pas vos responsabilités envers la population darfourienne, alors nous présenterons et nous mettrons aux voix (au Conseil de sécurité de l'Onu) des sanctions contre votre régime’, a prévenu Tony Blair.

Source: Walfadji

Article Lu 1754 fois

Vendredi 1 Juin 2007


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 11:24 Un avion s'écrase au Pakistan, aucun survivant

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State