Référence multimedia du sénégal
.
Google

En dépit des menaces d’un week-end sans « mbourou » Le pain sera bel et bien sur le marché

Article Lu 1379 fois

La presse avait alerté en ce début de semaine d’une pénurie de pain pour ce week-end du fait d’un mouvement d’humeur de la fédération des boulangers du Sénégal. Les principaux producteurs ont désavoué les recommandations de leur propre syndicat et ont donné l’ordre à leurs ouvriers de continuer à produire le pain. Ces derniers, par le biais de leur syndicat, ont protesté contre les menaces de la FBS estimant que leurs patrons ne respectent ni le code du travail ni les chartes qui régissent ce sous-secteur du pain.



En dépit des menaces d’un week-end sans « mbourou » Le pain sera bel et bien sur le marché
Les ménages peuvent se rassurer. Suite à des rumeurs qui circulaient faisant état d’un week-end sans pain à partir de ce vendredi, les véritables fabricants de cette denrée aussi essentielle ont décidé de laisser marcher les fours. En effet, après avoir effectué un tour dans nombre de boulangeries de la Médina, les travailleurs et les responsables trouvés sur place ont affirmé que leurs entreprises ne sont pas concernées par les décisions de leur syndicat. Selon nos interlocuteurs, les boulangers n’ont pas assez d’arguments pour sevrer les Sénégalais de pain pendant tout un VSD. Pour la plupart d’entre d’eux, la fédération des boulangers devrait plutôt s’en prendre aux industriels de la farine qui augmentent régulièrement le prix alors que l’Etat a supprimé la taxe de 5% sur l’importation du blé. L’etat doit donc contrôler les importateurs de blé. Bien que difficile, la hausse notée sur le prix de la farine qui est passé de 14500F à 15250F n’a pas une grave incidence sur leur marge bénéficiaire. De plus cette grève allait engendrer un manque à gagner très préjudiciable. On est tenté de dire que le mouvement de protestation des boulangers en cache un autre. Dans un communiqué envoyé à notre rédaction, le syndicat professionnel des ouvriers boulangers du Sénégal (SYPROBOS) a vivement dénoncé la décision de leurs patrons à augmenter le prix de la baguette de pain de 150Fà 200F sous le prétexte d’une augmentation du prix de la farine. Le SYMPROS estime que les boulangers n’ont aucune raison de procéder ainsi car ne respectant pas les normes légales pour la fabrication du pain. En effet, leur politique consiste à exiger des ouvriers un rendement de 300 baguettes par sac de 50kg. Or dans les normes, ce sac de farine doit produire au maximum 218 baguettes.Ils leur exigent aussi d’utiliser 41 litres d’eau au lieu des 31L prévus par les textes, entre autres. Tout cela, disent-ils, pour maximiser le rendement de leurs boîtes. Par ailleurs, le SYPROBOS estime que les entrepreneurs du pain ne respectent pas non plus ni le barème salarial, ni les libertés syndicales des ouvriers. A la place de 77060Fcfa décrétés par la loi, ils ne paient que 45000Fcfa. Toute absence est défalquée sur les salaires. Selon le même communiqué, les boulangers interdisent à leurs travailleurs de se syndiquer et d’avoir des délégués du personnel. Bref, tous ces éléments font dire aux ouvriers boulangers que la hausse envisagée n’a nullement sa raison d’être.

Après une rencontre avec le gouvernement,Les boulangers « libèrent » le pain.

Le syndicat des boulangers est enfin revenu à de meilleurs sentiments à la sortie de leur audience d’hier avec le ministère du Commerce du gouvernement d’Adjibou Soumaré. En effet, le Premier Ministre a réuni autour d’une équipe tous les acteurs impliqués dans la production et la commercialisation du pain. Ainsi, l’Etat a confirmé sa mesure de suppression de la taxe de 5% sur l’importation du blé. Mieux, l’Etat va plus loin encore en promettant d’appliquer un tarif préférentiel pour le blé par rapport au tarif extérieur commun de l’Union économique et monétaire ouest africaine la TVA de 18%- afin de permettre aux meuniers de faire face à la flambée du cours du blé. Quant aux industriels de la farine, après avoir évalué l’incidence des efforts du gouvernement sur le blé qui s’élève à une baisse de 9000Fcfa par tonne, ils se sont engagés à la répercuter sur le prix de la farine. Ils innovent même en préconisant l’introduction d’une variété de farine moins chère et profitable à tous. Selon le chargé de la fédération des boulangers du Sénégal, Monsieur Alioune Thiam, d’autres séances de travail sont envisagées avec le Premier ministre et le président de la République.Ces rencontres seront l’occasion, pour tous les acteurs, de discuter des questions de fond qui minent ce sous-secteur vital de l’économie sénégalaise. Au regard de toutes ses avancées, la FBS a aussitôt décidé de surseoir à son mouvement de protestation.

Birame Faye (stagiaire),
SOurce: L'observateur

Article Lu 1379 fois

Vendredi 13 Juillet 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State