Référence multimedia du sénégal
.
Google

Elections locales : la confusion

Article Lu 1995 fois

La question qui hante beaucoup d’observateurs avertis de la scène politique sénégalaise a finalement été posée par « Le Confidentiel africain (Lca) du 17 février 2009 » : Y aura-t-il des élections locales (régionales, municipales et rurales) le 22 mars prochain ou seront-elles à nouveau reportées comme le pensent plusieurs sources bien informées ?



Elections locales : la confusion
Selon Lca, n° 93 : « L’audit du fichier électoral (le refus de cet audit avait conduit en 2007 l’opposition significative à boycotter les législatives) a été entamé, mais il donne déjà lieu à de vives contestations. L’opposition doute, en effet, de sa fiabilité. Or, sans fichier électoral fiable, probablement pas d’élections crédibles. Surtout que dès sa défenestration spectaculaire du perchoir, Macky Sall, ex-Premier ministre s’en était ouvert à l’opposant Moustapha Niasse, en lui disant que ses camarades et lui dans l’opposition devaient se méfier du fichier électoral. Venant de quelqu’un qui fut ministre de l’Intérieur (le département qui gère ledit fichier) et ancien directeur de campagne d’Abdoulaye Wade, le bonhomme sait de quoi il parle. Quoi qu’il en soit, cette fois-ci, le régime libéral et l’actuel ministre de l’Intérieur Cheikh Tidiane Sy ont accepté (de gaieté de coeur ?) que le fichier électoral soit audité par les partis politiques, du pouvoir comme de l’opposition. De là à penser que le régime fait exprès de le laisser auditer pour que la correction des failles justifie demain un éventuel report, il y en a qui le pensent à Dakar. D’autant que le parti au pouvoir est empêtré dans des querelles intestines jamais égalées dans le pays. A cela s’ajoute la confusion et les recours nés du dépôt des listes électorales : listes forcloses par-ci, administration accusée d’être au service de la coalition au pouvoir par là…, bref un cocktail qui fait qu’il est quasiment impossible de tenir des élections dans la sérénité à date échue. Mais comme l’opposition pense que ces Locales seront pour elle, l’occasion de lancer un avertissement au pouvoir et de démontrer l’impopularité du régime libéral, elle dit se battre pour que le scrutin se tienne le 22 mars. Or, hormis la grogne (généralisée certes), rien ne garantit à l’opposition les conditions d’une victoire sur la puissante machine mise en place par le parti au pouvoir et qui a aidé à réélire Wade en 2007. Que l’élection fut contestée ou pas, c’est une autre histoire.

Source Ferloo.com avec Lca

Article Lu 1995 fois

Mercredi 18 Février 2009





1.Posté par NKNY le 18/02/2009 08:28
Mais pourquoi au niveau de la presse on continue a mentir sur cette supposee declaration da Macky Sall sur le fichier electoral?
Le journal Le Quotidien qui avait titre sur cette soit disant declaration de Macky Sall, n'a jamais donne un seul mot prononce par ce dernier qui signifie une quelconque suspiscion a l'egard du fichier.
Nous devons etre plus supects quand la presse sort des titres non suivis preuves dans le corps des textes des articles en qustion.

2.Posté par Alou le 18/02/2009 14:02
"L'inconstance", est le propre des politiques. Tant tôt c'est le boycott, tantôt c'est la participation aux élections. Le bon sens voudrait que, ces opposants campent sur leur position jusqu'à la satisfaction de leurs revendications, saugrenu ! Mais que nenni, nos braves opposants pour les intérêts du moment, ont jugé de manger le plat qu'ils avaient refusé hier.

3.Posté par Astou le 18/02/2009 18:13
Le boycott une faute politique, historique !
L'opposition doit s'en prendre à elle-même quant à sa raclée du 25 février 2007. Nos braves opposants ont sans doute, confondu critiquer et voter contre, car l'un n'inclut pas l'autre. Il est vrai qu'à la veille de la présidentielle, une bonne frange de la population avait critiqué le présent régime sur bien des choses dont on n'a pas besoin d'énumérer ici, mais cela ne voulait pas dire pour autant qu'il avait trouvé mieux. Ainsi, l'opposition s'est contentée de s'enfermer dans des salons climatisés à Dakar en ayant la ferme conviction de déboulonner le présent régime le soir du 25 février 2007. Au lendemain des élections, jusqu'à nos jours, elle soutient mordicus, qu'il y a eu fraude sans apporter la moindre preuve de leurs allégations. Pourtant, plus de 44 % des Sénégalais ont voté contre Me Wade et sa coalition. Cependant, conscients qu'ils sont asphyxiés politiquement et que leur situation va de mal en pis ; étant aussi absents dans les deux chambres législatives que sont, le Sénat et l'assemblée nationale. Le parti socialiste et ses dérivés, tentent d'expliquer leur volteface par un pseudo diktat de leur base.
PS : L'argument de la fraude, n'est rien d'autre qu'une perception erronée de la réalité ! !


Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State