Référence multimedia du sénégal
.
Google

Elections locales: Pourquoi l'opposition est condamnée à se présenter

Article Lu 1416 fois

Les partis boycotteurs iront aux élections locales pour ne pas se faire hara-kiri et disparaître légalement de la scène politique. Mais surtout pour ne pas faciliter la tâche à leurs adversaires politiques qui avaient commencé à débaucher leurs militants au prétexte que Niasse, Dansokho, Ousmane Tanor, Bathily, Madior Diouf et consorts étaient désormais politiquement morts. Avec cette décision politique majeure, les boycotteurs revivent.



Elections locales: Pourquoi l'opposition est condamnée à se présenter
En boycottant les élections législatives et sénatoriales, les partis membres du front Siggil Sénégal martelaient à tout va avoir pris ‘une décision politique majeure’. Ce qui n’est pas absolument faux. Même si, du reste, leurs adversaires croient qu’Ousmane Tanor Dieng, Abdoulaye Bathily, Amath Dansokho, Moustapha Niasse, Madior Diouf et compagnie ont commis ‘une erreur politique très grave’ qu’ils devaient assumer. De même, en prenant la sage décision cette fois de participer aux élections locales, les boycotteurs vont sauver, à coup sûr, leurs différentes formations politiques d’une implosion ou d’une disparition certaine. En effet, ces élections étant les seules qui se profilent à l’horizon pour une période d’au moins cinq ans, il serait plus que suicidaire pour un parti politique de les bouder au risque de voir ses propres militants, frappés par le chômage technique, se tourner vers d’autres cieux plus cléments. Cela, les leaders du front Siggil Sénégal le savent mieux que quiconque.
Ce que confirme d’ailleurs un des leaders de ce front : ‘A l’heure actuelle, il n’y a que l’Afp qui a annoncé officiellement sa participation aux locales, mais aucun parti du front Siggil Sénégal n’ose déclarer qu’il boycottera ces élections’. Puis d’ajouter : ‘Nous sommes conscients que nos adversaires politiques nous attendent sur ce terrain pour déstabiliser nos partis à la base. Déjà, ils sont en train de faire croire à nos militants que nos partis ne seront pas aux élections locales et, par conséquent, ils les invitent à rejoindre la mouvance présidentielle’. Rien de plus vrai. Et c’est une lapalissade que de dire que le boycott du front Siggil Sénégal a été un pain béni pour le parti au pouvoir et ses alliés qui avaient entamé une vaste campagne de débauchage dans les rangs des partis boycotteurs. Et il ne fallait pas beaucoup d’efforts pour convaincre ces nouvelles recrues. Le simple fait de leur faire prendre conscience de la longue période d’hibernation qui les attendait en cas de boycott des locales suffisait largement comme explication.

Ainsi, en participant aux élections locales, les boycotteurs reprennent politiquement ‘vie’. Etant donné que leurs adversaires de la mouvance présidentielle les considéraient jusque-là comme ‘politiquement morts’, puisque n’ayant plus aucune existence égale. Au point qu’Iba Der Thiam et ses camarades, en tournée d’explications, pour disent-ils rétablir la vérité des faits, se plaisaient à affirmer que les ‘pseudo-assises nationales’ que veulent organiser cette opposition n’ont qu’une seule finalité : se maintenir politiquement en vie.

Ces élections locales sont capitales pour un parti politique. Puisque concernant directement les militants à la base qui doivent se faire élire. Contrairement aux élections législatives ou sénatoriales où il n’est pas très facile de faire partie du cercle très restreint des heureux élus. En clair, il est plus facile pour un parti d’avoir un conseiller rural, municipal ou régional que d’avoir un élu à l’Assemblée nationale. Le parti de Moustapha Niasse n’a donc pas tort de dire que ces populations ’savent se gérer elles-mêmes, elles se connaissent et entendent élire librement leurs conseillers ruraux, municipaux et régionaux de manière à prendre en charge quotidiennement les questions liées à leur propre développement’. Par conséquent, amener ces populations à boycotter leurs ‘propres’ élections, serait ce qu’on pourrait appeler une bourde politique monumentale. Lourde de conséquences.

De par l’élection de leurs militants dans les conseils ruraux, municipaux et régionaux, les leaders du front Siggil Sénégal resteront présents sur la scène politique et auront voix au chapitre. Même s’ils ne sont pas représentés à l’Assemblée nationale et au Sénat.

Georges Nesta DIOP
Source: Walfadjri

Article Lu 1416 fois

Jeudi 18 Octobre 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State